Quai des Bulles approche et comme chaque année, un plaisir à peine dissimulé s’installe dans les chaumières de ceux qui se préparent à s’y rendre. Le festival est devenu mythique et beaucoup le préfèrent au FIBD d’Angoulême par son cadre propice à la rencontre, par la mer qui invite aux voyages lointains et par sa programmation souvent judicieuse qui mêle expositions, rencontres, concerts dessinés, projection de films, masterclass et bien d’autres choses encore. Le ... En savoir plus !
Le mois d’octobre débute et avec lui notre premier Focus Spécial depuis la rentrée de septembre, et non des moindres ! L’équipe de MaXoE se mobilise pour vous proposer un contenu qui sera consacré à la Grèce (Antique) que nous allons aborder comme dans tous nos Focus, par des biais très différents. Les thématiques habituelles que vous connaissez déjà bien sur MaXoE seront au coeur de ce Focus, nous allons ainsi vous parler de jeux vidéo évidemement avec notre ... En savoir plus !
MaXoE > GAMES > Dossiers > Autres > Les jeux de société : Zombie 15
Autres /
Les jeux de société : Zombie 15

 osselets

Le week-end dernier, à Pessac, à côté de Bordeaux, c’était Animasia, festival comme il se doit dédié à la culture nippone telle que vécue par la jeune génération. Mais particularité de cette année, un espace était réservé aux jeux de société, et quelques éditeurs avaient fait le déplacement, parmi lesquels des poids lourds comme Asmodée, Filosofia ou Iello. C’est le dernier nommé qui nous intéresse puisqu’au milieu des grands classiques déjà installés ou en devenir comme Smash Up, King of Tokyo, Yedo, les Trois Petits Cochons ou le Testament du Duc de Crecy, déjà analysés ou bientôt sur notre site, l’éditeur nancéen proposait de découvrir son futur jeu kickstarté sous la forme d’un prototype : le (trop) bien nommé Zombie 15.

Dans un futur pas assez lointain, les adultes ont tous été changés en zombies. Évidemment, comble de l’horreur, les enfants les plus jeunes ont été dévorés par leurs parents, et ne restent plus, alors, que les adolescents… C’est dans ce cadre que se situe ce jeu coopératif, qui permettra donc de jouer ces jeunes gens, par définition donc pas des GI lourdement armés, à choisir parmi un panel de 8. Pour le prototype, nous avions le choix entre un enfant malin mais lent, un fanatique des armes blanches, un ballistophile et une rockeuse. Précisons que dans la version finale du jeu les personnages seront représentés par des figurines. Ces personnages vont pouvoir être joués à travers 15 scénarios (l’une des explications du titre du jeu), sachant que les 4 premiers sont dévolus à l’apprentissage du jeu. Mais pour les besoins de la démonstration, nous avons eu l’occasion de jouer le scénario 5, qui déjà décoiffait pas mal.

Notre objectif était de rallier une villa sécurisée en traversant une ville qui grouillait de zombies, sachant en plus qu’il nous fallait trouver deux clés… Pour ce faire, les personnages ne manquent pas d’arguments. A chaque tour, ils ont 4 points d’action qu’ils peuvent utiliser pour faire une ou plusieurs fois une ou plusieurs actions parmi les suivantes :

IMG_0719

– se déplacer d’une tuile : en effet, le plateau est constitué de tuiles sur lesquelles figurent en général une route et une maison à fouiller. Profitons-en d’ailleurs pour saluer le travail des illustrateurs, efficace et plaisant.

