MaXoE > GAMES > Tests > PS3 > Papo & Yo : poésie et quiétude

Papo & Yo : poésie et quiétude

NOTE DE MaXoE
4 / 5
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Papo & Yo a pas mal fait parler de lui avant qu'il ne débarque sur les réseaux de téléchargement. A la manière d'un Limbo, il nous promet de miser sur une forme de contemplation, voire de poésie pour nous emmener loin de nos gris trottoirs ...

Papo & Yo vous emmène dans un monde étrange autant que magique. Dans un décor de favellas, vous incarnez Quico un enfant qui ne sait pas bien pourquoi il se trouve là. Dès ses premiers pas dans cet univers, Quico aperçoit une petite fille qui semble vouloir lui indiquer la direction à suivre. Sans plus se poser de questions, vous suivez la belle dans les ruelles et sur les toits. La première mission fait office de tutoriel. Le bonhomme peut sauter, grimper sur des échelles ou encore porter des objets. 

Dans un premier temps, vous devrez progresser au travers des portes, précipices et autres tunnels en activant des interrupteurs ou en tirant sur des manivelles. Jusque-là, rien de révolutionnaire à l’horizon. Ce qui l’est plus, c’est que la ville est à géométrie variable. L’enfant joue sur la physionomie des ruelles. En effet, certaines maisons sont équipées d’une clé qui, une fois tournée, leur donne la possibilité de se déplacer selon, très souvent, un chemin prédéfini. Il y a aussi des séquences où l’enfant déplace les maisons à la main en portant des cartons à leur effigie. 

Les puzzles sont plutôt accessibles jusque-là. Quand ça se complique, un vieil ami vient vous rejoindre. Il s’agit de Lula, un de vos jouets, un petit robot sympathique. Celui-ci s’accroche à votre dos pour vous permettre de flotter sur une courte distance. Il agit aussi à distance sur les interrupteurs, vous ouvrant ainsi de nouvelles voies face à des puzzles plus complexes. Là on commence vraiment à s’éclater. Les maisons bougent, les tuyaux se tordent, les passerelles ont la bougeotte. 

Mais attendez, car cela ne s’arrête pas là. Vous faites la rencontre de Papo, le monstre. Vous allez devoir le guider au sein des favellas afin de le mener jusqu’à la maison d’un shaman censé le guérir. Utilisez des noix de coco, il en est friand. Mais il faudra être aussi plus ingénieux que cela pour certains passages. Faites en sorte qu’il s’endorme pour mieux le transporter, usez son ventre comme d’un trampoline, utilisez sa rage contre lui-même, … Là le titre devient plus compliqué, il va falloir réfléchir un peu plus ! 

 

Le jeu derrière le reste 

Le titre se parcoure plutôt vite (entre 4 et 5h selon votre talent) et les énigmes ne vous arrêteront pas très longtemps. Non, l’intérêt est ailleurs. Qu’il est plaisant de se balader, libre, dans les ruelles étroites. Qu’il est envoûtant de suivre cette jeune fille dont on sait, dès les premières secondes, qu’elle incarne la tristesse et l’espoir mélangés. Papo nous fascine aussi par sa versatilité. Mais surtout, la véritable histoire de Quico se dévoile petit à petit, voile par voile. L’ambiance se fait tour à tour pesante et légère, lumineuse et sombre. Car oui, Quico imagine tout cela pour mieux échapper à un père alcoolique. Ce père, finalement si présent …  

Oui le titre nous a charmé, intrigué et parfois agacé par ses petits manques de maniabilité, ses bugs de collisions ou encore sa caméra parfois capricieuse. Et puis, graphiquement c’est inégal. Les textures sont franchement moyennes mais quelques effets viennent réhausser l’ensemble. Ainsi les lumières sont particulièrement soignées. Et puis ce qui compte c’est la direction artistique et de ce point de vue là on est gâtés. L’ambiance est très particulière, très personnelle et cela d’autant plus que les bruitages et musiques sont au top. Les airs planants se succèdent aux rythmes africains, entre exploration et baston … Une symphonie !

Vous pourriez ne pas aimer. Le titre est tellement particulier qu’il déroute, indéniablement mais il va droit au coeur. Il fait partie de ces productions qui prouvent que le jeu vidéo est avant tout un support artistique qui mérite qu’on s’y attarde. 

NOTE MaXoE
4 / 5
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Nous avons longuement hésité entre un 3/5 et un 4/5. Le jeu aurait mérité 3 pour sa scandaleuse durée qui n'est pas en rapport avec son prix (15 euros). Et puis, en même temps, pourquoi le sanctionner pour 4 ou 5 heures de jeu alors qu'il est désormais coutume d'avoir des titres à une quinzaine d'heures pour 60 euros ... Donc ce que l'on retiendra, c'est que le titre nous a amusé, nous a charmé et nous a ému. Les créateurs ont abordé un thème lourd avec une telle poésie qu'on ne peut que succomber.
ON A AIMÉ !
- l'ambiance générale
- le thème soulevé
- la direction artistique
- la musique
ON A MOINS AIMÉ...
- des énigmes trop faciles
- trop court
- parfois conventionnel
- la technique ...
Papo & Yo
Editeur : Sony
Développeur : Minority
Genre : plates-formes/réflexion
Support(s) : PS3
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 15/08/2012

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...