La 6ème édition du MaXoE Festival s’est déroulée du 17 au 30 juin 2019 et cette année encore vous avez été très nombreux à suivre les événements que nous vous avions préparés pour ce rendez-vous annuel de l’aventure MaXoE, entièrement dédié à ceux qui nous lisent sur le site et nous suivent sur les réseaux sociaux. Retour sur les événements de cette édition ! Grand Prix des Lecteurs (GPL) Commençons par les votes pour les Sélections dans le cadre du ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Presse / Magazines > Presse en Vrac : Before Watchmen #2
Presse / Magazines /
Presse en Vrac : Before Watchmen #2

Nous avions déjà chroniqué le premier opus de cette série presse. Vous pouvez retrouver notre article ici. On n’a pas pu s’empêcher de vous proposer la suite.  

 

Before Watchmen

Editeur : urban comics

Numéro : 2

Date : mars-avril 2013

Notre avis :  On reprend donc les aventures où on les as laissées précédemment. Les minutemen sont formés cette fois mais c’est loin d’être tout rose au sein du groupe. Alors que l’on avait débuté sur une série plutôt légère, le récit plonge petit à petit vers l’obscurité. On adore ça ! Le dessin rend toujours hommage à l’âge d’or des comics. On apprécie surtout l’encrage, irréprochable. 

Seconde histoire. La fille du premier Spectre Soyeux s’est fait la malle à la faveur de la période des seventies. Les fleurs, la bohème, le Love and Peace teintent chacune des vignettes de la BD. Notre première impression se confirme, l’histoire a vraiment du mal à décoller même si on commence à rentrer dans le vif du sujet.

La suite. Le comédien s’offre une petite virée saignante au Vietnam, histoire de montrer son patriotisme. Il ne fait pas dans la dentelle, comme d’habitude, et cet extrait nous montre sa part la plus détestable. On attend la suite pour se faire une idée plus précise. 

Mais le meilleur reste à venir. Le Hibou nous propose un récit tout en profondeur. On aime sa complicité avec  Rorschach. Le dessin est parfait pour exprimer les ténèbres. Et puis les héros expriment des doutes et cela n’a pas de prix. 

Enfin, on finit avec Ozymandias, toujours aussi décalé, toujours aussi goûteux. Son côté exagéré, ses allures de dandy en font un super-héros vraiment à part. La fin de cette histoire nous promet de très belles choses.

Ce nouvel opus tient vraiment ses promesses. On prend son pied à parcourir ces histoires, à se replonger dans la passé. A ne pas manquer, la presse est souvent avare de récits de cette qualité. 

Appréciation : 5