MaXoE > KISSA > Critiques > Anime > Highschool Of The Dead, la mort derrière chaque porte
Anime / Manga /
Highschool Of The Dead, la mort derrière chaque porte

Appréciation de MaXoE
10Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Une mystérieuse maladie mortelle se repend à travers le monde, résultant d’une disparition imminente de l’humanité. Cette disparition laisse place à la naissance d’une population de mort-vivants en constante augmentation. Au Japon, des élèves d’un lycée se regroupent pour s’échapper de leur école et des attaques de zombis. Ce groupe essaye de fuir, mais aussi de connaitre le responsable de cette épidémie. L’histoire est initialement axée sur Takashi Komuro, un étudiant qui a survécu à l’attaque dans son lycée.

Bonjour à tous, cette semaine dans notre rendez-vous KISSA, nous allons parler d’un manga  récent en relation avec la semaine spéciale zombies qui se termine. Ce shônen (qui serait en réalité plus un seinen, comme nous allons le sous-entendre par la suite) très proche de ses homologues stylistique Zombie Loan, Biomega ou encore I am a hero a la particularité de disposer d’un scénario original à l’européenne. Voici Highschool of the Dead.

Introduisons

Highschool of the Dead (学園黙示録) est un manga d’aventure, d’action, d’horreur et de mystère dans lequel on retrouve aussi certaines scènes ecchi. Le manga est écrit par Daisuke Satō (qui est aussi concepteur de jeux vidéos de mangas japonais) et dessiné par son frère Shōji Satō (dessinateur d’illustrations de tous types et qui a notamment été assistant de Kōshi Rikudō dans un manga hentai)  dans le Dragon Age depuis le 1 mars 2007 au Japon. Le manga est en hiatus pour la seconde fois depuis janvier 2011 et une version française est aussi disponible chez Pika Edition depuis le 1 juillet 2009. Une version animée a été réalisée par Tetsurō Araki (qui travaille avec les studios Madhouse et qui a été connu ces dernières années pour avoir réalisé l’animé de Death Note) et scénarisé par Yosuke Kuroda (qui est connu pour avoir été scénariste pour les animés comme Honey and Clover, Gungrave, Madlax, Trigun, Please Teacher! ou encore Phantom ~Requiem for the Phantom~)  licenciée par Dybex en France. Cette version contient 12 épisodes et elle est diffusée sur plusieurs télévisions (comme AT-X, Aichi Television, Tokyo MX ou Chiba TV par exemple) depuis le 5 juillet 2010.

   

L’histoire que nous allons suivre prend place dans un monde normal et moderne. Une maladie mortelle inconnue vient interrompre l’épanouissement d’un monde classique et alors qu’elle se répand, les humains vont petit à petit devoir constater que leur réalité vient de devenir un souvenir immarcescible. Nous suivrons le groupe de survivants (parfois partitionné en plusieurs) de l’école Fujimi High School au Japon et plus particulièrement un élève Takashi Komuro. Cette maladie ne fait pas qu’enlever la vie, elle transforme les gens en mort-vivants et oblige les êtres humains à s’enfuir pour se réfugier en lieu sûr et ainsi sauver leur peau.

Du réchauffé ?

En terme d’histoire, HOTD apporte l’innovation d’un scénario simple mais qui n’avait encore jamais été fait jusqu’alors. Même si nous sommes à la croisé des chemins entre un Resident Evil, un Dark Edge et un Shikibane Hime, il ne sera pourtant pas intuitif de faire le rapprochement avec ses homologues stylistiques. La majorité des mangas de zombies sont peu souvent des drames avec une vraie composante d’horreur (Zombie Loan en est l’exemple), et  HOTD vient redorer les mangas de zombies horreur après s’être légèrement inspiré de prédécesseurs (le dernier en date étant Biomega publié depuis 2004 dans l’Ultra Jump).
Une autre constatation est que la psychologie et la logique sont peu souvent mises en avant dans ce genre de manga ; c’est pourtant deux composantes essentielles aux seinen qui sont trop souvent oubliées (d’où notre idée que HOTD ressemble plus à un seinen, puisqu’il possède bien ces deux composantes majeures). Le style pousse les auteurs à mettre en relief la violence, et à rendre les personnages psychologiquement plus complexes et moins idéalistes ; ce qui par la même occasion rend plus difficile le travail sur l’élaboration scénaristique de la mentalité des personnages et de leur intellect. Il est difficile d’allier scènes d’action réussies et passages psychologiques profonds ; c’est un constat que l’on peut faire dans tous les mangas quels qu’ils soient. 

Pourtant et malgré toutes les difficultés à gérer ce genre de sujet de science-fiction tout en gardant un œil et un esprit de sérieux, les frères Sato ont réussi à réaliser un manga répondant plus qu’aux attentes. Facilité par leur duo, le manga se compose d’un scénario en béton qui décrit bien les personnages et qui nous permet de sentir une réelle différence d’une pensée à une autre. Fort est de constater qu’au fur et à mesure que le manga avance, un besoin de rendre les agissements des vivants logique (et bien pensé) a été nécessaire, de manière à éviter que le manga perde de sa qualité et de ce qui a fait sa différence au départ : un scénario sérieux.
Que le dessinateur soit issu du milieu hentai a certainement facilité les possibilités du style de dessins voulus, puisque le hentai touche autant à des dessins assez enfantins de type shonen, shojo comme à des dessins beaucoup plus adultes de type seinen. De ce fait, peu de discussions ont dû avoir lieu pour choisir de faire des dessins fins et morbides tout en gardant cet esprit de femmes pulpeuses, souvent pas très habillées et se retrouvant parfois dans des positions étranges.

