A l’occasion de la sortie du dernier Call Of Duty qui revient à ses premiers amours, à savoir la deuxième guerre mondiale, nous vous proposons de revenir sur ce moment de l’histoire et comme d’habitude nous allons le décliner selon les thématiques qui nous sont chères : la BD, le cinéma, les jeux vidéo, la musique et puis plein d’autres choses bien sûr.  Il fait suite au précédent Focus que nous vous avions proposé sur la Grande Guerre. Notre ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Musique > La Playlist : Papillon (Sanseverino)
Musique / /
La Playlist : Papillon (Sanseverino)
Focus Spécial nous voilà !

Une playlist light cette semaine, sans news, ni concerts. Simplement une chronique d’un album. Celui de Sanseverino. Il a décidé de faire un album (et pas que ça) en hommage à Papillon, le fameux prisonnier. C’était donc l’occasion rêvée pour faire un focus et donc une playlist spéciale.

Sanseverino-haut

 

Sanseverino-jaqPapillon – Sanseverino

4

 

Guitare, banjos, violons, voici les ingrédients de cette belle galette. Le ton ? Un rien de jazz, pas mal  d’inspiration New Orleans, ptet un peu de manouche. Bref des morceaux qui vont vous faire bouger les pieds. On retrouve des orchestrations plutôt gaies qui nous dépeignent ainsi un Papillon assez enjoué, aérien, très loin de la lourdeur du bagne. Plutôt rigolote cette approche. Mais revenons justement sur la prestation musicale. Les instruments s’en donnent à coeur joie, habiles, complexes, inspirés. Les solos s’enchaînent pour le plus grand plaisir des mélomanes. 

Les textes profitent de ce fond sonore pour s’exprimer avec une belle justesse. La voix de Sanseverino se prête merveilleusement bien à la narration. Il nous décline ainsi l’histoire de Papillon avec l’habileté d’un conteur. Le fond fait plaisir à entendre. Les mots sont bien choisis, les rimes sont  intelligentes. Mais surtout, la plume est fine, on parcourt cet album comme on le ferait avec un bon livre. On revit cette histoire avec un plaisir rare. 

Alors oui, les pistes se ressemblent parfois un peu mais l’artiste a probablement voulu créer une ambiance propice à la narration. En tout cas, nous on a été transportés, hors du temps et de l’espace, à suivre les pas de ce malheureux prisonnier. 

Chanson – Columbia – octobre 2015 – http://www.sanseverino.fr