MaXoE > RAMA > Dossiers > Musique > L’interview de Scott Of The Antarctic

L’interview de Scott Of The Antarctic

Scott Of The Antarctic nous a fait le plaisir de répondre à quelques questions made in MaXoE. C’est l’occasion ou jamais de mieux connaître cet artiste ! 

ScottOfTheAntarctic-haut

 

MaXoE :  Scott Of The Antartic, voilà un nom original ! Dites-nous en un peu plus !

Scott Of The Antarctic : Scott of the Antarctic, ça ne vient pas directement de Robert Scott l’explorateur contrairement à ce que la plupart pensent, mais d’un sketch du Monty Python’s Flying Circus, que j’adore (la vidéo)
Après, je trouvais assez drôle le fait de faire s’entrechoquer, à travers ce nom, un monde polaire avec une musique plutôt tropicale. Je joue un peu avec ces extrêmes dans Scott of the Antarctic, comme sur Quiet Wild, où la guitare est très bossa, proche, mais la voix est noyée dans l’écho et la reverb et le texte parle du froid, de la brise hivernale…

 

MaXoE : Vous définissez vous-même votre musique comme étant AfroBossaFolkPop. Nous n’aimons pas trop ranger la musique dans des cases mais là vous osez une classement fusion qui nous intéresse. Peut-on en connaitre les critères ou non-critères ?

Scott Of The Antarctic : Oh, j’avais mis cela parce que justement sur tous ces réseaux sociaux (facebook etc…) la première case à remplir c’est toujours le fameux « genre musical ». Alors j’ai trouvé drôle de rassembler tous les styles dans un seul mot-valise qui ne veut rien dire en soi ! Mais il y a vraiment de la fusion dans ce que je fais, oui, le terme est important pour moi. Je puise les idées rythmiques dans l’afrobeat par exemple, avec les congas, les claves, le shaker, je m’inspire de la musique brésilienne dans le jeu de guitare, comme sur « Chickens », mais les mélodies, l’esprit sont plutôt pop.

 

MaXoE : Quelles sont vos principales influences, qu’est-ce qui vous a conduit à cette musique ?

Scott Of The Antarctic : J’ai énormément écouté de musique africaine et brésilienne ces dernières années, Fela, Caetano Veloso, Joao Gilberto, Gilberto Gil… La musique brésilienne, je l’ai découverte assez jeune par un ami d’enfance dont le frère vivait à Sao Paulo. Ces gens-là vraiment des modèles indépassables pour moi. Mais mes racines viennent par ailleurs plutôt de la pop et du rock (les Beatles en particulier) Je crois que ça s’entend un peu.
Des artistes plus jeunes comme Jose Gonzalez, ou les premiers albums de Devendra Banhart, sont aussi une source d’inspiration pour moi. Cette façon de faire une musique acoustique, hyper dépouillée, juste une guitare et quelques percussions, avec un vrai groove, et une dimension un peu hypnotique, répétitive. C’est ce que je recherche, quitte à ce que ça sonne un peu « pauvre » à l’oreille de certains. Beaucoup de groupes fantasment sur les productions luxuriantes, moi, mon idéal musical, c’est le dépouillement maximal !

 

MaXoE : I can’t Breathe marque une certaine rupture, selon nous, dans l’album. Ce morceau a-t-il une signification particulière par rapport aux autres ?

Scott Of The Antarctic : Oui, en fait, c’est le morceau le plus ancien, que je jouais avec mon précédent groupe, Bellegarde, en version rock, un peu à la Strokes. Or, je l’avais enregistré à l’origine en acoustique il y a 7-8 ans, avec des effets sonores un peu sombres et inquiétants par dessus. J’en ai profité pour l’enregistrer dans cette version pour l’EP. Il est effectivement un peu différent des autres, c’est pour cela qu’on l’a mis à la fin. La guitare est une folk pas une nylon, le morceau est très rêche, le rythme est raide. Quelque part je voulais contrecarrer le côté très sunshine, tropical, qu’il y a dans cet EP, avec ma face plus sombre, radicale. C’est une direction que je prendrai peut-être plus dans le futur.

