Après une très belle 6ème édition du MaXoE Festival au mois de juin dernier, le MaXoE Festival – La Suite revient comme prévu à la rentrée de septembre et nous vous proposons de participer à ce premier concours ! A partir d’aujourd’hui et jusqu’à demain dimanche 22 septembre minuit, nous vous proposons de gagner 1 lot comprenant 3 jeux : Life is Strange : Before the Storm – Édition Limitée (PC) + Just Cause 4 (Xbox One) + Shadow of the Tomb Raider ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Comics en Vrac Spécial Polar : Batman, le plus grand détective du monde
Livres / BD / / / / /
Comics en Vrac Spécial Polar : Batman, le plus grand détective du monde

Qui dit Polar, dit enquêteur ou détective. Et dans le monde des comics qui dit détective dit Batman. Alors oui je provoque avec le titre de ce dossier. Les fans de Sherlock vont se plaindre c’est sûr, ben moi j’assume car je préfère Batman. En plus il a 80 ans cette année, alors un peu de respect s’il vous plaît !

Ma préférence est claire. J’ai adoré le travail de Jeph Loeb et de Tim Sale. Ce travail qui justement plonge notre héros dans les polars les plus noirs. 

 

On commence avec Un Long Halloween (Scénario : Jeph Loeb – Dessins : Time Sale – Un Long Halloween – Urban Comics – DC Essentiels – 416 pages – 2013 – prix 35 €). Carmine Falcone, appelé « le romain », règne sur la pègre de Gotham City. Le chevalier noir a, bien entendu, un oeil sur lui et il n’est pas seul pour le surveiller. Le procureur Harvey Dent et le commissaire Gordon sont de la partie pour éradiquer les malfaisants de la ville noire. C’est la routine finalement non ? Seulement voilà, un mystérieux meurtrier surnommé « Holiday » décime les rangs de cette pègre et il choisit de le faire les jours de fête. Nos amis se lancent alors à la poursuite de l’inconnu mais un autre personnage fait son apparition et il cherche, lui aussi, le tueur en série. Il est déguisé en clown et s’appelle le Joker … Aucun vilain ne manque à l’appel et Batman montre une fois de plus une forme de côté sombre. Et puis la fin, quelle fin mes amis ! En bref, c’est du grand Batman servi par un dessin tout en ombres, nuances et crayonnés. 416 pages de bonheur. Encore !

 

On poursuit avec Amère Victoire (Scénario : Jeph Loeb – Dessins : Time Sale – Amère Victoire – Urban Comics – DC Essentiels – 400 pages – mai 2014 – prix 39 €). Rappelez-vous. Le tueur Holiday s’en prenait aux pontes de la pègre à Gotham. Les soupçons se sont portés sur Sal Maroni et son procès est célèbre entre tous. C’est pendant celui-ci que Harvey Dent est devenu Double-Face. Mais ce n’est pas lui le coupabe. L’enquête entraîne Batman sur la trace d’Alberto Falcone, l’enfant le plus improbable de Carmine, une des têtes de la pègre. Tout cela s’est fini en feu d’artifice avec la mort de Carmine et l’emprisonnement de Double-Face et d’Alberto.

Encore une fois la doublette Loeb et Sale fait mouche et pas qu’un peu. On reprend la trame d’Un Long Halloween et les ficelles sont loin d’être démêlées. La tension est à son comble et les pistes sont nombreuses. Jeph arrive toujours à construire un univers complexe fait de personnages aux mille fêlures, aux destins tragiques, aux accidents de parcours. Il soulève le thème évident de la liaison père/mère-fils/fille.

 

On poursuit avec Batman, Des Ombres Dans La Nuit (Scénario : Jeph Loeb – Dessins : Tim Sale – Batman Des Ombres Dans La Nuit – Urban Comics – DC Essentiels – 384 pages – janvier 2014 – prix 35 €). L’album propose deux arcs narratifs. Le premier concerne Batman. Ce sont des récits initialement publiés, entre 1993 et 1995, dans Legends Of The Dark Knight – Halloween. Ils ont inspiré Un Long Halloween et nous présentent un Batman au début de sa carrière, dans la continuité des origines modernes redéfinies par Miller et Mazzucchelli dans Batman Année Un. On y retrouve des récits divers aux inspirations plurielles qui permettent à Bruce de découvrir les vilains de Gotham : le Pingouin, le Joker voire le Chapelier Fou. La revisite des 3 Noëls de Dickens est particulièrement sympathique d’ailleurs. Toutes ces histoires sont une mine de bonheur pour les amoureux de l’homme chauve-souris. On explore ces pages comme un livre historique, à la recherche de détails, de témoignages de sa vie. Le deuxième nous propose de suivre les pas de Catwoman (récits publiés en 2004 et 2005) alors qu’elle a quitté Gotham pour rejoindre Rome, à la recherche de son passé, de ses origines. Elle y rencontre un tueur à gages très surprenant et fait équipe avec un Sphinx méconnaissable, tout du moins au début de l’histoire. Cette fois, contrairement au volet Batman, c’est un récit complet qui nous est proposé. On y découvre une Catwoman plus humaine que jamais. Elle est redoutable oui mais elle offre, ici, un visage moins dur que d’habitude. 

 

Enfin finissons avec Batman Silence (Scénario : Jeph Loeb – Dessins : Jim Lee – Batman Silence – Urban Comics – DC Essentiels – 372 pages – 2013 – prix 35 €). Batman intervient sur une affaire classique d’enlèvement. En pleine action. Alors qu’il arrive à neutraliser le kidnappeur, Catwoman en profite pour subtiliser la rançon apportée sur les lieux. Il se lance à sa poursuite mais les événements sont contre lui. Il finit par chuter lourdement sur la pavé, à la merci des loubards du coin. Heureusement Huntress passait par là, comme par hasard, pour le sauver. Dans la Batcave, Alfred a bien du mal à panser les blessures de notre héros, ce dernier lui demande de faire appel à Thomas Elliot, un chirurgien de renommée mondiale et son ami d’enfance. Le détective est plus vivant que jamais. Voilà ce qui fait la qualité des récits Batman et voilà pourquoi nous aimons autant ces comics. Ici il n’est pas question de pouvoirs démesurés, de bataille épique, non, on nous sert une enquête, un vrai thriller. Nous avions déjà été conquis par La cour des Hiboux et la chauve-souris arrive encore ici à nous charmer. Et cette séduction vient surtout des ficelles de l’enquête. Il ne faut pas oublier que notre Bruce Wayne est avant tout un détective, c’est comme cela qu’il est né dans les comics d’ailleurs. Les talents de déduction de Batman sont au centre du débat à chaque instant. Encore mieux, son mystérieux adversaire le titille sur cette qualité, il cherche à le coincer, à mettre ses facultés déductives à l’épreuve. 

 

Je pourrais vous parler d’autres ouvrages comme La Cour des Hiboux ou de Batman Année Un. Mais bon il est difficile de faire des choix. Ici je me suis concentré sur le travail de Jeph Loeb. De toutes façons tout ce que vous voulez savoir sur Batman est ici. Côté Polar, nous vous avions déjà proposé un focus avec quelques comics à la clé, notamment dans ce dossier et dans celui-là, mais aussi