La 6ème édition du MaXoE Festival s’est déroulée du 17 au 30 juin 2019 et cette année encore vous avez été très nombreux à suivre les événements que nous vous avions préparés pour ce rendez-vous annuel de l’aventure MaXoE, entièrement dédié à ceux qui nous lisent sur le site et nous suivent sur les réseaux sociaux. Retour sur les événements de cette édition ! Grand Prix des Lecteurs (GPL) Commençons par les votes pour les Sélections dans le cadre du ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Musique > MaXoE Festival 2019 : La Sélection Musique – Chanson/Folk & Electro/Funk/Hip Hop
Musique
MaXoE Festival 2019 : La Sélection Musique – Chanson/Folk & Electro/Funk/Hip Hop

Et hop le reste de la sélection musique. Cette fois on parle chanson et Hip Hop mais aussi Electro. 

Chanson/Folk

Pierre Par Pierre – Stabar

Difficile de classer cet album mais c’est la chanson qui domine selon moi. Un extrait de notre chronique : « Quel joli album. Des textes bourrés de tendresse mais qui vont aussi droit au but. Le thème, c’est la condition féminine. La voix un rien rocailleuse nous emmène dans des ruelles pleines de choses vraies, emplies de simplicité. Et puis au delà du message dispensé, l’artiste joue avec les mots. Les lettres, les sons, sont manipulés avec une belle aisance. Le genre ? On peut dire la chanson mais on peut dire mille autres trucs aussi. Je pense ainsi à L’Effet Mène. Morceau incroyable qui est justement à la limite de tous les genres. A la limite du Hip Hop par son phrasé, à la limite du Jazz quand la trompette fait son entrée, à la limite de la Soul avec ses accents ravageurs. »

 

En Attendant La Suite Du Passé – Ernest

Un extrait de notre chronique : « Première piste, une voix claire et bien posée. Le style fait un peu penser à M, c’est plutôt un compliment. Quelle fraîcheur ! Chaque piste nous invite au voyage, un voyage teinté d’ambiance steampunk dans laquelle le groupe s’immerge. Toutes ces chansons nous offrent des contextes différents dans un univers cohérent, belle performance. Ainsi Anatomie des Poupées nous livre une très belle partition, émouvante et empreinte de sonorités d’un autre temps. Chez l’Antiquaire est tout à fait représentatif de leur travail et de leur ambiance. Ils racontent des histoires savoureuses avec pléthore de références amusées comme sur Voulzy Thérapie. « 

 

Pretty Colors For Your Actions – Tall Heights

Un extrait de notre chronique : « Pour tout vous dire, la première écoute sur les premières pistes ne m’a pas emballé. Je suis pas un grand fan de la pop aux voies éthérées, elle n’est souvent pas assez saignante pour moi. Et puis, je réécoute et tout d’un coup les arrangements me sautent à la figure, la finesse de l’écriture aussi. Juste impressionnant. Les cordes et les claviers côtoient une basse élégante et précise. La batterie, aux sonorités électroniques, se fond bien dans l’ensemble. White Frost est un petit bijou de délicatesse. Les harmonies sont sublimes et les petites incursions de cuivre sont vraiment bien senties. »

 

Chapter III / A Perfect Storm – Ulrich Forman

Un extrait de notre chronique : « Le français à la folk habile nous livre un LP après quelques EP bien goûteux. Il a une patte, à n’en pas douter. Et puis il suffit de quelques morceaux pour tomber dans le piège de cette galette. All I Want est une petite merveille de finesse. It’s All Right n’est pas en reste. En sus de sa mélodie inspirée, ce morceau fait la démonstration de tout le talent vocal de l’artiste. Le morceau est épuré à l’extrême, sans artifices, simplement l’essentiel. Et puis parfois il nous emmène sur des routes plus insouciantes, plus enlevées comme sur Go On. Et encore une fois il le fait très bien. »

 

Complètement Red – Les Wriggles

Un extrait de notre chronique :  » Ces chansons allient musique bien construite et paroles percutantes et même si leur discours se veut un rien caustique, c’est fait avec une jolie délicatesse, presqu’avec tendresse. Ils ont compris que les messages passent mieux ainsi. Il y a même une forme de poésie sur Les Cyprès. Joli et émouvant. Bye-bye nous parle de la loi travail, c’est acide et drôle. Encore plus drôle et déjanté, Bourguignon nous propose une balade au gré de la société 2.0, celle-ci qui donne son avis à tort et à travers avec ces commentaires qui frôlent trop souvent le crétinisme »

 

Fauthentique – Tété

Un extrait de notre chronique : « tout l’album se penche sur des sujets de société, des thématiques qui nous sont chères à tous. Tété sans ces textes aiguisés ne serait pas Tété, oui sa plume est simple mais tellement efficace et empreinte de poésie. Il est souvent touchant, voire émouvant. Musicalement, je trouve qu’il est toujours meilleur quand il fait des morceaux qui groove, oui je préfère les choses un peu plus speed. J’ai ainsi adoré Les blédards célestes et Week-End Sans Wifi. Il y a aussi Disco Solitaire qui m’a surpris, un rien pop électro, le titre donne la banane. En bref, un album mêlant douceur et rythme, passion et inspiration, le tout mâtiné de textes accrocheurs. »

 

Lettre Infinie – M

Un extrait de notre chronique : « Dès les premières notes de la première piste, on sent le travail appliqué de M, sa grande expérience des studios font de lui un orfèvre du son. La basse est centrale, bondissante, funky, entrainante. Les guitares ne sont pas en reste avec des riffs aériens, parfaits pour nous donner envie de danser. Il y a un rien de Disco aussi dans tout cela, c’est particulièrement notable sur Superchérie. Oui on connaît le talent de M dans ces registres, entre chanson et funk, entre rock et pop. « 

