MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > Batman Begins & The Dark Knight : Deux avis, sinon rien !
Cinéma / DVD / / /
Batman Begins & The Dark Knight : Deux avis, sinon rien !

Lorsque l’on fête un anniversaire, il faut y mettre les formes. Alors oui, il y a déjà eu sur MaXoE une chronique consacrée à ces deux films, les deux premiers opus de la trilogie de Christopher Nolan (l’article d’origine se trouve ici). Mais pourquoi pas y ajouter un second avis histoire de vous convaincre que ces deux volets sont vraiment de qualité. Si ça n’est pas déjà fait, bien sûr !

Dossier Nolan Une

Batman Begins

Begins AfficheRéalisation : Christopher Nolan

Casting : Christian Bale, Liam Neeson, Katie Holmes, Michael Caine, Cillian Murphy, Gary Oldman, Morgan Freeman, …

Scénario : Christopher Nolan et David S. Goyer, basé sur une histoire de David S. Goyer et d’après les personnages de DC Comics créés par Bob Kane et Bill Finger

Genre : Super-Héros

Durée : 2h 19min

Production : Warner Bros., Syncopy Films, DC Comics et Patalex III Productions

Distribution : Warner Bros.

Sortie aux USA et en France : 15 juin 2005

N’étant encore qu’un enfant, Bruce Wayne assiste à la mort de ses parents victimes d’un vol crapuleux. La traversée du désert est rude et longue pour le jeune homme. Il décide de partir à la recherche de lui-même en parcourant le globe. Son périple le mène aux confins du monde, où il intègre une mystérieuse armée qui le forme à la maîtrise des arts martiaux et l’entraîne à vaincre ses peurs. Petit à petit le héros se construit. Et ce jusqu’au jour où il décide de revenir à Gotham City. Il réintègre le groupe Wayne, et surtout met son nez dans le très obscur service de recherche et développement de la société. Il décide d’endosser le costume de celui qui nettoiera la ville du vice et de la corruption dans lesquelles elle a plongé depuis des décennies.

Begins Deux

L’avis de Tof

Rapidement le côté sombre de la ville vous prend à la gorge. Nolan réussit aussi le tour de force de nous faire ressentir la peur, celle qu’inspire ce héros si sombre. On en serait presque à plaindre les malfaiteurs face à cette machine impitoyable de la justice violente. En tout cas, le rythme est diabolique et la fragilité potentielle de notre héros rend le suspense très présent. L’action est donc bien là mais on apprécie aussi les moments plus détendus des dialogues car Christopher Nolan ne sacrifie pas tout sur l’autel de l’action sans but.

Le plaisir ne serait pas le même sans une image aux petits oignons. Les contrastes, la colorimétrie, tout contribue à renforcer cette ambiance glauque. Du côté des bonus, le Blu-Ray est très complet. Entre le prologue imax, une parodie crée à l’occasion des MTV Awards et tous les reportages possibles et imaginables sur la conception du film, vous avez de quoi prolonger le plaisir.

Avec ce premier volet, Nolan fait une entrée remarquée dans le monde des super-héros en construisant à Batman une bien belle genèse.

La note de Tof : 7/10

Begins Un

L’avis de Julie

Un peu (voire même très sceptique) au départ, j’ai commencé à visionner ce Batman Begins à reculons. Il me paraissait difficile à l’époque de faire mieux que les Burton. Et ce d’autant plus que les films de super-héros de qualité médiocre sont légion.

Mais là, dès les premières minutes du film, toutes mes espérances de critique incendiaire partent en fumée. Ce qui frappe en premier lieu est l’intelligence de la mise en scène, avec l’utilisation du flash-back pour expliquer le parcours de Bruce depuis la mort de ses parents. Une utilisation savamment dosée qui, d’un côté, évite l’ennui d’une narration linéaire et, de l’autre, ne perd pas le spectateur. Toute la partie concernant le rite initiatique de Bruce auprès de Ra’s Al Ghul est très réussie, surtout la scène finale avec cette dernière épreuve au milieu de l’armée de ninjas. Sur la suite, le retour à Gotham, l’élaboration du héros masqué, le film retombe dans une forme de classicisme que ne connaissait pas cette première partie. C’est dommage, mais compréhensible. Cela reste un blockbuster, qui s’en sort tout de même plutôt bien.

