MaXoE > GAMES > Dossiers > Autres > Les jeux de société : L’univers des Championnats de jeux
Autres / /
Les jeux de société : L’univers des Championnats de jeux

Ce week-end se tenait à Tours le Championnat de France du Trône de Fer.
Spectateur et acteur, lecharentais mène l’enquête !

Bonjour à tous, et bienvenue pour notre plongée hebdomadaire dans le monde des jeux de société. Une plongée assez particulière cette semaine, puisqu’elle se propose non pas de vous présenter un jeu, mais plutôt de vous faire découvrir l’univers des Championnats de jeux, en l’occurrence le Trône de Fer que nous vous avons présenté dans l’une des premières chroniques de cette rubrique (et que vous pouvez retrouver ici ).

 

Présentation de l’événement

Tours était donc ville-hôte de ce Championnat, puisque la Cité d’Indre-et-Loire héberge l’une des plus grosses communautés de France, avec Lyon. Et c’est peu dire que d’affirmer que les petits plats avaient été mis dans les grands.

Ainsi, dès le premier soir, un banquet était servi aux nombreux participants, puisque ce Championnat allait être le plus vaste du monde, incluant plus de 85 joueurs pour une épreuve et près de 100 pour l’autre ! Jamais, même aux Etats-Unis, une telle communauté ne s’est réunie, d’autant que tous les joueurs étaient issus de la francophonie, particularité de cette communauté qui, il faut bien l’avouer, fait notre fierté.

« Notre » car il faut bien l’avouer, votre dévoué serviteur est un joueur boulimique de cet excellent jeu, en plus d’être Garde de Nuit, c’est à dire responsable de sa propre communauté, en ce qui me concerne celle de Bordeaux donc.

A peu près trentenaire en moyenne, le doyen ayant 42 ans et le benjamin 18, cette communauté a la particularité d’être d’un âge un peu plus élevé que la moyenne de ce type d’activité, ceci se justifiant sans doute par l’extrême complexité du jeu, son exigence, et la popularité de la saga originelle au sein de cette tranche d’âge.

Peu de femmes, il faut bien l’avouer, mais les présentes sont particulièrement déterminées et dynamiques, et comptent bien chacune pour plusieurs hommes !

Organisé sous l’égide d’Edge, distributeur français, ce Championnat revêtait une importance toute particulière : en plus de couronner un Champion de France, évidemment, ce tournoi permettait à son vainqueur d’obtenir un billet d’avion pour aller défier les meilleurs joueurs américains pour les championnats du monde, et c’est faire montre d’un chauvinisme mesuré que de dire que les joueurs européens sont sans doute supérieurs à leurs homologues outre-Atlantique.

De plus, Edge avait décidé une nouvelle fois de rassembler le Trône de Fer et ses deux pairs également distribués par Edge : Warhammer Invasion et Cthulhu.

Beaucoup de monde, donc, pour découvrir ce vendredi matin, les Celliers de Saint-Julien, magnifiques bâtisses médiévales, et plus précisement les salles capitulaires qui accueillaient l’événement.

 

Comment se passe une journée ?

Tout d’abord, il faut savoir que le Trône de Fer se joue selon deux formats : la joute, en un contre un, et la mêlée, chacun pour soi à 4 ou 3 joueurs. Le Championnat de France devait donc couronner un Champion de Joute, un Champion de Mêlée et un Champion Général, auteur de la meilleure performance moyenne.

Vendredi, la mêlée était reine. A partir de  la liste des joueurs, on les rassemble par tables de 4 ou 3 pour la première ronde. Ensuite, on met ensemble tous ceux qui ont une victoire, et on tire un certain nombre de nouvelles tables, avant de faire de même avec ceux qui ont moins réussi. En somme, on trie par classement, afin que chaque joueur affronte autant que faire se peut un joueur comparable. Cela peut permettre à un grand joueur d’avancer en sous-marin après une défaite inaugurale, certes, mais l’objectif est de permettre aux joueurs moins glorieux d’affronter un adversaire à leur taille.

La mêlée est un jeu très spécifique. On y parle, on s’y menace, trahit, on passe des accords plus ou moins respectés…

La journée de vendredi d’ailleurs sera marquée par un exploit retentissant : alors que chaque ronde dure environ 1h30 en théorie, un joueur confirme son appartenance au panthéon des créateurs de decks en l’inscrivant à la dynamite avec une boucle infinie qui le fait gagner au tout début du premier tour… Objectif : montrer qu’une carte est épouvantable pour la faire exclure… Frédéric, le lyonnais créateur de ce jeu, l’a affirmé : il n’est là que pour dénoncer une carte délirante.

Christophe Besly, organisateur de l’événement, se frotte les mains : record de participants battu, un niveau de jeu très élevé, et des joueurs satisfaits.

Après les cinq rondes, les finales se joueront jusque tard dans la nuit, et un Suisse, dénommé Nuggetz, remportera ce Championnat de France de Mêlée.

Il faut noter, également, que chaque table finale est arbitrée par un ou plusieurs Gardes de nuit, qui doivent bien-sûr ne pas avoir perdu face à l’un des participants. La confiance règne, mais inutile de tenter le diable. Bien entendu, les arbitres pouvant participer, il est hors de question qu’ils puissent arbitrer leur propre table. Enfin, comble du raffinement, Bolzano, joueur parisien, est nommé Head Judge pour l’ensemble du tournoi, pour sa connaissance encyclopédique des règles fournies et parfois touffues de ce jeu.

Arbitrer est d’ailleurs un exercice à part entière… Il faut contrôler chaque action, chaque fait de jeu, être attentif à tout… En réalité, c’est peut-être plus délicat que d’être joueur !

 

Suite et fin de la rencontre

Le lendemain, ce sont les rondes de Joute, au nombre de 7. Les deux exercices sont très différents, et si les meilleurs brillent dans les deux, le Trône de Fer est souvent une affaire de spécialistes, certains adorant la Joute, d’autres lui préférant la Mêlée. Il y en a pour tous les goûts.

 A l’issue de ces rondes, ce sont des 16èmes de finale qui attendront les plus méritants, avec désormais des matchs à élimination directe. Maekar, champion de Joute 2011, atteindra les demies-finales, mais s’inclinera face au futur Champion, Anfalas, suisse également.

Maekar, néanmoins, ramène à Lyon le titre de Champion de France qui quitte donc Nantes, et ira défier les joueurs américains.

En terme d’organisation, il faut aussi imaginer le barnum que cela représente : de l’aide logistique, des listes de jeux à vérifier pour voir s’il n’y a pas d’erreur ou de triche, une buvette, des sanitaires à installer dans un lieu historique, surveillance nocturne du local, autant de contraintes et de difficultés qui ont été surmontées haut la main par l’association « Au Dé Tours des jeux« , organisatrice locale de l’événement.

On peut également applaudir le volume de lots, plus que considérable, offerts aux joueurs. Sans rentrer dans le détail, on y trouvait une table basse, des jeux, des livres, des verres, des lithographies originales, de quoi se régaler, en somme !

Que dire de plus ? Il faut tenter ce genre d’expérience. Certes, l’esprit de compétition est bien présent (et votre serviteur a dû ravaler le sien avec amertume avec un résultat très moyen…), mais l’ambiance de saine camaraderie, l’expérience ludique et la chaleur de cette communauté font que l’on ne peut que vous conseiller de vous renseigner auprès du magasin le plus proche pour commencer et vous renseigner sur la communauté locale !

Et n’oubliez pas : on n’arrête pas de jouer parce qu’on vieillit, on vieillit parce qu’on arrête de jouer.