– entrer ou sortir d’une maison

– fouiller une maison : il y aura deux façons de procéder. Soit le joueur décide de fouiller comme un sauvage, en cassant les meubles et les portes, et il prendra alors les trois premières cartes de la pioche, au risque d’être surpris par les zombies, soit il fouille la défausse, on parle alors de fouille méticuleuse. Une par une, il va retirer du jeu des cartes jusqu’à trouver celle qu’il veut garder. Sans danger, mais beaucoup plus lent, et cela a l’inconvénient d’écarter du jeu des cartes qui auraient pu être utiles aux autres…

– attaquer : nous voilà dans le vif du sujet ! D’abord, sachez que pour pouvoir accomplir n’importe quelle autre action, les personnages doivent avoir exécutés tous les zombies de la zone… Pour attaquer, les personnages vont devoir utiliser une arme, chacun ayant un inventaire qui lui est propre. Les armes ont plusieurs caractéristiques : ainsi, elles vont tuer un certain nombre de zombies à chaque assaut, mais aussi permettre au personnage de se défendre contre un certain nombre d’entre eux. Si, à la fin du tour, il y a plus de zombies qu’il ne peut en repousser, il est blessé. Pour être TRES pointilleux on aurait préféré des points de fatigue, car blessé par un zombie, en principe, on devient l’un d’entre eux… A chaque utilisation, l’arme perd un peu de sa durabilité et une fois celle-ci arrivée à 0, on ne pourra plus l’utiliser que pour repousser les assauts. Du coup, il devient très urgent de renouveler souvent son arsenal, car comme nous l’avons dit se retrouver coincé avec des zombies sans arme revient à ne plus rien pouvoir faire, à part les frapper à mains nues, ce qui en tue un mais occasionne une blessure… Enfin, les armes à feu, souvent plus puissantes, sont aussi les plus dangereuses. En effet, elles font du bruit, et dans ce cas, on devra rajouter un zombie dans un contenant. A quelle fin? Mystère.

Le but est donc de finir la mission sans qu’aucun des personnages ne meurre.

Jusqu’ici, vous allez penser que l’on a un jeu solide, mais sans doute pas le plus innovant en la matière.

iello-zombie-15-cartes

C’est compter sans le fameux Zombie 15 : en effet, chaque partie est rythmée par un CD, dont la musique accélère à mesure que le dénouement approche ! En effet, les joueurs ont exactement 15 minutes pour finir la mission, faute de quoi c’est le game over assuré ! Du coup, on joue à toute vitesse, sous pression, en n’ayant pas toujours le temps d’optimiser son action, et vous comprenez mieux pourquoi la fouille minutieuse, par exemple, présente quelques inconvénients… On agit vite, on se presse, on crie « suivant » pour signaler à un autre joueur que c’est à lui de jouer, la tension est palpable et les parties d’une rare intensité. La preuve en est que sur toute la journée de démonstration les parties se sont enchainées et que certains revenaient prendre leur dose d’adrénaline. Pour couronner le tout, toutes les minutes, un hurlement monstrueux se fait entendre : les joueurs doivent alors prendre une carte du paquet zombies et poser autant de zombie dans la rue du joueur actif que le chiffre sur la carte ! Mais si la carte affiche le mot horde, tous les zombies du gobelet, attirés par les coups de feu, déboulent, et les joueurs ont un vrai risque d’être submergés.

En somme, voilà un jeu qui, premier constat, est terriblement difficile. Certes, nous avons commencé par le scénario 5, mais sur une journée une seule équipe a triomphé. Nul doute pourtant qu’après les tutoriaux le jeu sera plus simple et plus fluide. En contrepartie, rarement partie aura été aussi intense : on sort d’une partie vidé, surexcité, après une expérience de survival horror de premier choix. Pour couronner le tout, le matériel est de qualité, ce qui n’est jamais un luxe.

En somme, Zombie 15, pour peu que l’on adhère à un univers un peu trop présent en ce moment et à un concept qui ne plaira pas du tout, mais alors pas du tout aux joueurs qui aiment prendre leur temps, s’annonce comme un incontournable de la fin d’année, de ces jeux que l’on ressort de temps en temps en se disant : « allez, on le retente? Mais cette fois, on gagne ! ».

Zombie 15, ce sera chez Iello avant la fin de l’année, et n’oubliez pas : on n’arrête pas de jouer parce qu’on vieillit, on vieillit parce qu’on arrête de jouer !

 jeu-societe-zombies-15-150x150