Scott Of The Antarctic 2

 

MaXoE : Nous attendons désormais l’album. Vous y travaillez déjà ? Si oui, quelle sera sa teinte ?

Scott Of The Antarctic : Justement, oui, j’y travaille ! J’ai une dizaine de morceaux que je peaufine encore, des bribes de guitare, des bribes de mélodie. Pas de dates d’enregistrement de prévue encore, mais c’est un peu un travail en continu depuis 1 an ou 2. Il sera toujours axé sur les rythmes, les percussions, mais un son certainement moins dans la rondeur, dans la joliesse, plus lo fi, des parties instrumentales, des harmonies plus bizarres des fois. Je vais approfondir ce que je fais dans un morceau comme « Chickens » ou « Quiet Wild ».

 

MaXoE : Pour finir, MaXoE est un média indépendant et pluri-culturel, pas de frontières entre les BD, les livres, la musique, le cinéma ou les jeux-vidéo. Parlez-nous un peu de vous : vous jouez à quoi ? Vous lisez quoi ? Vous regardez quoi ? Et bien sûr vous écoutez quoi ? Et si vous aviez une ou plusieurs oeuvres à conseiller à nos lecteurs ?

Scott Of The Antarctic : Mmm, alors déjà, je ne lis quasiment jamais de BD et ne joue jamais aux jeux vidéos. En cinéma, je citerais « Inside Llewyn Davis », le dernier des frères Coen, dont je suis très fan. Je regarde aussi beaucoup de séries, comme Homeland en ce moment, et viens de terminer une série comique anglaise excellente intitulée « How not to live your life », jamais diffusée en France je crois. Pour rester en lien avec « Scott of the Antarctic », il y a bien sûr la série indémodable du « Monty Python’s Flying Circus », que j’ai vu des dizaines de fois. Il paraît même qu’ils se reforment (même si sans Graham Chapman ça n’a plus beaucoup d’intérêt). L’intégrale est une bonne idée cadeau pour noël !

Question livres, dernièrement, et de manière décousue : des nouvelles (« Fictions ») de Borges, « Mort à Crédit » de Céline, plus que jamais l’un de mes écrivains préférés, et pour rester dans la musique, deux excellentes bio, une de Daniel Darc par Bertrand Dicale, et une de Fela par François Bensignor.

Pour finir question musique, outre ceux que j’ai déjà cité: je suis en ce moment à fond sur un groupe de Bristol qui s’appelle Zun Zun Egui, avec un chanteur réunionnais/mauricien qui chante en plusieurs langues. De la fusion entre le prog, l’afrobeat, le post-rock et la musique réunionnaise. Groupe génial et méconnu.

 

Pour mémoire, voici notre chronique déjà parue sur l’EP de Scott Of The Antarctic : 

ScottAntarctic-pochetteScott Of The Antarctic  

Artiste : Scott Of The Antarctic

Genre : pop

Label : Savoury Snacks

Date de sortie : 30 septembre 2013

Web : http://www.facebook.com/scottantarcticmusic

Notre avis :  quel curieux nom, n’est-ce pas ? Robert Scott était un pionnier de l’exploration de l’antarctique. Alors notre artiste aime l’exploration aussi, son EP en est la preuve. Juchées sur des guitares sèches, les pistes nous invitent à un voyage aux multiples consonances. On y trouve pêle-mêle des rythmes Afro et des arpèges Bossa, le tout surmonté d’une voix très pop. Le mélange est savoureux, à la fois tendre, velours mais aussi plein d’une énergie communicative. One Fuzzy Morning est finalement assez classique dans la forme mais les cordes sont habiles et la mélodie accrocheuse. I Can’t Breathe nous propose une ambiance plus sombre. La guitare est plus rugueuse, la voix aussi. C’est diablement bien construit et très original. Day Boy est le morceau phare de cet EP. Entraînant, joyeux, printanier, le titre sent bon le mélange des genres, des inspirations. A suivre de très près. En parlant de cela, il sera en concert le 3 décembre au Pop In à Paris ! 

Appréciation : 5 


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Les films, vous les regardez de préférence...





Loading ... Loading ...