MaXoE > RAMA > Dossiers > Musique > La Playlist : Ghost In The Shell 1 & 2 (Kenji Kawai), Stand Alone Complex 1, 2 & 3 (Yoko Kanno)
Musique / /
La Playlist : Ghost In The Shell 1 & 2 (Kenji Kawai), Stand Alone Complex 1, 2 & 3 (Yoko Kanno)
On continue le focus

Une playlist spéciale Ghost In The Shell. On y retrouve les bandes originales des deux films historiques mais aussi les morceaux qui accompagnent la série Stand Alone Complex. 

 

 

A tout seigneur, tout honneur. Commençons avec Ghost In The Shell (World, électro – Sba – 1995), composée par Kenji Kawai. La première piste est l’empreinte du film. Les voix qu’il affectionne, des percussions éparses et des nappes aériennes pour nous mettre dans l’ambiance. Plus feutrée sur celle du deuxième film, l’artiste nous convie à un voyage apaisé, fait de bols, de cloches, de peaux lourdement frappées. Et puis toujours ces voix hypnotisantes. Mais il faut bien avouer que nous avons préféré la bande originale du deuxième film.

L’OST de Ghost In The Shell 2 Innocence (World, électro – Jvc Victor – 2004) composée aussi par Kenji Kawai ne peut pas vous laisser indifférents. Le thème d’entrée, Dungeon, est pour beaucoup dans l’ambiance du film. Des voix japonaises aiguës, scandées, planantes. Ces voix s’appuient sur des percussions incroyables. On passe ensuite aux bols tibétains. Encore une fois, cela campe le décor, parfaitement. The Doll House est aussi un modèle du genre. Inquiétant à souhait, parfaitement bizarre. Et puis il y a ce morceau d’anthologie qui est Follow Me. A lui seul il justifie l’achat de cet OST. 

 

Changeons de compositeur pour passer à Yoko Kanno a bossé sur Stand Alone Complex. Il a  ainsi proposé plusieurs galettes pour cette série. Commençons par Stand Alone Complex O.S.T (Rock, Jazz, électro – Beez Entertainment – 2003). Il montre tout son talent dans la composition de musiques étranges mais aussi plus rocks. Ici le ton est donné, celui de cette série qui fait la part belle à l’action par rapport à l’ambiance philosophique des deux films canoniques. On aime cela, franchement. Et puis il fait quelques incursions du côté du jazz/pop avec notamment Where Does This Ocean Go ? Bref, une O.S.T. pop, rock et un rien jazz. Pas mal non ? On continue avec Stand Alone Complex O.S.T 2 (Rock, Jazz, électro – Beez Entertainment – 2004). L’artiste continue de plus belle et cette fois il tape allègrement dans le funk et le jazz. Ainsi Ride On Technology est une tuerie absolue. Vous savez ce genre de morceau juché sur une ligne de basse habile et teinté de cuivres de big band. Cela nous fait penser à l’O.S.T. de Capitaine Flam. On y retrouvait les mêmes prouesses, les mêmes solos endiablés de saxophones. On continue sur le jazz avec 3Tops, un morceau tout en retenue. Sa construction chaotique démontre encore une fois le talent de Yoko Kanno. Surtout quand il mêle tout cela à des samples électros du plus bel effet. Et puis comment ne pas parler de Get9. Rock et funk à la fois, c’est un modèle du genre avec un riff de gratt à se damner. 

Enfin, Stand Alone Complex O.S.T 3 (Rock, Jazz, électro – Beez Entertainment – 2005) nous propose une approche plus folk et rock. Et là encore Yoko Kanno nous montre tout son art. Les compositions sont habiles, ce rock est bondissant, technique à souhait, surprenant en tous points. C’est le même genre de rock qu’on pouvait apprécier sur la bande originale d’Ulysse 31. C’est particulièrement évident sur Laser Seeker. Un album un peu plus lourd donc, un peu moins aérien mais c’est toujours autant plaisant. 

 

Voilà un aperçu de l’accompagnement musical des anime. Vous avez pu le constater, ces partitions sont de grande qualité. Bon, on ne vous a pas tout décrit, il y a d’autres galettes comme celle appelée Bee Human de Yoko Kanno. C’est un album dédié aux Tachikoma. Un peu plus éclectique mais sympa. Voilà, n’hésitez pas une seconde, ces albums font partie de ces OST qui peuvent s’écouter sans forcément les accompagner des images animées.