MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > Brèves de Cannes – Jeudi 10 mai 2018 : Zimna Wojna, Plaire, aimer et courir vite, A genoux les gars & Ryan Coogler
Cinéma / DVD /
Brèves de Cannes – Jeudi 10 mai 2018 : Zimna Wojna, Plaire, aimer et courir vite, A genoux les gars & Ryan Coogler
- Alors comme ça vous êtes acteur ? - Oui - C'est bien ça. Et vous avez fait comment pour entrer dans le cinéma ? - C'est parce que je connais l'ouvreuse. - Ah... Moi je connais personne...

Jour férié ou non, la compétition bat son plein sur la Croisette avec aujourd’hui la projection en Sélection Officielle du film du polonais Paweł Pawlikowski. Il s’agit de la première participation cannoise toutes sélections confondues de ce cinéaste, qui a par ailleurs connu l’effervescence d’autres festivals (Sundance, Toronto, Venise, …). En 2015, son précédent long-métrage, Ida, a reçu l’Oscar du meilleur film en langue étrangère. Cette année, il foule le tapis rouge avec Zimna Wojna (Cold War), une histoire d’amour impossible entre un musicien polonais (Tomasz Kot) et une chanteuse française (Joanna Kulig), avec la Guerre Froide, la Pologne stalinienne et le Paris bohème comme toile de fond.

Le deuxième film du jour est celui de Christophe Honoré, premier français à entrer en compétition pour cette 71e édition. Il est un des rares habitués (et c’est un euphémisme) de la sélection de cette année puisque sa première rencontre avec les marches de Cannes remonte à 2002 lorsqu’il a présenté son premier long-métrage – 17 fois Cécile Cassard – à Un Certain Regard. Il intègre ensuite la compétition de la Sélection Officielle avec sa très belle comédie musicale Les Chansons d’Amour en 2007, avant de revenir faire la clôture du Festival de 2011 avec une autre comédie musicale (c’est son truc) : Les Bien-Aimés. Ces trois films, ainsi que celui lancé cette année dans la course pour la Palme d’Or, ont tous un point commun : ils ont pour thématique les rapports amoureux. Dans Plaire, aimer et courir vite (visible dès à présent dans nos salles obscures), cette histoire d’amour est celle de deux hommes (Vincent Lacoste et Pierre Deladonchamps) qui se rencontrent le temps d’un été, en 1990. Et qui devront s’aimer vite, car le temps est compté.

Du côté d’Un Certain Regard, les rapports amoureux – et plus précisément la sexualité – sont également à l’honneur avec la projection aujourd’hui du film du belge Antoine Desrosières : A genoux les gars. Avec beaucoup d’humour, ce long-métrage aborde pourtant un sujet dramatique, celui du viol, tout en se penchant sur les rapports hommes-femmes actuels ainsi que sur les nouveaux modes de sexualité.

Enfin, dans le cadre de Cannes Classics, ce jeudi sera l’occasion d’une rencontre avec le réalisateur et scénariste américain Ryan Coogler, qui avait fait ses armes en 2013 à Sundance puis à Cannes avec son premier long : Fruitvale Station (Prix du public et Grand prix du jury à Sundance, puis Prix de l’avenir de la section Un Certain Regard à Cannes). Depuis, il a réalisé le très remarqué Creed, L’Héritage de Rocky Balboa et plus récemment encore le blockbuster de l’écurie Marvel Black Panther (que certains chanceux ont pu voir hier soir au Cinéma de la Plage). Le rendez-vous est pris !