Festival de Cannes 2019 MaXoE Focus Game of Thrones
Après une édition 2018 sous le signe du renouveau (modification des dates du Festival, de la gestion des projections et de nombreux nouveaux venus au sein de la Sélection Officielle), cette édition 2019 est celle de la femme. Déjà par ce choix de rendre hommage à l’immense réalisatrice Agnès Varda disparue récemment, avec l’affiche officielle de cette 72e édition. Mais aussi et surtout parce que pour la première fois, l’organisation du Festival a mis un ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > Sorties DVD : La Reine Margot, Suzanne, Yves Saint-Laurent
Cinéma / DVD
Sorties DVD : La Reine Margot, Suzanne, Yves Saint-Laurent

Une semaine qui met le cinéma français à l’honneur du point de vue des arrivées dans les bacs. À noter pour commencer la sortie demain en DVD & Blu-Ray du biopic consacré à Yves Saint-Laurent – dont MaXoE avait publié il y a quelques temps la critique. Vient ensuite Suzanne, film très bien accueilli par la profession et la presse et qui avait fait l’objet d’un nombre important de nominations lors des derniers César. Enfin – parce qu’il est toujours bon de rendre hommage au grand cinéma et aux grands cinéastes – petit retour sur une fresque historique sortie il y a maintenant vingt ans (à quelques jours près) et rééditée pour l’occasion.

La Reine Margot Une

 

Suzanne

Suzanne AfficheRéalisation : Katell Quillévéré

Scénario : Katell Quillévéré et Mariette Désert

Casting Sara Forestier, François Damiens, Adèle Haenel, Paul Hamy,…

Genre : Drame

Durée : 1h 34min

Sortie en salle : 18 décembre 2013

Sortie en DVD & Blu-Ray : 6 mai 2014

Synopsis officiel Fille-mère à l’adolescence, Suzanne vit avec son père routier et sa sœur dont elle est inséparable. Sa vie bascule lorsqu’elle tombe amoureuse de Julien, petit malfrat qui l’entraîne dans sa dérive. S’ensuit la cavale, la prison, l’amour fou qu’elle poursuit jusqu’à tout abandonner derrière elle…

Critiques de la presse : Après Un Poison Violent, la réalisatrice Katell Quillévéré signe à nouveau un sublime portrait de femme, magistralement interprété par Sara Forestier, tout en retenue. La mise en scène est sobre, usant intelligemment de l’ellipse. Une œuvre qui réussit à rendre la tristesse lumineuse.

 

La Reine Margot

La Reine Margot AfficheRéalisation : Patrice Chéreau

Scénario : Danièle Thompson et Patrice Chéreau, d’après le roman du même nom d’Alexandre Dumas père

Casting : Isabelle Adjani, Daniel Auteuil, Jean-Hugues Anglade, Vincent Pérez, Virna Lisi, Pascal Greggory, Dominique Blanc, Asia Argento, Jean-Claude Brialy, Jean-Philippe Écoffey, …

Genre : Drame historique

Durée : 2h 39min

Sortie en salle : 13 mai 1994

Sortie en DVD & Blu-Ray : 6 mai 2014 (pour la présente édition)

Synopsis officiel Elle est belle, elle est catholique, elle est la sœur du roi, elle s’appelle Marguerite de Valois. Son frère l’a surnommée Margot. Henri de Navarre est protestant, on dit qu’il est mal élevé, mal rasé, qu’il sent l’ail et la sueur. On les marie de force. C’est une manœuvre politique : il faut réconcilier les Français déchirés par les guerres de religion. Six jours après le mariage célébré à Notre-Dame, ce sera la nuit de la Saint-Barthélemy. Au milieu de cette nuit d’horreur un jeune homme percé de coups d’épée frappe désespérément à la porte de Margot. La Môle est protestant, il doit mourir comme les autres. Mais Margot le cache, le soigne et se met à l’aimer. Cette nuit-là tout bascule.

Critiques de la presse : La Reine Margot n’est pas vraiment du Dumas. Et n’est pas vraiment non plus de l’Histoire. Mais ce qui est sûr, c’est que c’est du Chéreau. Et même du très grand Chéreau. Un style théâtral et une troupe d’acteurs au sommet pour cette fresque ensanglantée. Un film qui regorge de grands thèmes mais où le meilleur se retrouve dans ses détails et ses subtils jeux de lumière.

Dans les pages des Cahiers du Cinéma, Serge Toubiana écrivait : « Étrange sentiment, en voyant cette Reine Margot, d’un film qui aurait des veines, un pouls, des vrais battements de cœur. Sang d’amour et sang de haine, mêlés. Et ces battements de cœur seraient dictés, rythmés par la violence, toujours, qui irrigue le film de Patrice Chéreau. C’est ce sang, c’est cette inouïe violence, ce sont ces battements de cœur qui en font une vraie, une grande réussite. » Tout est dit.