A l’occasion de la sortie du dernier Call Of Duty qui revient à ses premiers amours, à savoir la deuxième guerre mondiale, nous vous proposons de revenir sur ce moment de l’histoire et comme d’habitude nous allons le décliner selon les thématiques qui nous sont chères : la BD, le cinéma, les jeux vidéo, la musique et puis plein d’autres choses bien sûr.  Il fait suite au précédent Focus que nous vous avions proposé sur la Grande Guerre. Notre ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Comics en Vrac : James Bond 007 T1 et T2 de Ellis & Masters (Delcourt)
Livres / BD /
Comics en Vrac : James Bond 007 T1 et T2 de Ellis & Masters (Delcourt)
L'espion de Sa Majesté

Un Comics en Vrac spécial James Bond. On vous propose les deux tomes sortis chez Delcourt. 

James Bond T1, Vargr

3

Helsinki. L’agent 007 poursuit un homme, en total sang froid. Après une brève lutte, James Bond abat l’homme, sans montrer aucun signe de pitié. Premier contact avec ce James Bond et première surprise. Notre homme ne fait pas dans la dentelle. Alors, même s’il a le permis de tuer, on a une image parfois plus douce de notre agent secret. Cette vision du héros par Warren Ellis tend donc plutôt vers le brutal. On retrouve cet état d’esprit quand il revient en Angleterre et que M lui confie une mission concernant un circuit de drogue qui importe une belle cochonnerie dans le pays. Son enquête le mène jusqu’en Allemagne où il va découvrir qu’il a beaucoup d’ennemis. 

Sympathique cette lecture. Vraiment. Les BD d’espionnage ne sont pas légion de nos jours, donc on peut la savourer. Le dépaysement est de mise et l’action ne vous laissera aucun répit. Le trait est plutôt classique, penchant ainsi du côté des comics traditionnels. Mais ce trait colle parfaitement à l’ambiance d’espionnage. Mais, il y a un petit truc qui nous chiffonne. Ce James Bond manque un peu de cohérence de personnalité. Il est brutal sur le terrain et totalement différent à l’agence. Là il se révèle souvent un peu lourd, loin de l’image classe que l’on a en tête pour ce personnage. On a trouvé que ces deux facettes étaient un peu trop éloignées l’une de l’autre pour être dans le même homme. Mais bon, c’est un détail, si vous aimez les BD d’espionnage, vous serez conquis. 

Scénario : Warren Ellis – Dessins : Jason Masters – James Bond T1, Vargr – Delcourt – Contrebande – 160 pages – octobre 2016 – prix 16,50 €

 

 

James Bond T1, Eidolon

4

Cette fois, James part pour les US. Une comptable sous couverture qui bosse au consulat de Turquie à Los Angeles est en danger. Il semble qu’elle ait découvert des transferts d’argent louches. James la retrouve sur le trajet qu’elle fait habituellement chaque jour et il était temps car ils sont attaqués par quatre turques. Evidemment cela ne pose pas de réel problème à notre agent qui réussit à s’en débarrasser. Mais il y a quelque chose d’intrigant : leur papiers turques semblent totalement neufs et ils utilisent des Glock, pistolets usuels de la CIA.

On dirait que Warren Ellis a pris son régime de croisière. Voilà une histoire comme on les aime, pleine de concurrence entre services, de complots à l’intérieur des complots, de tensions inter-états. C’est comme cela qu’on aime les histoires de James Bond. Ce dernier gagne en cohérence aussi par rapport au premier tome. Ses excentricités sont moins voyantes dans le monde civil et ses interventions sur le terrain, bien que toujours expéditives, sont moins teintées de colère. Le dessin est toujours aussi adapté à ce genre d’histoire. En bref, un opus qui donne envie de lire le suivant et qui est bien meilleur que le précédent.

Scénario : Warren Ellis – Dessins : Jason Masters – James Bond T2, Eidolon – Delcourt – Contrebande – 144 pages – avril 2017 – prix 15,95 €