Nous avons décidé sur MaXoE de vous proposer une série de dossiers sur DC Rebirth. Cet univers a débarqué en librairie et en kiosque, et il est parfois difficile pour les lecteurs de s’y retrouver. C’est une spécialité des comics de super-héros, Marvel arrive très bien aussi à brouiller les pistes pour le commun des mortels.  Un peu d’explications peut-être. L’idée avec Rebirth, c’est de donner un nouveau départ à toutes les séries de ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Critiques > Cinéma / DVD > Mission : Impossible – Rogue Nation : Brian De Palma est bien loin…
Cinéma / DVD
Mission : Impossible – Rogue Nation : Brian De Palma est bien loin…
Cette critique s'autodétruira dans cinq secondes

Appréciation de MaXoE
5
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Quasi vingt ans après le début de l'exploitation de la franchise au cinéma - avec le très bon film de Brian De Palma - nous voici face au cinquième opus du très célèbre Mission : Impossible. Qui, comme les précédents volets, est bien loin du charme du premier film...

 

Mission Impossible 37 AfficheUn avion s’apprête à décoller avec à son bord un gaz toxique et le groupe de terroristes qui l’accompagne. Mais la Force Mission Impossible est partout et réussit donc à intercepter le gaz toxique en plein envol (après qu’Ethan Hunt se soit baladé sans dommages sur l’aile de l’avion au début de son décollage, bah voyons).

Fin de la mission, le groupe se sépare et Ethan Hunt (Tom Cruise) rejoint un disquaire où une prochaine mission doit lui être confiée. Mais le rendez-vous est un piège et l’agent tombe entre les mains du mystérieux Syndicat, une organisation criminelle internationale.

Parallèlement, le directeur de la CIA Alan Hunley (Alec Baldwin) et l’agent Brandt (Jeremy Renner) sont entendus par une commission du gouvernement des Etats-Unis. Hunley y obtient le démantèlement de la Force Mission Impossible, sous prétexte qu’elle est devenue trop opaque (cherchez l’erreur pour un service secret) et ses agents incontrôlables.

Etant parvenu entre temps à se sortir des griffes de l’organisation criminelle, Hunt refuse la décision du gouvernement US et est désavoué. Traqué par la CIA, il se met lui-même à la poursuite du Syndicat afin de le faire tomber.

Mission Impossible 5 Deux

Tom Cuise courant sur l’aile d’un avion entrain de décoller avant de s’accrocher à l’une des portes latérales tandis que celui-ci est déjà dans les airs. Oui, la machine infernale Mission : Impossible est belle et bien lancée. Scènes spectaculaires, action dopée à la testostérone, courses poursuites improbables. A chaque opus la volonté de faire toujours plus que le précédent. Mais à chaque opus un constat : il ne reste rien du premier volet signé Brian De Palma. Bien sûr, la franchise a – dès le deuxième film – pris le parti du blockbuster pur et dur. Malheureusement, elle le fait au détriment du scénario. Car plus on avance, moins l’intrigue est compréhensible. Rogue Nation n’y échappe pas, même si son histoire reste un peu moins abracadabrante que Protocole Fantôme qui, lui, atteignait des sommets.

En bref, super-Tom Cruise se retrouve cette fois-ci à traquer une organisation qui répond au doux nom de Syndicat, dont il est le seul à croire l’existence et qui se trouverait être derrière une multitude d’attentats visant à bouleverser l’ordre mondial. Oui, mais dans quel but ? Ajoutez à cela – en plus de la scène d’ouverture sur l’avion – une plongée durant laquelle Hunt doit rester en apnée minimum trois minutes, une course poursuite à moto qu’il entame juste après avoir été réanimé, la présence d’une agent double (voire triple et même quadruple tant on arrive jamais vraiment à savoir pour qui elle marche) et vous avez l’essentiel de Rogue Nation. Un enchaînement de scènes plus spectaculaires (et improbables) les unes que les autres, doublé d’un scénario à l’intrigue alambiquée et d’un humour à revoir, puisque les seuls passages vraiment drôles viennent du duo Alec Baldwin / Jeremy Renner lors des scènes face à la commission gouvernementale, où le comique de répétition est de mise.

