Après une très belle 6ème édition du MaXoE Festival au mois de juin dernier, le MaXoE Festival – La Suite revient comme prévu à la rentrée de septembre et nous vous proposons de participer à ce premier concours ! A partir d’aujourd’hui et jusqu’à demain dimanche 22 septembre minuit, nous vous proposons de gagner 1 lot comprenant 3 jeux : Life is Strange : Before the Storm – Édition Limitée (PC) + Just Cause 4 (Xbox One) + Shadow of the Tomb Raider ... En savoir plus !
Comics en Vrac : Fables T4, T5 et T6

Toujours dans le cadre de notre focus Contes et Féérie, voici la suite de nos chroniques sur Fables. On y voit l’adversaire se faire plus pressant sur la communauté des Fables. Rassurez-vous, même en dehors du  focus, nous vous proposerons la suite des albums, histoire de faire quelque chose de complet ! 

Fables-T5-haut 

 

Fables-T4-couvFables T4, Le Dernier Bastion

Scénario : Willingham Bill 

Dessin : Bryan Talbot, P. Craig Russel, Mark Buckingham

Collection : Vertigo classiques

Date de parution : 24 août 2012

Format : couleurs, 144 pages

Editeur : Urban Comics

ISBN : 9782365770651

Web : http://www.urban-comics.com/

L’histoire :  comme vous le savez, Fables alterne les histoires longues et courtes dans ces albums. On commence par un petit récit expliquant pourquoi les lutins de Courteville cherchent à voler des objets magiques : les graines d’orge. Passé cet apéritif, les choses deviennent sérieuses avec une autre histoire, celle de Boy Blue et de sa rencontre avec le Petit Chaperon Rouge. Rencontre qui se fait dans les larmes et le sang. C’est, en effet, alors qu’elle fuyait l’Adversaire, au temps où les fables n’avaient encore pas abandonné les terres magiques, qu’elle fut recueillie au sein du dernier bastion de la liberté, un château encore défendu par les derniers courageux ou inconscients devrais-je dire. Mais il faut bien qu’il y en ait qui se sacrifient puisque ce château défend la porte de sortie vers le monde des communs.  Des années après, voilà que 3 drôles de gugusses semblent former un commando de l’Adversaire, en plein monde des communs et ceci a un lien avec l’histoire du fameux château.

FableT4-planches

Notre avis : alors que le premier récit nous a plus ou moins laissé de marbre, la faute à une scénario en demi-teinte, la suite de l’album fait monter la pression. On aime beaucoup plus ces histoires au long-cours, elles donnent une toute autre dimension à la série. Le fait que l’Adversaire s’intéresse au monde des communs est vraiment un plus dans la gestion du suspense. Et puis il y a des personnes hauts en couleur, je pense notamment aux 3 soldats qui sont en total décalage avec les société des humains, ce qui crée des situations savoureuses. Le couple central Blanche-Neige/Grand Loup est toujours aussi charismatique, la communauté ne pourrait exister sans eux. Un album de transition qui nous donne l’eau à la bouche car le conflit ouvert avec l’ennemi est très proche. 

Appréciation :  4

 

 

 

 

Fables-T5-couvFables T5, La Marche des Soldats de Bois

Scénario : Willingham Bill 

Dessin : Mark Buckingham, Tony Akins

Collection : Vertigo classiques

Date de parution : 7 décembre 2012

Format : couleurs, 152 pages

Editeur : Urban Comics

ISBN : 9782365770996

Web : http://www.urban-comics.com/

L’histoire : on retrouve nos trois mystérieux personnages. Les voilà qui cherchent des armes et en grand quantité pour l’armée qui va les suivre. On retrouve aussi le Chaperon Rouge qui a du mal à s’insérer dans la communauté des Fables malgré le soutien de Boy Blue, toujours amoureux. Seulement voilà, elle agit bizarrement, éveillant les soupçons de notre limier Bigby. Parallèlement le Prince Charmant entre en campagne publique pour briguer le poste de maire des Fables. La fin justifiant les moyens, il ne recule devant aucune manipulation. Les événements vont bientôt se précipiter…

Fables-T5-planches

Notre avis : un bien bel album. L’armée de l’Adversaire débarque chez nous et cela ne rigole plus. Les Fables vont se serrer les coudes mais cela pourrait ne pas suffire. Le conflit approchant, on découvre toute la puissance de la congrégation, notamment celle des mages de Fable Ville. Le personnage de la sorcière (celle d’Hansel et Gretel) est particulièrement impressionnant. Bigby nous fait aussi une démonstration de force qui prouve qu’il est l’élément charnière de la communauté. 

Une fois de plus, la force du récit est dans sa versatilité. Tour à tour drôle, émouvant ou triste, ce comics se lit d’une traite. La guerre est sanglante et les morts seront nombreux dans chaque camp. On ne nous sert pas quelque chose d’édulcoré et ça, c’est plutôt bien. 

Cet album est un des meilleurs de la série, sans aucun doute. 

Appréciation :  4

 

 

 

Fables-T6-couvFables T6, Cruelles Saisons

Scénario : Willingham Bill 

Dessin : Mark Buckingham, Tony Akins

Collection : Vertigo classiques

Date de parution : 7 décembre 2012

Format : couleurs, 152 pages

Editeur : Urban Comics

ISBN : 9782365771009

Web : http://www.urban-comics.com/

L’histoire :  retour dans le passé pour Bigby. Il se souvient quelques faits d’arme de la seconde guerre mondiale, pendant laquelle il officiait du côté des alliés. Une certaine mission va l’entraîner du côté du château de Frankestein. Mais le voilà de retour dans le présent pour un événement des plus importants : la naissance de ses enfants. Oui je dis bien ses enfants car la grossesse de Blanche-Neige se révèle plus prolixe que prévu. 6, pas moins de 6 créatures sont sorties de son ventre. Le terme créature est probablement le plus approprié pour des enfants à mi-chemin entre l’homme et le loup. Il y a bien autre chose qui va révolutionner la vie de notre couple. Le Prince Charmant a gagné les élections et il nomme la belle et la bête en lieu et place de Bigby et de Blanche-Neige. 

Fables-T6-planches

Notre avis :  un album de transition. Les choses se mettent à changer à Fable Ville. Bigby et Blanche-Neige abandonnent le pouvoir. Les nouvelles personnes en place ont bien du mal, la mission est plus ardue que prévu. Il y a comme un faux rythme dans cet album. On y retrouve tout notre beau monde mais on ressent comme un léger coup de pompe. C’est souvent le cas dans les albums charnière, ceux qui ont la lourde tâche d’introduire un nouveau contexte. En tout cas, les dernières pages du livre donnent vraiment envie de passer à la suite. 

Appréciation :  4