MaXoE > ZOOM > News > Associations > La Couleur des Sentiments et la Journée Mondiale de la Tolérance
Associations / Cinéma / DVD
La Couleur des Sentiments et la Journée Mondiale de la Tolérance

En partenariat avec l’Unesco et à l’occasion de la Journée Mondiale de la Tolérance, le 16 novembre 2011, une partie des recettes réalisées dans les salles de cinéma françaises ce jour-là par le film La Couleur des Sentiments sera reversée à l’Institut pour la Justice et la Réconciliation d’Afrique du Sud, Institut pour la Justice et la Réconciliation d’Afrique du Sud.

L’institut pour la Justice et la Réconciliation a été crée en 2000 dans le cadre de la Commission sur la Vérité et la Réconciliation en Afrique du Sud. Son principal objectif et d’aider la population en général à tirer les lésons de l’époque sombre de l’Apartheid et a les utiliser pour bâtir une Afrique du Sud et un continent Africain  démocratique, juste ainsi que de promouvoir l’inclusion sociale et la tolérance. Pour y arriver, une série d’actions, programmes, initiatives et projets, ainsi qu’une sensibilisation du public est mise en marche par l’Institut. Pour son travail, l’Institut a été reconnu en 2008 avec le Prix UNESCO  de l’Education pour la Paix.

UNESCO, la lutte contre le racisme et la discrimination et la promotion de la tolérance. Le septième art est indéniablement un des vecteurs les plus puissants de notre époque capables de porter aussi loin et dans les esprits – et disons le aussi, dans les cœurs – le message que l’UNESCO veut transmettre au plus grand nombre. C’est donc tout naturellement que l’Organisation a trouvé dans « La couleur des sentiments » un de ses messagers les plus précieux. A travers cette histoire merveilleusement incarnée, ce film rend hommage aux auteurs de ces petits actes de résistance à l’intolérance qui, chacun, participent au changement des réalités.

Forte de son action multiple et de sa conviction inaltérée, l’UNESCO est donc très heureuse de s’associer à « La couleur des sentiments » qui s’inscrit également merveilleusement dans le cadre de 2011-Année internationale des personnes d’ascendance africaine, dont l’objectif est de renforcer l’engagement politique pour éliminer la discrimination contre les personnes d’ascendance africaine et de promouvoir également une plus grande prise de conscience de la tragédie qu’était la traite transatlantique de l’esclavage. Aujourd’hui, les Africains et personnes d’ascendance africaine continuent de souffrir de ses conséquences. Ils sont parmi les plus touchées par le racisme dans le monde. 

Le film a obtenu le label « Coup de Foudre du Public » délivré par le magazine Ecran Total sous l’égide de l’Observatoire de la Satisfaction du public, avec 66% de haute satisfaction, et 94% de satisfaction (* source écran total). Le label « Coup de Foudre du Public » n’est décerné qu’aux rares films ayant enregistré un taux de « haute satisfaction » de 65 % minimum. Ce taux est mesuré par l’Observatoire de la satisfaction à la sortie des salles durant la première semaine d’exploitation et comptabilise la proportion de spectateurs TRES SATISFAITS par le film.

Rappelons que La Couleur des Sentiments est sur les écrans français depuis le 26 octobre. Le film a fait l’objet d’un véritable soutien, notamment de la part des leaders de la communauté afro-américaine qui se sentent personnellement liés au cadre de l’histoire.

Kuae Mattox, présidente de Mocha Moms Inc., explique : “Le film m’a fait pleurer, non seulement parce qu’il était bouleversant, mais également parce qu’il offre des parallèles frappants avec notre propre statut de mères au foyer. Bon nombre de nos ancêtres étaient domestiques ; elles étaient cuisinières, bonnes, couturières et se démenaient pour offrir à leur famille, en particulier leurs enfants, un avenir meilleur.”

Le réalisateur Tate Taylor résume ses espoirs quant à l’impact du film : “J’espère qu’il permettra aux gens de repenser à leur passé durant quelques instants et de partager leurs propres histoires avec ceux qui comptent pour eux.” Il poursuit : “Le film honore ces personnes, passées comme présentes, car à travers ces personnages, il permet aux spectateurs de se souvenir d’elles et de leur rendre hommage.”