MaXoE > GAMES > Dossiers > Autres > Récit de voyage, Tome 3 : les machines nippones ludiques et improbables !
Autres / Gadgets / Japon / Société
Récit de voyage, Tome 3 : les machines nippones ludiques et improbables !

 

Lorsque je vous ai dévoilé quelques unes des machines nippones indispensables, je vous avais vaguement menacés de faire un focus sur les machines ludiques et les improbables. Manque de bol pour vous, je tiens parole !

Comme je vous l’expliquais dans l’article précédent, les japonais aiment les machines et s’en servent vraiment pour tout.
Elles sont utilitaires mais aussi ludiques, sympathiques, un peu dérangées… et pour les étrangers, il est parfois bien difficile de savoir à quoi elles servent exactement.

 

 

Avec un tantinet de concentration, vous arriverez sans doute à distinguer l’image en bas à gauche du visuel ci-dessus.
Et oui ! La machine dont l’unique but est de vous transformer en porte clé ! Pour 1 200 yens (environ 11 €), un appareil photo ultra sophistiqué shoote vos traits d’ange et recréer au laser votre visage sur un porte clé. Vous aurez au préalable choisi le corps que vous préférez, et en 5 minutes c’est fini ! C’est ce qui s’appelle de la customisation à outrance…
Je n’ai croisé cette machine qu’une seule fois, mais peut être (sûrement d’ailleurs) y en a-t-il d’autres. Pour ceux qui veulent tester, sachez que vous pourrez la trouver au 45ème étage du Tokyo Metropolitan Government (TMG) à Shinjuku (le métro s’arrête pile sous la tour). Ça vous permettra également d’avoir une vue imprenable de Tokyo, de jour et/ou de nuit ça vaut vraiment le détour.

 

 

Et voilà mes préférées !!! Les Purikura ! Ce sont des photomatons totalement made in Japan.
Vous ne les rencontrerez pas dans les gares, métros ou boutiques de photographes comme en France. Il y en a dans certaines salles de jeux vidéo, et également dans des espaces dédiés comme c’est le cas à Takeshita Street (en l’occurrence lieu de la photo ci-dessus, nous en reparlerons de cette rue !). Généralement les Purikura sont destinés aux filles et aux couples. Certaines salles refusent les hommes (question de perversité paraît-il !).

Après avoir pris la pose avec les copines ou le chéri, vous allez pouvoir customiser vos photos. Choisir différents fonds, ajouter des petites étoiles, des petits coeurs, du texte, des smileys… il y a une foule de choix pour la customisation de vos photos. Mais attention, vous êtes chronométré, sans doute pour éviter les heures d’attente car vous constaterez, comme sur la photo ci-dessus, qu’il y a généralement foule, surtout à Takeshita Street !
Sachez également que vous ne vous verrez plus pareil après vous être fait prendre en photo dans un Purikura !
L’objectif lisse complètement votre peau, lui donne un teint de pêche et auréole vos yeux d’un petit voile sombre à l’égal d’un trait de khôl. Généralement la photo n’est jamais ratée et vous ressemblez presque à un personnage de manga version réelle ! Ça fait du bien au moral, je vous le dis moi !

Vous repartirez avec quelques unes de vos poses sur support autocollant et que vous pourrez également vous faire envoyer par email, pour la modique somme de 400 yens (3€ environ). Si vous avez la possibilité, c’est quand même mieux d’y aller avec quelqu’un qui lit le japonais… car la machine est entièrement en idéogrammes. Vous ne pourrez même pas compter sur les caractères latins.
Alors je vous rassure, vous pourrez malgré tout vous en sortir normalement (appuyez n’importe où, ça passe !).

 

 

Vous connaissez tous ces machines ressemblant à de grosses caisses de verre, dans lesquelles pullulent de petits jouets qu’il faut attraper à l’aide d’une pince. En France il est plutôt rare d’en rencontrer en dehors des fêtes foraines. Au Japon, à Tokyo du moins, il y en a absolument partout ! On vous l’a dit, le japonais est joueur…
Généralement les salles de jeux s’étalent sur plusieurs niveaux. Au rez-de-chaussée, voire au 1er étage également, ces petites bêtes de verre ont le monopole. Aux étages suivants (les immeubles de jeux peuvent facilement atteindre 4/5 niveaux) les bornes de jeux vidéos prennent les rênes (dernière photo en bas de l’article).

Oubliez les jeux façons surprise Kinder que l’on trouve dans nos machines françaises ! Nous ne jouons pas dans la même cour !
A Tokyo les machines présentent des peluches énormes, des tee shirts, des gashapons (les figurines représentant un personnage de manga/animé/jeu vidéo), des paquets de chips géants… des plaquettes de chocolat géantes… des coussins à l’effigie de stars de musique japonaise (pop forcément…). Bon par contre, pour vous rassurer, leurs pinces sont aussi l’arnaque que les nôtres !
Compter 100 yens la partie (moins d’1€).

 

 

Et voilà nos amis Pachinko ! Alors les Pachinko ressemblent à des machines de casino qui sont toutes sur une thématique manga. Elles ne fonctionnent pas avec des jetons mais avec de petites billes de métal. Sachez que les jeux d’argent sont strictement interdits au Japon. Le Pachinko est l’habile méthode permettant de détourner cette interdiction.
Les joueurs achètent des billes qu’ils glissent dans la machine. La vitesse est le seul élément qu’ils peuvent contrôler. Et avec un peu de chance, certaines billes tombent dans des trous qui enclenchent une roulette avec des symboles, un peu à la manière de nos machines à sous.
Selon la combinaison obtenue, un certain nombre de billes tombe dans le bac. Ces billes donnent droit à des lots et il parait qu’il est assez facile d’échanger ces lots contre de l’argent dans les boutiques avoisinantes…

Il y a des salles de Pachinko partout. Elles sont encore plus nombreuses que les salles de jeux sus nommées. Il y aurait plus de 2 millions de ces machines au Japon.
Le bruit est tout bonnement assourdissant quand vous y pénétrez. C’est totalement insupportable, entre la musique à fond et les machines qui font un boucan de tous les diables.
Si la curiosité vous entraîne à pousser les portes de ces salles, sachez qu’on ne vous laissera pas toujours rentrer. Les étrangers ne sont pas autorisés à jouer, mais certaines salles tolèrent que vous passiez votre truffe juste pour voir. Personnellement je n’ai pas eu de problème pour entrer, mais ça dépendra des endroits et vous ne serez pas autorisés à prendre des photos non plus.