MaXoE > GAMES > Tests > Xbox One > NBA 2K15 : Return of the spank

NBA 2K15 : Return of the spank

NOTE DE MaXoE
9Sélection Best Of MaXoE
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
NBA Live doit se faire une raison depuis de longues années : le patron du basket vidéoludique c'est 2K. Toutefois, le risque est grand, à chaque épisode, de voir le roi s'endormir sur ses lauriers. Aussi, à l'occasion de l'arrivée de ce nouvel opus, nous sortons la loupe.

 NBA-2K15-XBOXONE

Bon, tuons le suspense tout de suite : le roi reste le roi, sans contestation possible. Tant par le faible niveau du rival, que par les qualités intrinsèques de ce nouvel opus.

Première gifle, graphique, puisque le jeu s’offre le luxe de mettre à la retraite son prédecesseur déjà bluffant… Le rendu des visages est de plus en plus prodigieux, et pour couronner le tout la gestion des appuis a évolué favorablement, rendant les mouvements encore plus fluides et réalistes. Les joueurs sont donc un peu plus inertes, mais leur façon d’évoluer dans l’espace a gagné en naturel et, disons-le, en réalisme. Or, dans un jeu de ce genre, c’est tout sauf un détail, et le résultat fait vraiment plaisir à voir.

Innovation un peu plus gadget, la jauge de shoot, qui peut être utile quand on débute, mais a un double souci : d’abord elle n’est pas très lisible, ensuite les animations sont arrivées à un niveau d’excellence tel qu’il suffit, le plus souvent, comme dans 2K14, d’observer son joueur pour détecter le moment idéal pour un tir.

nba2k15-4

L’IA, de son côté, est plus retorse que jamais, et percer certaines défenses relève du cambriolage en bonne et due forme (satanés Bulls !). Elle est réactive, s’adapte vite et bien, « sent » le jeu. A l’inverse, « votre » IA, celle de vos partenaires, est parfois étonnamment passive, notamment en défense, à telle enseigne que l’on se demande parfois si les développeurs ne l’ont pas fait à dessein pour vous obliger à vraiment tout faire… Le gros défaut de ce postulat, c’est que 2K, qui n’a jamais été une série « abordable », devient de plus en plus élitiste… On adorera ou on détestera.

Finalement, ce 2K ne fait que peaufiner le diamant brut qu’il était déjà l’an dernier, confirmant ce jeu comme la simulation de basket ultime, et surtout comme une machine à apprendre l’humilité. L’IA est féroce, évidemment, et le multi online a été repensé et stabilisé, ce qui rend encore plus facile de trouver des parties et des adversaires à travers le fameux « Parc », tout en sachant néanmoins que vous, néophyte, vous allez prendre de sacrées tannées pendant quelques jours…

nba2k14-600x300

Et puis soyons clairs : aucun jeu ne donne à ce point l’impression de regarder une retransmission de match depuis son salon de New York ou de Los Angeles. Tout y est, des commentaires au ralenti en passant par les sponsors et la présentation, un travail d’une minutie remarquable mais qui garantit une immersion totale. Si une visite surprise arrive pendant une partie, il y a une bonne probabilité qu’il ou elle croit un instant être devant la télévision…

Même l’habillage musical, signé Pharell Williams, fait plaisir à entendre.

Enfin, le mode Carrière reste égal à lui-même en termes de richesse, même si le contenu visuel a été largement retravaillé, si vous pouvez désormais faire l’impasse sur quelques matchs sans envergure et si les doublages ont été revus. Le fond reste le même, en un peu moins relevé néanmoins que l’an passé : vous commencez par être mis à l’essai par une franchise, puis vous vous frayez un chemin, à travers quelques dialogues donnant enfin autre chose que du temps à perdre, des défis en matchs, et une personnalisation progressive du personnage via des VC durement gagnés (et que vous pourrez miser dans le parc, d’ailleurs). Notez toutefois que comme tous les ans les errances défensives sont lourdement punies… Quant au mode MG, il est encore pire en termes de gouffre à temps, mais n’a pour ainsi dire pas évolué… Enfin, quelques mots pour vous parler du mode permettant de construire son équipe avec des cartes à collectionner, qui plaira aux amateurs du genre.

NBA-Ultimate-Team

Que des qualités, donc, ce 2K ? Presque. Presque, car tout de même, le jeu souffre, encore plus que l’an dernier, de problèmes de loading absolument insupportables et constants, à telle enseigne que l’on se refuse parfois à entrer dans un menu simplement pour s’épargner un loading… Qui pis est, malgré des attributs prétendument capés, la monnaie virtuelle, achetable le cas échéant avec de vrais sous,  a tendance à un peu tuer la concurrence en multi online tant que l’on n’a pas atteint les sommets avec son perso. Mais honnêtement ce sera encore plus jouissif d’éclater un joueur créé à coups de CB avec votre gaillard sorti de nulle part !

NBA_2K15_64193

 

Testé sur Xbox One

NOTE MaXoE
9Sélection Best Of MaXoE
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Tout cela est vraiment pour trouver quelque chose à dire : 2K14 était déjà plus ou moins au sommet, et ce nouvel opus rajoute encore quelques améliorations vers ce but ultime... Même si les améliorations, sur le papier, semblent dérisoires, elles sont pourtant bien réelles, et renforcent encore le problème de jeu, malgré donc ces loadings constants. Donc, et c'est assez rare pour être souligné, voilà une nouvelle itération que l'on peut même conseiller aux possesseurs de l'édition précédente.
ON A AIMÉ !
- Des graphismes et animations encore améliorés
- La progression en Carrière, moins laborieuse
- Le Park, plus agréable et plus fluide
- Un multi plus stable
- La ProA
ON A MOINS AIMÉ...
- Les loadings...
- L'interface perfectible
NBA 2K15
Editeur : Take Two Interactive
Développeur : Visual Concepts
Genre : Sport
Support(s) : Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1-8
Sortie France : 10/10/2014

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...