Focus Spécial Joker
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Bilbo le Hobbit, le livre : Tolkien au début de son art
Livres / BD /
Bilbo le Hobbit, le livre : Tolkien au début de son art

Comment faire un focus Hobbit sans parler du livre qui fut probablement le fondateur de la fantasy moderne ? 

 

 Bilbo le Hobbit

Auteur :  J. R. R. Tolkien

Format : poche

Nombre de pages : 371

Editeur : le livre de poche

Date de sortie : 1937

Notre avis : depuis le début de ce focus, on vous a ressassé l’histoire de Bilbo. Notre hobbit se voit embarqué dans une aventure insensée avec 13 nains et un magicien, Gandalf. Il va alors parcourir la terre du milieu et voir ses ennuis s’aggraver au fur et à mesure qu’il s’éloigne de la comté. Il fera la rencontre de Gollum et entrera en possession du fameux anneau. Il découvrira aussi les trolls, gobelins et autres créatures improbables comme Smaug le dragon. Il se découvrira surtout lui-même, réalisant ainsi qu’il est un Hobbit bien particulier au sein de ce peuple n’aspirant qu’à sa tranquillité. Il va ainsi voir sa vie totalement bouleversée.

Le talent de Tolkien n’est plus à démontrer. Son style, que l’on retrouvera plus tard dans le Seigneur des Anneaux, se reconnaît entre mille. Son talent de narration est bel et bien là, on apprécie d’ailleurs surtout sa manière de dépeindre les différents tableaux de son ouvrage.

On peut cependant noter quelques maladresses, surtout dans le rythme. On sait que le roman a été rédigé sur une longue période et qu’il avait pour but, au début, de divertir les propres enfants de Tolkien. De fait, on sent parfois ce côté un peu décousu mais rien de dramatique tout de même. 

Ce qui est formidable dans ce livre, c’est surtout l’introduction d’un monde en construction. On voit les premières fondations de ce qui fera la trilogie la plus notable de Tolkien. Et puis c’est un bouquin accessible pour les enfants, son public initial. Quoi de mieux pour découvrir le merveilleux monde de la lecture que de parcourir, en pensées, la terre du milieu. 

Dernier détail, la version que nous avons lue est la traduction originale, pas la nouvelle version de Daniel Lauzon parue début octobre.

Appréciation : 5