A l’occasion de la sortie du dernier Call Of Duty qui revient à ses premiers amours, à savoir la deuxième guerre mondiale, nous vous proposons de revenir sur ce moment de l’histoire et comme d’habitude nous allons le décliner selon les thématiques qui nous sont chères : la BD, le cinéma, les jeux vidéo, la musique et puis plein d’autres choses bien sûr.  Il fait suite au précédent Focus que nous vous avions proposé sur la Grande Guerre. Notre ... En savoir plus !
Calendrier de l'Avent MaXoE - Voir toutes les idées cadeaux !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > Vu à Cannes : L’expérience VR ‘Carne y arena’ d’Alejandro Gonzalez Iñarritu
Cinéma / DVD / Sorties / Expos /
Vu à Cannes : L’expérience VR ‘Carne y arena’ d’Alejandro Gonzalez Iñarritu
La VR selon le réalisateur mexicain

Annoncé comme l’un des événements majeurs de ce 70e Festival de Cannes lors de la conférence de presse de mi-avril, l’expérience en VR proposée par le réalisateur mexicain Alejandro Gonzalez Iñarritu est sur toutes les lèvres.

Carne y arena est un court-métrage de 6 minutes 30 qui propose à ses participants de se mêler à des migrants mexicains tentant de traverser la frontière afin de se rendre aux Etats-Unis. Un sujet dur et brûlant d’actualité pour une expérience cinématographique inédite, expérience dont beaucoup sont ressortis bouleversés par le réalisme de ce qu’ils ont vu. Vécu serait d’ailleurs plus approprié.

L’installation en question se situe à quelques kilomètres du Palais des Festivals, dans un hangar de l’aéroport Cannes-Mandelieu.

Une fois sur place, il vous est demandé de vous mettre pieds nus avant d’entrer dans une salle où le sol est couvert de sable. Un sac à dos vient s’ajouter au casque VR obligatoire pour l’expérience, et le film commence.

Malheureusement, s’il y a beaucoup d’accrédités au Festival de Cannes, le nombre de places pour cette exposition est limité. Ce qui semble normal en terme de logistique, et qui fait que nous n’avons pas pu y accéder. Mais peu importe, d’autres ont pu en profiter et faire partager leur ressenti. Et l’essentiel ici est surtout que la VR fera sans doute partie de l’avenir du 7e art. En tout cas, c’est bien ce qu’on lui souhaite !

Photo du film © Emmanuel Lubezki