   

Globalement, l’intrigue, le suspens,  l’amour, la tristesse, sont entremêlés à la perfection dans le manga. On finit alors par s’attacher aux personnages dont certains peuvent disparaître déchiquetés trois chapitres plus tard, ce qui aura parfois la fâcheuse tendance à dégouter le lecteur ou spectateur plongé dans l’histoire. Chaque prise de décision est intéressante, même si elles aboutissent parfois à un drame. En toute logique et réalisme, on se dit rarement dans ce manga : « mais pourquoi il fait ça ? Ce n’était pas ça qu’il aurait dû faire ! C’est mal fait… », ce qui est déjà quelque chose de remarquable dans le genre. Niveau intrigue, l’arrivée de ce virus est au cœur du questionnement et les survivants vont se lancer dans la recherche de son origine et de la raison de pourquoi tout cela est arrivé. Les auteurs nous plongent alors dans un manga à plusieurs dimensions pour ne pas se limiter à une histoire basique et sans profondeur ; mais aussi pour indirectement élargir son publique.

Point de vue qualité

Le manga est très bien réalisé, même si le tout est parfois un peu vide et trop sombre. La qualité des dessins est bonne et on peut constater une certaine maturité même si les scènes avancent parfois trop lentement. Les dialogues sont plaisants et bien placés ce qui permet de remplir le manque de décors d’arrière-plan et d’éclaircir les dessins parfois trop sombres. Le scénario tient la route et l’histoire est très simple à suivre, ce qui rend la lecture d’autant plus agréable. De manière générale, le dessin est très proche d’un Freezing ou d’un Vampire Knight ; vous pouvez donc y aller les yeux (presque) fermés.

En ce qui concerne la série animée, l’action est clairement bien transposée, les musiques sont remarquablement bien choisies, ce qui permet d’entrer en totale immersion dans chaque épisode. L’animation est réalisée avec bon sens, de manière à minimiser ce que l’on pouvait reprocher au manga. Les dessins et le scénario restent plus ou moins fidèles à la version papier ce qui peut parfois déranger celui qui a déjà lu le manga.

Pour finaliser votre choix, il est fort désagréable d’arrêter l’histoire au bout de 12 épisodes alors qu’il serait certainement plus logique pour certains otakus de lire les 28 chapitres disponibles. Cependant, que votre choix se dirige vers l’un ou vers l’autre, ce manga reste indéniablement une réussite.

Côté personnages

Takashi Komuro (小室孝) : C’est le personnage principal que nous suivons dans le manga, il est âgé de 17 ans, mesure 1,72 m et pèse 58 kg. Il est le premier à prendre conscience de la situation et à garder son sang-froid pour s’échapper afin de se rendre en lieu sûr avec ses amis. Il est respecté de tous et finira par être leader du groupe pendant le plan d’évasion de leur école.

Rei Miyamoto (宮本麗) : C’est la meilleur amie de Takashi, elle a 17 ans, mesure 1,64 m et pèse 50 kg. Faisant partie du club de maniement de bâton, elle arrivera bien à se défendre contre les zombies. Son petit ami sera tué par Takashi lors d’une scène très émouvante mais elle arrivera à s’en remettre du fait que cette pénible fuite ne fait que commencer. Douce, sérieuse, habile et fiable, voilà les mots qui caractérisent Rei.

   

Koichi Shido (紫藤 浩一) : Il s’agit d’un professeur manipulateur, qui se sert de la confiance des élèves pour sa propre survie. Il se sert de son statut et de sa manière de parler pour se faire passer pour quelqu’un de confiance…

Kôta Hirano (平野コータ) : C’est l’otaku du lycée, il a 17 ans, mesure 1,58 m et pèse 88,8 kg. Souvent maltraité pour sa différence, mais aussi pour son poids, Kôta sera une personne indispensable pour sa maîtrise dans confection et l’utilisation d’armes redoutables contre les zombies.

Encore beaucoup de personnages seraient à décrire, tous plus charismatiques les uns que les autres. Nous  vous laissons le plaisir de découvrir l’unicité de chacun pour ne pas ternir la découverte de leur personnalité cachée face à ce drame.

Concluons

Pour conclure, HOTD est certainement un des meilleurs mangas de zombies réalisés ces dernières années. L’histoire, les dessins, l’intrigue et l’action sont dosés à la quasi perfection et cela ne laisse à aucun moment cet arrière-goût de raté comme cela peut être le cas dans bon nombre de mangas modernes. Cependant, les hiatus sont un problème majeur dans l’acquisition de fans. Il devient nécessaire et donc indispensable de recommencer sa publication le plus rapidement possible ou tout du moins, de tenir les lecteurs informés du pourquoi de cet arrêt. Si tout n’est pas encore perdu, le manga est tout de même au point mort depuis 2011. Sans demander un quelconque acréantement de reprise, cette décision laisse tout de même un goût amer…

Appréciation de MaXoE
10Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Highschool Of The Dead est un manga qui n'est pas destiné à un publique d'enfants à cause des représentations sanguinaires et violentes. Cependant, pour tous fans de zombies, ce manga doit être lu ou/et vu. Les yeux fermés ou ouverts, HOTD opère comme une transformation majeure dans le genre.
ON A AIMÉ !
- Le scénario
- Les dessins
- L'intrigue
- L'originalité
ON A MOINS AIMÉ...
- Hiatus
- Animé trop court
High School Of The Dead
Support(s) : Anime, Manga