MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > Brèves de Cannes – Mercredi 9 mai 2018 : Yomeddine, Leto, Wildlife, Orson Welles & Martin Scorsese
Cinéma / DVD /
Brèves de Cannes – Mercredi 9 mai 2018 : Yomeddine, Leto, Wildlife, Orson Welles & Martin Scorsese
Si vous vous êtes endormis, si vous voulez revoir le film, il y a d'autres projections prévues. Et partez pas sans votre dossier de presse !

Après l’ouverture de la compétition dès hier soir (pas de jour chômé à Cannes cette année) avec la projection du film d’Asghar Farhadi, la présentation de la Sélection Officielle se poursuit aujourd’hui avec deux nouveaux films.

Deux nouveaux films, pour deux nouveaux réalisateurs peu (voire pas du tout) habitués à la Croisette. Et pour cause puisque le jeune cinéaste égyptien (il n’a que 32 ans) A. B. Shauwky présente en compétition pour la Palme d’Or, ainsi que pour la Caméra d’Or, son premier film : Yomeddine. Un oeuvre prometteuse racontant le périple d’un lépreux à travers l’Egypte, parti à la recherche de ses racines.

Le second réalisateur d’aujourd’hui n’est pas beaucoup plus familier du tapis rouge. Et il ne pourra malheureusement pas gravir les marches de la compétition au sens propre puisqu’il est actuellement assigné à résidence dans son pays, pour des raisons visiblement bien plus politiques que judiciaires. Le cinéaste russe Kirill Serebrennikov ne sera donc venu qu’une fois à Cannes pour l’instant, lors de l’édition 2016 afin de présenter son film Le Disciple dans la section Un Certain Regard. Sa réalisation sélectionnée cette année – Leto (L’été) – s’inspire de la (courte) vie du chanteur de rock Viktor Tsoï et revient sur la formation de son groupe de rock underground Kino.

Du côté de La Semaine de la Critique, l’acteur américain Paul Dano est passé derrière la caméra et vient présenter son premier film, Wildlife, qui concourt pour la Caméra d’Or et qui a déjà fait les beaux jours du Festival de Sundance en début d’année. Il s’agit de l’adaptation du roman de Richard Ford, Une saison ardente, qui raconte l’éclatement d’un couple du point de vue de leur enfant. Au casting, rien de moins que Jake Gyllenhaal et Carey Mulligan.

Enfin, la Croisette n’étant pas seulement un lieu de compétition, il est possible d’y voir (ou revoir) des œuvres plus anciennes, ou encore de revenir sur la carrière de grands cinéastes. Ainsi, Cannes Classics propose la projection d’un film de Mark Cousins dédié au réalisateur de Citizen Kane : The eyes of Orson Welles. Quant à La Quinzaine des Réalisateurs, qui fête cette année sa 50e édition (bon anniversaire !), elle propose pour l’occasion de remettre le prix annuel de la Société Française des Réalisateurs de Film – le Carrosse d’Or – à celui qui est sans doute le plus grand réalisateur actuel : Martin Scorsese. Et puisque l’on ne fait jamais dans la demi-mesure à Cannes, ce dernier vient aujourd’hui présenter au public l’un de ses nombreux chefs-d’oeuvre : Mean Streets. Un retour aux sources puisque le film avait été sélectionné dans le cadre de cette même Quinzaine en 1974.