MaXoE > ZOOM > Dossiers > Curiosités > Récit de voyage, Tome 2 : les machines nippones indispensables
Curiosités / Japon / Société
Récit de voyage, Tome 2 : les machines nippones indispensables

Je ne sais pas si vous avez vu/lu le très sympathique reportage réalisé par Mie et Seb, Deus Ex Machina… (si ça n’est pas le cas filez le lire et que ça saute !).
En le lisant et le visionnant, le mot Machina m’a interpellée, même si dans ce cadre précis il n’a pas la même signification, et je me suis dis tiens, je vais leur causer machines nippones pour le prochaine compte rendu de voyage !

On ne le répétera jamais assez, dès qu’il s’agit d’inventer une machine à la fonction complètement capilo tractée ou, à contrario, d’une efficacité et technologie frôlant presque le génie, les japonais sont les meilleurs.
Au Japon on trouve des machines absolument pour tout ! Je vous ai sélectionné quelques pépites parmi les indispensables, les ludiques, les improbables!

 
Aujourd’hui ce sera donc les indispensables !

~ Le distributeur de boisson

De l’avenue aux trottoirs plus larges qu’une autoroute, aux ruelles sombres qui finissent en cul de sac, il y a des distributeurs de boissons absolument partout à Tokyo. C’en est presque incroyable.
Il convient de préciser que le tokyoïte n’a pas du tout la culture du café/bar et de la terrasse comme nous la possédons en France et dans tous les pays d’Europe au moins et pour ne citer qu’elle. Non, le tokyoïte ne reste pas à siroter une bière ou un café en terrasse en lisant son journal, ça n’est pas dans les moeurs. J’ai du croiser peut être 2 terrasses en tout et pour tout. Il faut dire qu’avec 35° et aux alentours de 80% d’humidité permanents, il fait bond se coller sous la clim voyez-vous !

C’est donc pour éviter que le nippon citadin ne se déshydrate comme un vieux pruneau, que ces machines pulullent partout. Par groupe de 2 à 4 voire 5 machines à chaque fois, elles proposent bouteilles d’eau, jus de fruit, sodas, café dans toutes ses déclinaisons, bières et thés froids, pour la modique somme d’environ 100 à 150 yens (soit entre un peu moins d’1€ et 1€50). Et comme les japonais nous aiment autant que nous les aimons, vous remarquerez souvent des produits alimentaires marqués en français, comme café au lait (photo de fin d’article).

 

 

– Le distributeur de plat

Il ne s’agit pas de barres chocolatées et autres gourmandises ou sandwich que l’on peut trouver en France. Au Japon, beaucoup de restaurants ne prennent plus votre commande ni ne vous encaissent. C’est une machine qui se charge du boulot.
Elle se dresse à l’entrée du restaurant, plus grande que vous et avec de grosse touches rectangulaires. Si vous avez de la chance, la photo des plats sera sur les dits boutons (en ultra miniature), si vous n’avez pas de bol ça sera tout en idéogrammes, et paf !
On met les sous correspondants au plat souhaité, on récupère un petit bout de papier (auquel on ne comprend rien bien sûr) semblable à un ticket de métro, on le donne à la gentille serveuse au sourire angélique et on va s’asseoir. Pas plus compliqué que cela !

 

– Le distributeur de cigarettes

Paradoxalement, le Japon ressemblerait au paradis des fumeurs tant il y a presque autant de distributeurs de cigarettes que de boissons.
Oui… mais ! Il est interdit de fumer dans beaucoup d’endroits au japon, jusque et y compris dans la rue. Baissez la tête quand vous arpenterez le trottoir Tokyoïte, vous verrez très souvent des panneaux peints sur le sol, qui vous informent que vous n’avez pas le droit de fumeur. Trottoir non fumeur, et oui ! Si vous oubliez et allumez tout de même votre cigarette en dehors des zones autorisées (qui comportent des cendriers mais sont très peu nombreuses) vous risquez une belle amende !

 

Au prochain épisode, les machines nippones ludiques !