Quai des Bulles sur MaXoE !
Focus Grèce Antique
Quai des Bulles approche et comme chaque année, un plaisir à peine dissimulé s’installe dans les chaumières de ceux qui se préparent à s’y rendre. Le festival est devenu mythique et beaucoup le préfèrent au FIBD d’Angoulême par son cadre propice à la rencontre, par la mer qui invite aux voyages lointains et par sa programmation souvent judicieuse qui mêle expositions, rencontres, concerts dessinés, projection de films, masterclass et bien d’autres choses encore. Le ... En savoir plus !
Le mois d’octobre débute et avec lui notre premier Focus Spécial depuis la rentrée de septembre, et non des moindres ! L’équipe de MaXoE se mobilise pour vous proposer un contenu qui sera consacré à la Grèce (Antique) que nous allons aborder comme dans tous nos Focus, par des biais très différents. Les thématiques habituelles que vous connaissez déjà bien sur MaXoE seront au coeur de ce Focus, nous allons ainsi vous parler de jeux vidéo évidemement avec notre ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Critiques > Cinéma / DVD > Retour sur The Hunger Games : Deux avis, sinon rien !
Cinéma / DVD /
Retour sur The Hunger Games : Deux avis, sinon rien !

Appréciation de MaXoE
8
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
A l'occasion de la sortie dans les salles obscures du deuxième volet de la trilogie Hunger Games, quoi de mieux que de revenir sur le premier film adaptant le best-seller de Suzanne Collins ? D'autant qu'à l'époque, il avait été très bien accueilli. Et pour cause, c'est plutôt une réussite ! D'ailleurs, deux avis sont là pour vous convaincre.

The Hunger Games Une

The Hunger Games AfficheDans une Amérique du Nord post-apocalyptique connue sous le nom de Panem, le Capitole exerce un pouvoir autoritaire et répressif sur les douze districts qui la composent. Il y a soixante-quatorze ans de cela, un treizième district existait. Mais suite à une rébellion contre le Capitole et dans laquelle il avait entraîné avec lui les douze autres, le district treize fut rasé. Depuis lors, le Capitole organise tous les ans les « Hunger Games », un jeu télévisé national que toute la population est contrainte de regarder. Il consiste à tirer au sort au sein de chacun des districts une jeune fille et un jeune garçon âgés entre douze et dix-huit ans. Les vingt-quatre désignés volontaires (appelés les Tributs) se livrent alors en direct pendant plusieurs jours un combat à mort jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un. Le but ? Rappeler à Panem sa rébellion d’autrefois et que son sort est entre les mains de son gouvernement. Une stratégie d’intimidation en somme….

District douze. Le dernier. Le plus pauvre. La Moisson de la soixante-quatorzième édition des « Hunger Games » – qui consiste en la désignation des deux Tributs – est imminente. Primrose Everdeen vient d’avoir douze ans. Elle est inscrite pour la première fois à La Moisson. Elle a peur d’être désignée. Sa grande sœur de seize ans, Katniss, lui jure que tout ira bien.

Lors de la cérémonie de La Moisson, Primrose est désignée pour être Tribut aux côtés de Peeta Mellark. Katniss se porte alors volontaire pour prendre la place de sa jeune sœur. Puisse le sort lui être favorable…

The Hunger Games Lawrence

L’avis de Julie

L’adaptation au cinéma d’un roman n’est pas une tâche aisée. Et encore plus lorsque ce roman fait un carton international. La déception est en effet d’autant plus grande pour les fans. Mais le but ici ne sera pas de dire si oui ou non le film est resté fidèle aux pages, tout simplement parce que je ne l’ai pas encore lu (même si cela ne saurait tarder).

Du point de vue du scénario (ou de l’histoire plutôt, puisqu’il s’agit d’une adaptation), il n’est pas tout à fait original. Il est facile de penser ici à Running Man et Marche ou crève de Stephen King, ou encore à Battle Royal de Kōshun Takami (également adapté au cinéma par Kinji Fukasaku). Mais attention, ça n’est pas pour autant que la trame est dénuée d’intérêt. Au contraire, cela reste plutôt captivant même si c’est du déjà vu. Déjà parce que les « Hunger Games » n’occupent pas l’essentiel du film. Il y a tout un développement en amont sur la situation politique et économique de cet État autoritaire ex États-Unis. Là-dessus, le film évite l’écueil d’en arriver directement à la partie de ces « Jeux de la Faim ». Il prend son temps, et c’est appréciable même si certains reprocheront sûrement à cela quelques longueurs.

Il sera sans doute également reproché le fait que l’aspect politique ne soit pas assez développé. Mais c’est au contraire la suggestion qui est ici intéressante. Il ne faut pas tout révéler d’un coup. Le malaise se sent. L’envie de changer les choses aussi. Il faut seulement laisser du temps à tout cela, car n’oublions pas qu’il reste deux autres volets.

The Hunger Games Capitole

Un scénario qui ne paye pas par son originalité donc. Mais qui a tout de même su rester passionnant malgré un sujet déjà exploité.