Côté distribution, Christian Bale est certainement le Bruce Wayne le plus crédible. En tout cas autant que Michael Keaton dans les Tim Burton. Il est bon, il n’y a pas de doutes. Mais ça n’est rien comparé à Cillian Murphy en Dr. Crane (autrement dit L’Épouvantail). Il est souvent là où l’on ne l’attend pas et puis bon, depuis Le Vent se Lève, il n’est même plus la peine de discuter son talent.

Un peu plus de deux heures sont passées, et avec elles se sont envolés tous mes a priori sur ce premier volet qui est – malgré quelques longueurs dans les scènes d’action – une belle surprise.

La note de Julie : 7/10

 

The Dark Knight

Dark AfficheRéalisation : Christopher Nolan

Casting : Christian Bale, Heath Ledger, Aaron Eckhart, Michael Caine, Maggie Gyllenhaal, Gary Oldman, Morgan Freeman, …

Scénario : Christopher Nolan et David S. Goyer, basé sur une histoire de David S. Goyer et d’après les personnages de DC Comics créés par Bob Kane et Bill Finger

Genre : Super-Héros

Durée : 2h 27min

Production : Warner Bros., Syncopy Films, DC Comics et Patalex III Productions

Distribution : Warner Bros.

Sortie aux USA : 18 juillet 2008

Sortie en France : 13 août 2008

Batman règne en maître sur la cité. La criminalité recule et même les chefs de la pègre ne se sentent plus vraiment chez eux. Mais rien ne dure. Surtout lorsque débarque un vrai dingue capable de tout : Le Joker. Qui devient très vite l’ennemi juré de la chauve-souris. Celui-ci décide d’utiliser la pègre pour parvenir à ses fins, devenant le seul et unique maître du jeu. À  ses côtés, les mafieux passent pour des enfants de chœur et il fait tourner la police en bourrique. Batman est malmené, ayant souvent un coup de retard sur le pantin bigarré qui, sans aucun pouvoir, prouve que l’ingéniosité et la finesse sont des armes létales. Qui ne laisseront personne indemne dans l’entourage du super-héros…

Dark Un

L’avis de Tof

Ce second volet regorge de scènes cultes, comme cette poursuite infernale entre le fourgon qui transporte le procureur et Le Joker. Tout simplement dantesque. Et puis que dire de cette séquence opposant les deux ferrys. La claustrophobie et l’angoisse sont au rendez-vous. Le final est un modèle du genre, un exemple à suivre pour tous les films d’action. C’est haletant et on recommence à respirer uniquement lors du générique de fin. C’est plus rapide, plus haut que le précédent.

Et puis comment ne pas parler de la performance de Heath Ledger, malheureusement disparu depuis, dans le rôle du Joker. Il inquiète, il fascine et fait peur. Du grand art.

Les bonus sont, encore une fois, très conséquents. Ils se focalisent sur la conception et la mise en œuvre des scènes principales du film. Bref, c’est du bon et du costaud. Le transfert sur le support Blu-Ray est toujours exemplaire. Le piqué est parfait. Notons que 4 scènes ont bénéficié de la technologie Imax. 

Nolan monte en puissance et la noirceur de cet opus ainsi que l’aspect défaite des héros n’est pas sans nous rappeler un certain Empire Contre Attaque. La construction de la trilogie semble partir sur les mêmes bases, de la naissance à l’avènement en passant par la défaite.

La note de Tof : 8/10

Dark Deux

L’avis de Julie

Par rapport au premier volet qui prenait son temps afin de bien poser les bases de la trilogie, celui-ci démarre sur les chapeaux de roues et avec un invité de marque en la personne du Joker. Heath Ledger est d’ailleurs excellent, à l’instar de sa (trop) courte carrière.

Le scénario est dense, beaucoup plus que dans Batman Begins. Mais il n’est pas confus pour autant, bien au contraire. Les différents personnages sont intelligemment exploités, de James Gordon à Harvey Dent. Chaque partie du scénario est justifiée, il n’y a pas de gratuité juste pour en mettre plein la vue, et c’est appréciable. Bon, il y a toujours cette tendance à vouloir un peu trop prolonger les scènes d’action, alors qu’elles n’en n’ont pas franchement besoin, mais c’est une récurrence propre aux blockbusters.

Ce Dark Knight est dans la droite ligne du film précédent et promet de belles choses pour le dernier volet de la trilogie. Fini les films familiaux un peu trop lisse, aseptisés et qui prennent des gants avec les spectateurs. Christopher Nolan a insufflé à son travail une part de noirceur qui rend enfin les choses moins manichéennes.

La note de Julie : 7/10