Quai des Bulles approche et comme chaque année, un plaisir à peine dissimulé s’installe dans les chaumières de ceux qui se préparent à s’y rendre. Le festival est devenu mythique et beaucoup le préfèrent au FIBD d’Angoulême par son cadre propice à la rencontre, par la mer qui invite aux voyages lointains et par sa programmation souvent judicieuse qui mêle expositions, rencontres, concerts dessinés, projection de films, masterclass et bien d’autres choses encore. Le ... En savoir plus !
Le mois d’octobre débute et avec lui notre premier Focus Spécial depuis la rentrée de septembre, et non des moindres ! L’équipe de MaXoE se mobilise pour vous proposer un contenu qui sera consacré à la Grèce (Antique) que nous allons aborder comme dans tous nos Focus, par des biais très différents. Les thématiques habituelles que vous connaissez déjà bien sur MaXoE seront au coeur de ce Focus, nous allons ainsi vous parler de jeux vidéo évidemement avec notre ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > Films en Vrac : Girl (Lukas Dhont) et First Man (Damien Chazelle)
Cinéma / DVD /
Films en Vrac : Girl (Lukas Dhont) et First Man (Damien Chazelle)
Cannes et Venise

Si l’envie vous prend d’aller vous réfugier dans les salles obscures pour fuir ce temps de Toussaint qui porte si bien son nom en ce moment, voici deux films sortis courant octobre à voir sans hésitation !

Girl, réalisé par Lukas Dhont

4

Lara a quinze ans et rêve de devenir danseuse étoile. Un parcours difficile qui demande une rigueur extrême. Et ce d’autant plus que Lara est née Victor. Elle doit donc se former à cette discipline si exigeante qu’est la danse classique dans un corps d’homme. Un corps qui n’est pas fait pour cela. Et qui va pourtant devoir se plier et souffrir deux fois plus qu’un autre en attendant sa transformation.

Présenté dans la sélection « Un Certain Regard », Girl avait fait sensation lors de la dernière édition du Festival de Cannes. Il en est d’ailleurs reparti avec la Caméra d’Or, autrement dit le prix de la meilleure première réalisation. Une première réalisation qui, si elle n’est pas dénuée de défauts (il faut bien se laisser une marge de progression), ne laisse planer aucun doute sur la carrière future de son jeune réalisateur Lukas Dhont. Le thème ? La question transgenre. Plutôt risqué. Et d’autant plus pour un premier long-métrage. Il n’y a pourtant ni lieux communs, ni apitoiement dans la mise en scène de Girl. Bien au contraire, le film fait preuve d’une grande retenue. Et de beaucoup de délicatesse dans la caméra qui suit le parcours de ce corps en souffrance, tant dans la discipline imposée par la danse classique que dans le fait qu’il ne se sent pas à sa place.

Si l’écueil du pathos est évité, celui du film militant l’est également. Car Girl ne juge pas plus qu’il ne prend parti. Il montre tout simplement la détermination d’une jeune femme en devenir, mais également les doutes, les questionnements et toute la difficulté qu’implique cette transformation qui se mêle à une autre tout aussi importante : celle de l’adolescence.

Devant la caméra, Lukas Dhont a trouvé un double tout aussi prodigieux que lui. A même pas dix-huit ans Victor Polster offre une performance impressionnante, tant sur le plan de son jeu que sur celui de la danse. Une performance qui lui a valu le prix d’interprétation de la sélection « Un Certain Regard ». Un prix qui – pour la première fois – a été décerné non genré. Tout est dit.

Girl, réalisé par Lukas Dhont. Avec Victor Polster, Arieh Worthalter, Oliver Bodart, Valentijn Dhaenens, … Sorti en salles le 10 octobre 2018.

 

First Man, réalisé par Damien Chazelle

5

Le 21 juillet 1969, un homme marche pour la toute première fois sur la Lune. Cet homme dont tout le monde connaît aujourd’hui le nom, c’est Neil Armstrong.

Quelques années plus tôt, Armstrong – considéré par ses supérieurs comme un pilote d’essai un peu trop distrait – vit un drame familial qui le marque profondément. Et qui le conduit à intégrer la NASA.

Deux ans après La La Land dont on avait adoré les jeux de jambes et les airs de jazz sous les étoiles, Damien Chazelle fait de nouveau l’ouverture de la Mostra de Venise, mais dans un tout autre genre. Les claquettes de la cité des anges et la batterie de Whiplash ont décidé de laisser leur place à la conquête spatiale. Un grand écart pour le cinéaste ? Pas vraiment. Il n’y a ni fond vert, ni IMAX, ni effets spéciaux à outrance dans First Man mais de la caméra à l’épaule, des décors et du 35mm. Au lieu de tomber dans la facilité du blockbuster, Damien Chazelle livre un film à la mise en scène minimaliste et bien plus intimiste que spectaculaire. Ça n’est pas l’espace que l’on filme, mais le confinement des hommes dans des capsules. Ça n’est pas un exploit technologique que l’on montre, mais le coût humain au service d’un objectif : marcher sur la Lune.

Du grain de l’image à la bande-originale en passant par l’usage du cadre – sans oublier Ryan Gosling ! -, tout rappelle les précédentes œuvres du cinéaste. Des œuvres centrées sur les émotions, ancrées dans une époque et qui prouvent que les images de synthèse sont loin d’être indispensables au grand spectacle. D’ailleurs, en filmant l’intérieur agité de cockpits ou de capsules spatiales avec un hyperréalisme sidérant – à tel point que le spectateur s’y croirait – Chazelle vient déjà de rendre la VR obsolète.

First Man, réalisé par Damien Chazelle. Avec Ryan Gosling, Claire Foy, Jason Clarke, Corey Stoll, Kyle Chandler, … Sorti en salles le 17 octobre 2018.