 

Macadam Animal – Guillo

Un extrait de notre chronique : « l’électro fait son entrée, il en use avec parcimonie, juste ce qu’il faut. Et puis les orchestrations sont plus grandioses, plus percutantes, mettant le paquet sur des cordes aériennes, mais aussi des guitares saturées, des nappes profondes. Sa voix est un peu plus en retrait, laissant la place aux instruments. Elle est parfois aussi mêlées à des choeurs bien sentis. Et les textes, les textes … L’artiste a décidé de jeter un regard fataliste sur l’Humanité. Ce regard n’est pas sans espoir non plus car les textes pointent nos problèmes mais ils montrent aussi la richesse de nos cultures. « 

 

Streets of You – Eagle-Eye Cherry

Un extrait de notre chronique : « La pop et la folk sans prétention. Juste bien faite. La batterie est discrète, la basse est apaisante et les guitares nous livrent des notes éthérées, juste assez présentes pour mettre en valeur la voix de l’artiste. J’ai beaucoup aimé House at The End of The Road. C’est simple la musique avec lui. Des accords essentiels, une mélodie attachante et sa voix, toujours sa voix. Non ce n’est pas un chanteur lyrique, non il ne déposera pas sa candidature pour un casting de comédie musicale. Il chante simplement, posément et toujours en justesse. « 

 

 

Electro/Funk/Hip Hop

Strangers – The Ramona Flowers

Un extrait de notre chronique : « Cet album ne manque pas de talent ni de belles surprises. On plonge dans une pop teintée d’électro. J’ai beaucoup aimé certaines consonances 80’ies. On le retrouve typiquement sur Out Of Focus, avec des voix aériennes comme on aimait les faire avant. Come Alive en remet une couche avec des sons électro du plus bel effet et une mélodie finement arrangée. Cet album est une bouffée d’air frais, on parcourt tout cela avec la joie de la découverte sans cesse renouvelée. Chaque piste nous dévoile des choses inédites, nous prouve que les artistes en ont sous le pied et qu’ils ne manquent jamais d’inspiration. « 

 

Voodoo You Think You Are!? – Péroké

Un extrait de notre chronique : « Un EP pas comme les autres. Cette musique électro s’alimente de bien d’autres genres. Little Atlas va faire un tour du côté de l’orient avec ses trompettes habiles.Tail Wagging the Dog nous invite à des rythmes plus obsédants, plus rock finalement. Sur ces deux pistes il y a un souci du détail, une préoccupation d’aller en profondeur dans les mesures. Oui le jazz est bien présent. Dans les improvisations, dans les solos, dans l’absence de réelle structure, dans cette basse qui assène son tempo sans lassitude aucune. Le Hip Hop s’invite à la danse aussi, sans vergogne. »

 

Amour (Entre résistance & utopie) – Kalune

Un extrait de notre chronique : « « J’ai besoin de lâcher prise ». Cette phrase donne le ton, le ton d’une sincérité sans chichis. Voilà du Hip Hop doux à la française, comprenez du rap asséné délicatement sur des mélodies ciselées. Mais quel coup de coeur ! Je parcoure fébrilement toutes les pistes et à chaque fois je suis capté par ces paroles empreintes d’espoir et d’amour. Non non pas un amour niais, un amour pour les choses qui nous entourent, pour les gens qui nous côtoient, pour cette Terre qui nous héberge. Et puis il y a l’espoir, cette envie que ça aille mieux malgré tous les grains de sable qui s’insinuent dans notre quotidien. « 

 

Tangram Series – Scratch Bandits Crew

Un extrait de notre chronique : « Ils mélangent les influences et les courants, ils brouillent les pistes pour mieux nous conquérir. Need est un petit bijou. Un rien de Hip Hop, une basse nous projetant dans les 80’s et des sonorités originales. Ce morceau est une petite merveille d’innovation et il ressemble tellement au groupe. J’ai beaucoup aimé aussi Dicen Que, mélange d’électro et de musique latino, c’est encore une fois la preuve que la musique des Scratch Bandits Crew ne s’embarrasse pas de frontières. Ils arrivent aussi à lorgner du côté de la Soul avec Loneliness. »

 

Clock Master – Lyre Le Temps

Un extrait de notre chronique : « Que c’est surprenant. Que c’est rafraîchissant. Et pourtant le groupe strasbourgeois existe depuis 2009 et en est déjà à son 4ème album. Rien que ça ! Leur style ? Un truc improbable mêlant Hip Hop, Swing et Electro. Les cuivres s’en donnent à coeur joie, flirtant avec le scratch et les rythmiques entêtantes. Ils placent le curseur où bon leur semble. Parfois plus Swing, parfois un rien pop comme sur An Other Part of the World que j’ai adoré. Tout est bien fait, on se laisse emporter au gré des solos, des incursions individuelles mais aussi des phases collectives, charmantes à tous points de vue. « 

 

The Difference – Ghost Of Christmas 

Un extrait de notre chronique : « L’orientation est plus dansante, moins introspective peut-être, ils disent eux-mêmes qu’il est le résultat de leurs longues tournées et de ce qu’ils ont ressenti avec leur public. Moi je trouve qu’on a toujours l’esprit du groupe, l’électro est bien présente mais elle n’est jamais aride, elle se met au service de la mélodie, on est loin des partitions parfois trop alambiquées de certains artistes du genre. Cinq titres qui nous en mettent plein les oreilles et trois remix pour une autre vue de ceux-ci. »