Mission Impossible 5 Trois

Tout le talent de Brian De Palma à l’époque est qu’il avait réussi à faire l’inverse, à savoir un véritable thriller d’espionnage sans humour gratuit, reposant sur un scénario solide et sublimé par le côté grand spectacle. La scène d’infiltration à la CIA, avec toute la tension dont elle fait preuve, est un modèle du genre.

Dans Rogue Nation, le film est voué à l’action. Action développée à outrance pour remplir le cahier des charges du blockbuster, mais qui crée de nombreuses longueurs. Une seule scène tire son épingle du jeu. Une scène à l’opéra de Vienne, très fortement inspirée de L’homme qui en savait trop d’Alfred Hitchcock. Sa mise en scène, très bien orchestrée, en fait un clin d’œil vraiment réussi. Intervenant durant le premier tiers du film, elle laisse présager une réalisation plus subtile que les volets précédents. Malheureusement, tout retombe comme un soufflé, faisant de ce passage le seul état de grâce du long-métrage.

Côté distribution, on retrouve pour l’essentiel ceux de Protocole Fantôme, exactement là où on les attend : Simon Pegg pour le burlesque, Ving Rhames pour le côté bourru, Jeremy Renner en bon petit soldat. Et bien sûr Tom Cruise. Qui, au lieu de vouloir éternellement ressembler à l’Ethan Hunt d’il y a vingt ans, aurait mieux fait de se consacrer à une carrière qui pourtant débutait bien (Scorsese, Kubrick, entre autres). Dommage d’avoir choisi la scientologie plutôt que son talent… La seule surprise de ce casting vient de Rebecca Ferguson, la belle agent quadruple qui réussit à faire de l’ombre à Ethan Hunt, alors que dans les volets précédents, les personnages féminins n’étaient que des faire-valoir.

Globalement, vous l’aurez compris, le film loupe le coche. Ça n’est pas en soit le fait que l’on se retrouve face à un énième blockbuster qui pose problème, mais plutôt le fait qu’il ne se renouvelle pas. Là où les scènes d’action devraient provoquer une poussée d’adrénaline, il n’y a rien. Pas même un léger frisson. Dommage, à moins de garder uniquement en tête ce passage très réussi de l’opéra. Même s’il faudrait plutôt remercier Hitchcock pour cela.

Appréciation de MaXoE
5
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Avec ce film, on ne peut que regretter une fois de plus le fait que la réalisation ait cédé aux intérêts des producteurs au lieu de renouer avec les origines de la franchise.
ON A AIMÉ !
- La scène de l'opéra
- Le personnage d'Ilsa Faust
- Le comique de répétition des scènes Baldwin / Renner
ON A MOINS AIMÉ...
- La surenchère dans l'action
- Des longueurs
- Le scénario sans queue ni tête
- Un Tom Cruise bien fade
Mission : Impossible – Rogue Nation : Brian De Palma est bien loin…
Mission : Impossible - Rogue Nation
Support(s) : Cinéma / DVD
Réalisation : Christopher McQuarrie
Scénario : Christopher McQuarrie et Drew Pearce, d'après certains personnages créés par Bruce Geller
Casting : Tom Cruise, Simon Pegg, Jeremy Renner, Rebecca Ferguson, Alec Baldwin, …
Durée : 2h 12mins
Genre : Action, Espionnage
Sortie en France : 12/08/2015
Sortie aux Etats-Unis : 31/07/2015
Musique : Joe Kraemer
Distribution : Paramount Pictures
Production : J. J. Abrams, Bryan Burk, Tom Cruise et David Ellison