MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > Brèves de Cannes – Jeudi 16 mai 2019 : Atlantique, Sorry we missed you, Rocketman, Les hirondelles de Kaboul & La Cité de la Peur
Cinéma / DVD /
Brèves de Cannes – Jeudi 16 mai 2019 : Atlantique, Sorry we missed you, Rocketman, Les hirondelles de Kaboul & La Cité de la Peur
- Alors comme ça vous êtes acteur ? - Oui - C'est bien ça. Et vous avez fait comment pour entrer dans le cinéma ? - C'est parce que je connais l'ouvreuse. - Ah... Moi je connais personne...

Troisième jour pour un premier film, directement propulsé en compétition pour la Palme d’Or, et par ailleurs première entrée féminine de ce Festival 2019 avec Mati Diop. La réalisatrice franco-sénégalaise, bien que peu habituée au tapis rouge de la Croisette, n’en est pas à son premier festival puisque ses courts-métrages ont fait plusieurs fois l’objet d’une sélection, notamment à Rotterdam où elle reçoit le Tigre du meilleur court-métrage en 2010 pour Atlantiques.

Cette année, son premier long de fiction porte le même nom au détail près qu’il a perdu son pluriel. Atlantique est un film sur l’adolescence africaine qu’elle n’a pas vécu et qui revient sur la misère sénégalaise et les jeunes gens épuisés par elle qui – au péril de leur vie – prennent la mer à la recherche d’un avenir meilleur.

Le deuxième film du jour est celui d’un monstre sacré de Cannes qui appartient au club très fermé de ces réalisateurs ayant déjà obtenu deux Palmes d’Or (ils sont neuf au total). Dix-neuf sélections, dont quatorze (film de cette année inclus) au sein de la Sélection Officielle. Trois fois lauréat du Prix du Jury (en 1990, 1993 et 2012) pour Secret DéfenseRaining Stone et la La Part des Anges. Une Palme d’Or en 2006 pour le sublime Le Vent se Lève. Et la seconde dix ans plus tard pour le tout aussi magnifique Moi, Daniel Blake. A 82 ans, sa rage est toujours intacte. Il est le cinéaste des oubliés du système, des victimes de la violence capitaliste (ouvriers, chômeurs, migrants), en mettant en scène la lutte des classes sous toutes ses formes. Chaque année, il annonce que son film sera le dernier, et chaque année, il a encore des choses à dire. Et rien que pour cela, Ken Loach mériterait une troisième Palme.

Avec Sorry we missed you, le réalisateur britannique met une fois encore en scène la misère sociale et surtout l’absurdité de l’uberisation. Un film que l’on recommande très fortement à notre chef de l’Etat !

Hors-compétition (et dans nos salles obscures à partir du 29 mai), les festivaliers auront l’occasion de découvrir aujourd’hui le biopic Rocketman consacré à Elton John, et ceci en présence de l’artiste ! Réalisé par Dexter Fletcher (qui n’est autre que celui ayant achevé Bohemian Rhapsody lorsque Brian Singer a été évincé), le film réunit notamment Taron Egerton, Jamie Bell et Richard Madden.

Du côté d’Un Certain Regard, les françaises Eléa Gobbe Mevellec et Zabou Breitman présentent un long-métrage d’animation : Les hirondelles de Kaboul. Avec entre autres les voix de Simon Abkarian et Swann Arlaud, le film conte une histoire d’amour au milieu des ruines de Kaboul sous l’occupation talibane.

Enfin, à l’occasion des vingt-cinq ans du film, la Plage projettera ce soir la « comédie familiale » d’Alain Berbérian, et surtout des Nuls : La Cité de la Peur ! En présence des quatre acteurs principaux – Alain Chabat, Chantal Lauby, Gérard Darmon et Dominique Farrugia – cette projection sera l’occasion de (re)découvrir le Festival sous un angle des plus comiques, et peut-être de voir Chabat et Darmon nous régaler en direct d’une nouvelle Carioca !