MaXoE > TECH > News > Multimédia > VR Arles Festival : les lauréats de l’édition 2019
Cinéma / DVD / Multimédia
VR Arles Festival : les lauréats de l’édition 2019

Nous suivons avec intérêt les éditions du VR Arles Festival depuis son lancement en 2016. La deuxième édition s’est déroulée en 2017 puis la 3ème en 2018 dont vous avez pu découvrir les lauréats dans cette news.

Cette année le VR Arles Festival est de retour depuis le 1er juillet jusqu’au 29 août 2019. Le jury du VR Arles Festival présidé par l’actrice Charlotte Rampling a récompensé quatre expériences de la sélection officielle du VR Arles Festival qui sont à découvrir au couvent Saint-Césaire à Arles jusqu’au 25 août.

Présentation des lauréats

7 Lives
La fiction immersive 7 Lives de Jan Kounen se déroule à Tokyo et est produite par les spécialistes de la VR Red Corner (prix Fictions).

Une jeune fille se jette sous un métro.
Des rails, son âme s’élève.
Sur le quai, les témoins de la scène sont sous le choc. Elle a réveillé en chacun un traumatisme,
Un souvenir douloureux, qui tourne en boucle.
Pour sortir de son errance, l’âme devra traverser l’esprit de chacun, plonger dans ces souvenirs et les aider à trouver la paix …

Traveling While Black
 Le très émouvant documentaire Traveling While Black de Roger Ross Williams, Ayesha Nadarajah, Felix Lajeunesse, Paul Raphael, produit par Felix & Paul Studios, Traveling While Black Inc. et Oculus Studios (prix Versions).

En mettant au défi la façon dont la question raciale est comprise et abordée aux États-Unis, ce documentaire en réalité virtuelle immerge le spectateur dans la longue histoire des restrictions imposées aux Noirs américains et dans la création d’espaces sûrs dans nos communautés.

HanaHana: Multi-Bloom
HanaHana: Multi-Bloom, un terrain de jeu multi-joueur de l’artiste Mélodie Mousset qui plonge le spectateur dans un désert surnaturel à l’ambiance sonore envoûtante (prix Visions).

Le joueur est immergé dans un désert surnaturel et plongé dans une ambiance sonore envoûtante, une expérience qui l’invite à l’aventure et qui stimule son imagination. Il utilise sa force vitale pour parsemer le paysage de mains géantes, qui fleurissent et se déploient tels des pétales de fleurs. Il cultive cette flore étrange et crée de surprenantes constructions hallucinatoires. Laissez libre cours à votre imagination et créez une œuvre d’art collaborative unique et intense, où la réalité virtuelle se mêle au subconscient et entraîne votre esprit, votre corps et vos sens dans une aventure à la fois palpitante et déroutante.
Adapté au Jeune public

 

RE-ANIMATED
RE-ANIMATED de Jakob Kudsk Steensen, une réflexion poétique sur la mort du dernier Moho de Kauai en 1987,  l’extinction de cette espèce et le monde après l’Anthropocène. RE-ANIMATED redonne vite à cet oiseau et à son chant à travers une reconstruction légèrement modifiée de son habitat originel. (prix du Jury).

Depuis 2009, son chant nuptial peut être écouté sur YouTube. Le chant du Moho de Kauai, alors qu’il recherchait désespérément un partenaire, a comptabilisé près d’un million de vues sur la plateforme en ligne. Le film s’ouvre sur une reconstitution photo-réaliste du plateau d’Alakai, où vivait le Moho de Kauai. Une scène qui s’accompagne d’une bande sonore algorithmique composée par Michael Riesman, qui réagit à la voix et au souffle du public. C’est au cœur de la jungle du plateau d’Alakai que l’ornithologue Douglas H. Pratt nous raconte ses souvenirs de l’oiseau. Son chant se matérialise sous vos yeux et se déplace tel un nuage, un écho, un fantôme. Il vous transporte d’abord dans une grotte, puis cette masse flottante, qui semble être faite de la chair de l’oiseau, et sa lumière fluorescente, vous emmène dans un marécage plein de vie. Le Moho de Kauai revient alors à la vie et vous guide à travers une nouvelle réalité. Bien au-dessus du plateau où tout a commencé, le corps de l’oiseau se divise et vous entoure. La scène est ensuite fondue en noir et on entend de nouveau la voix du Dr Pratt et le chant de l’oiseau une dernière fois. RE-ANIMATED s’interroge sur notre trajectoire techno-scientifique paradoxale. Le paysage virtuel est à la fois un écosystème envoûtant et un laboratoire bio-technologique pour cet oiseau ressuscité aux dimensions éléphantesques. Il nous invite à changer de perspective sur l’avenir de l’écologie, actuellement en contradiction avec la réalité que nous connaissons.