MaXoE > GAMES > Tests > PS Vita > Resistance Burning Skies : honorable

Resistance Burning Skies : honorable

NOTE DE MaXoE
3 / 5
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Voilà un jeu qui a quelque peu subi la colère de la presse. Malmené sur les aspects campagne, on lui reproche aussi le manque de rythme et une action mollassonne. Mais, retour de bâton, la presse s'est aussi fait bousculée parfois par les lecteurs qui ont eu tendance à défendre le jeu. Nous avons donc pris le temps de l'explorer pour vous donner un avis made in MaXoE.

 

Voici donc venir un nouvel opus de la série Resistance. Après 3 épisodes sur PS3, un sur PSP, c’est la petite Vita qui bénéficie de l’invasion des chimères. L’action nous place dans la peau d’un sapeur pompier au début de l’arrivée des créatures sur terre. Très rapidement pris dans la tourmente de l’attaque, notre héros va devoir apprendre à dézinguer du monstre. 

Il faut donc arpenter les rues dévastées, armé jusqu’aux dents, en suivant un scénario pas franchement original (mais on a l’habitude avec la série). Le gameplay est celui d’un FPS scripté tout ce qu’il y a de plus classique. Du Resistance quoi ! Ainsi, si vous aimez les grands espaces, la liberté de mouvement, si vous aimez qu’un titre vous surprenne en changeant la donne après un respawn, passez votre chemin. 

De plus, comme d’habitude pour la licence, l’IA n’est pas franchement révolutionnaire mais la pugnacité et le nombre de chimères mettront vos nerfs et votre  habilité à rude épreuve. Evidemment, si l’on s’arrête là, c’est à dire à juger le jeu au bout d’une heure d’aventure, on pourrait raisonnablement grogner. Mais le titre nous apporte quelques nouveautés, notamment au niveau de l’écran tactile qui est largement mis à contribution. Vous pouvez l’utiliser pour balancer une grenade ou pour indiquer à votre arme secondaire où frapper. Sympa et efficace. On aime aussi la possibilité d’ériger un bouclier protecteur en écartant simplement les doigts, c’est immersif, donc c’est bien. Un simple tapotage sur le panneau arrière vous fait passer en mode course. Cela pourrait paraître gadget dit comme cela mais au final c’est vraiment intuitif. 

Et puis, ce qui se dégage du jeu, c’est une jouabilité très soignée. Les déplacements sont fluides, on vise sans mal, on change facilement d’armes, on déclenche aisément des tirs secondaires. En bref, rien ne nous handicape niveau maniabilité et rien que ça, c’est une grosse qualité. 

Autre bonne chose, on prend plaisir à progresser. Les environnements changent suffisamment, les boss ponctuent les fins de niveaux et les amis rencontrés ici et là varient les plaisirs. D’ailleurs, nous avons critiqué l’IA adverse, mais nos compagnons de route ne sont pas que manchots une arme à la main. Certes ils ne feront pas le boulot à votre place mais ils savent tirer. 

 

Les flingues

Les armes ne sont pas inconnues pour les habitués de la licence. Chacune d’entre elles propose un tir secondaire. On retrouve donc la carabine avec ses grenades, le nettoyeur et sa visée automatique, le chasseur (sniper intermédiaire) avec ses drones et, plus novateur, l’arbalète à canon scié. Oui vous avez bien lu, elle permet de tirer des carreaux explosifs mais aussi des balles normales. Terrible pour le combat rapproché. La variété des armes fait aussi la force du titre. On s’éclate vraiment à choisir notre mode de tuerie. 

 

Sons et Lumières

Le son n’est franchement pas terrible si vous ne chaussez pas le casque. Les déflagrations des carabines font penser à celui des fêtes foraines et on entend à peine les airs musicaux. Le casque sur la tête tout est différent. Alors même si on n’entre pas au panthéon des bruitages, les coups de feu prennent un peu de consistance et surtout l’ambiance se révèle : bruitages de fond avec les avions lointains, bruits de pas, etc …

Et puis, comme nous l’avons dit, les graphismes soufflent le chaud et le froid. Ainsi, la première heure de jeu vous fera crier au scandale devant tant de textures bâclées. Mais au fur et à mesure de votre avancée, les choses s’affinent et vous finissez par oublier tous ces vilains défauts. Les animations n’ont rien d’extraordinaire mais elles font leur job honnêtement.

Du côté du multi, les modes ne sont pas légion. On retrouve les matchs à mort en solo ou par équipe, rien de bien nouveau quoi ! Par contre Survie est plus rigolo. Au début les humains sont plus nombreux que les chimères. Dès qu’un humain est tué, il passe dans le camp des extra-terrestres. Vous comprenez la mécanique : très rapidement on se retrouve avec un système de surnombre très sympathique pour le stress. Du côté de la taille, on peut choisir des affrontements à 4 joueurs ou à 8. Les parties à 4 sont moins foutoir, donc on peut apprécier … Alors oui, on est loin du mode multi d’un Call Of Duty ou d’un Battlefield mais c’est plutôt honnête avec notamment un système d’amélioration d’armes en fonction de l’XP. On peut aussi noter une mise en relation plutôt efficace. Et puis il y a quelques bonnes idées avec des bonus temporaires qui augmentent vos points d’XP par exemple. 

Comme nous le disions, le titre a souvent été mal jugé par la presse. Certes, si on s’en tient à la première heure de jeu, on a envie de dire que le titre est bâclé. L’action est molle, le level design est pitoyable et les graphismes sont laids. Mais, une fois cette première heure passée, le jeu se révèle. Les différents flingues que vous récoltez ici et là vous permettent de jouer un peu tactique, les décors sont alambiqués, propices aux embuscades en tout genre et surtout les graphismes se dévoilent enfin. Les jeux de lumière sont d’ailleurs particulièrement réussis. 

En bref, c’est honnête. Cela ne révolutionne pas le genre et un certain nombre de défauts, dont le conformisme, sont bien présents. Cela dit, le titre remplit son office en offrant un défouloir tout à fait honorable. 

 
NOTE MaXoE
3 / 5
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Resistance Burning Skies se laisse gentiment parcourir. Certes ce n'est pas le FPS du siècle mais il possède des atouts indéniables. Et puis c'est le premier véritable FPS sur ce support. Les fans de la série apprécieront l'ambiance et les plus grognons attendront d'autres titres mais ce serait passer à côté d'un moment agréable.
ON A AIMÉ !
- les graphismes
- les fonctions tactiles
- les Boss
- l'esprit Resistance
ON A MOINS AIMÉ...
- parfois un peu vide
- un rythme inégal
- un multi à étoffer
Resistance Bruning Skies
Editeur : Sony
Développeur : Nihilistic
Genre : FPS
Support(s) : PS Vita
Nombre de Joueur(s) : 1 en campagne, 8 en multi
Sortie France : 01/06/2012

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...