Pour le reste, difficile de trouver à redire. La mise en scène est très réussie, avec une vraie recherche esthétique dans les décors, les costumes. Il y a une volonté de montrer ce clivage entre les Districts et le Capitole. Ainsi qu’entre les différents Tributs des différents Districts. De même, il y a beaucoup de noirceur dans ce film qui n’est pas tout public, loin de là. Il est violent dans les images (même s’il y a pire), mais également dans le propos qui peut faire froid dans le dos. Rien d’aseptisé. Quelque chose de brutal au contraire. Le réalisateur, Gary Ross, a d’ailleurs tenté de rendre cet aspect jusque dans la manière de filmer puisqu’il a utilisé la technique de la caméra à l’épaule. Sur certaines séquences ce choix donne un résultat un peu brouillon, mais cela évite à l’inverse de nous servir des plans trop propres sur eux. Bien heureusement.

Cette qualité dans la mise en scène va jusqu’à la direction d’acteurs, elle aussi très recherchée. Chaque rôle a sa propre identité et chaque acteur a vraiment travaillé son personnage. Du côté du Capitole, Stanley Tucci livre une prestation assez remarquable du présentateur télé Caesar Flickerman. C’est un vrai show à chaque fois. Donald Sutherland est quant à lui glacial dans son rôle de Président autoritaire et oppresseur. Et Woody Harrelson (entre Capitole et Districts) est également très bon dans rôle de l’excentrique Haymitch Abernathy, ravagé par les « Hunger Games » auxquels il a lui-même participé quelques décennies plus tôt.

Mais si tous ces acteurs sont bons, Jennifer Lawrence livre ici une véritable performance. Le rôle est déjà extrêmement physique. Mais en plus de cela, elle offre un personnage tout en nuances. Déterminée à sauver sa peau, mais en même temps écœurée par ces « Jeux » impitoyables auxquels elle est obligée de participer. Elle lutte constamment entre son instinct de survie et l’humanisme qui l’anime. Cette jeune actrice est réellement douée et n’a pas volé son Oscar l’année dernière. En tout cas, on peut encore remercier Guillermo Arriaga d’avoir déniché cette perle pour son film Loin de la Terre Brûlée.

Ce premier volet de la trilogie Hunger Games est un film que l’on pourrait qualifier d’abouti, tant le réalisateur a travaillé tous les aspects sans précipitation, en prenant son temps, en s’attardant sur des points sur lesquels d’autres auraient aisément pu passer. Et on ne peut que l’en remercier.

La note de Julie : 8/10

The Hunger Games Lawrence Tucci

L’avis de Tof

Non le pitch n’est pas très original en soi. On nous sert même un scénario plutôt convenu. La SF a maintes fois traité les dérives d’une société décadente, suffisamment pour tenter d’amuser les foules avec le sang humain. Mais ce qui change la donne, tout de même, c’est que ce sang soit celui de la jeunesse. Cela donne une teinte dramatique bien plus palpable. Quand la société sacrifie sa jeunesse, que lui reste-t-il comme avenir ? Oui le débat est posé, celui-ci mais aussi celui du racisme social qui vous savonne la planche si vous venez d’un milieu défavorisé. 

Le film ne fait pas de concession et la violence est bien tangible, scène après scène. Jennifer Lawrence livre une belle prestation, pleine de détermination et de froideur aussi, parfaite pour son personnage.

Hunger Games 1 Lawrence dos mais pas combi cuir

Mais il y a encore plus de talent derrière la caméra. Certains ont dit que le film était plutôt destiné aux ados mais la caméra les fait mentir. Pas de plans léchés, pas de séquence trop lisse. Non, le réalisateur nous propose quelque chose de beaucoup plus brut. Les scènes d’action sentent la vérité, on ne nous sert pas de chorégraphie artificielle. On peut même dire que cette caméra se permet d’avoir la bougeotte, de faire sauter son objectif pour nous dérouter encore un peu plus et on aime ça. 

Voilà donc un film qui nous propose un moment de réflexion servi par une mise en scène habile. 

On regrette simplement que le propos politique n’ait pas été encore un peu plus peaufiné. On ne voit que peu la vraie structure sociale de ce monde, c’est dommage, on aurait aimé en savoir plus. Il n’en reste pas mois que c’est un film très sympathique.

La note de Tof : 7/10

Appréciation de MaXoE
8
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Un premier volet d'une grande qualité cinématographique où rien n'est laissé au hasard. Le réalisateur a vraiment placé la barre haut, très haut. On ne peut qu'espérer un second volet aussi bon, voire (pourquoi pas ?) meilleur. Mais pour cela, verdict demain !
ON A AIMÉ !
- Une certaine recherche esthétique
- La performance des acteurs, notamment celle de Jennifer Lawrence
- L'aspect politique assez intéressant...
ON A MOINS AIMÉ...
- ... mais peut-être pas encore suffisamment développé
- La facilité du principe des Hunger Games
The Hunger Games
Support(s) : Cinéma / DVD
Réalisation : Gary Ross
Scénario : Gary Ross, Suzanne Collins et Billy Ray, d'après le roman de Suzanne Collins, premier tome de sa tri
Casting : Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Woody Harrelson, Stanley Tucci, Lenny Kravitz, ...
Durée : 2h 22min
Genre : Science-Fiction, Drame
Sortie en France : 21/03/2012
Sortie aux Etats-Unis : 23/03/2012
Musique : James Newton Howard et T-Bone Burnett
Distribution : Lionsgate (États-Unis), Alliance Vivafilm (Canada), Warner Bros. (international)
Production : Nina Jacobson, Jon Kilik, Lions Gate Film et Color Force