A l’occasion de la sortie du dernier Call Of Duty qui revient à ses premiers amours, à savoir la deuxième guerre mondiale, nous vous proposons de revenir sur ce moment de l’histoire et comme d’habitude nous allons le décliner selon les thématiques qui nous sont chères : la BD, le cinéma, les jeux vidéo, la musique et puis plein d’autres choses bien sûr.  Il fait suite au précédent Focus que nous vous avions proposé sur la Grande Guerre. Notre ... En savoir plus !
MaXoE > ZOOM > News > Animaux > Les drones et l’intelligence artificielle au service de la préservation animale
Animaux / Associations / En vrac
Les drones et l’intelligence artificielle au service de la préservation animale

À l’occasion de la Journée Mondiale des Animaux le 4 octobre dernier, Intel a souligné l’apport de ses technologies innovantes dans le domaine scientifique, à travers deux expéditions de recherche animale propulsées par les technologies d’intelligence artificielle (IA) et de drones de l’entreprise.

À l’occasion de ces deux collaborations distinctes – l’une avec le photographe animalier et activiste Ole Jørgen Liodden, l’autre avec les ONG Parley for the Oceans* et Oceans Alliance – Intel souligne que les drones et l’IA Intel offrent aux chercheurs des outils puissants au service d’une collecte de données plus rapide, plus sûre et plus économique.

« L’intelligence artificielle nous aide à répondre à certains des défis les plus difficiles auxquels nous ayons à faire face, et accélère la résolution de problèmes à grande échelle en libérant le potentiel des découvertes scientifiques », selon Naveen Rao, vice-président et directeur général de l’Artificial Intelligence Products Group d’Intel Corporation. « Intel est fier d’apporter son expertise et ses technologies à ces efforts de recherche, et de contribuer à mieux appréhender la santé de notre planète et de l’humanité ».

Voici la présentation officielle de ces initiatives lancées par Intel.

Recherche sur les ours polaires

Les méthodes d’étude traditionnelles en hélicoptère sont coûteuses et invasives. Quant aux expéditions en bateau, elles sont rendues difficiles par les conditions de froid et de vents extrêmes des régions arctiques, même pour les chercheurs les plus expérimentés. L’acier qu’on trouve dans la plupart des navires peut créer des champs magnétiques qui perturbent les boussoles, ce qui rend le décollage et l’atterrissage particulièrement difficiles. Le déploiement de drones constitue une alternative qui élargit les possibilités des chercheurs et des experts.

Utilisé en collaboration avec le célèbre photographe animalier et activiste Ole Jørgen Liodden, le système Intel Falcon 8+ aide à suivre les mouvements des groupes d’ours polaires dans l’Arctique, et capture des informations précises sur leurs comportements. Celles-ci permettent aux chercheurs de disposer de données fiables, capturées de manière sûre et efficace. Un suivi des comportements des ours polaires concernant leurs migrations, leur alimentation et leur reproduction permet aux scientifiques de mieux comprendre les effets du changement climatique sur l’Arctique et sur la santé de notre planète en général.

Une expédition récente a prouvé que les ours ne montraient aucun signe de stress ou de changement comportemental lorsque le drone Intel Falcon 8+ les survolait à une distance de 50 à 100 mètres. La caméra thermique embarquée a permis de repérer facilement les ours en contraste avec l’environnement. L’étude des ours polaires avec le système Intel Falcon 8+ ouvre donc de aide à suivre les mouvements des groupes d’ours polaires dans l’Arctique, et capture des informations précises sur leurs comportements. Celles-ci permettent aux chercheurs de disposer de données fiables, capturées de manière sûre et efficace. Un suivi des comportements des ours polaires concernant leurs migrations, leur alimentation et leur reproduction permet aux scientifiques de mieux comprendre les effets du changement climatique sur l’Arctique et sur la santé de notre planète en général.

Une expédition récente a prouvé que les ours ne montraient aucun signe de stress ou de changement comportemental lorsque le drone Intel Falcon 8+ les survolait à une distance de 50 à 100 mètres. La caméra thermique embarquée a permis de repérer facilement les ours en contraste avec l’environnement. L’étude des ours polaires avec le système Intel Falcon 8+ ouvre donc de nouvelles opportunités de recherche, et permet des explorations scientifiques auparavant inimaginables.

Selon Ole Jørgen Liodden, « Les ours polaires sont le symbole de l’Arctique. Il s’agit d’animaux intelligents et puissants. Si l’espèce venait à s’éteindre, l’ensemble de l’écosystème s’en trouverait perturbé. Les drones vont, je l’espère, nous aider à répondre à ce défi en nous donnant les outils nécessaires à une meilleure compréhension de notre environnement au service de sa préservation. »

Recherche sur les baleines

Intel travaille en partenariat avec Parley for the Oceans et l’Oceans Alliance pour faire avancer la connaissance scientifique de nos océans grâce à l’intelligence artificielle. Project SnotBot [NDLR : nous vous en avons parlé dans cette news] permet en effet d’analyser les conditions de vie et l’environnement des baleines en temps réel. Il utilise la technologie d’apprentissage automatique d’Intel pour améliorer l’analyse des données grâce à des algorithmes capables d’identifier chaque baleine et d’évaluer son état de santé, en temps réel, quels que soient ses mouvements ou sa visibilité. Cette technologie de pointe permet aux chercheurs de prendre des décisions plus rapides sur le terrain, et de mieux exploiter les nombreuses données biologiques fournies par les résidus des souffles de baleine, comme l’ADN, les hormones de stress ou de grossesse, les virus, les bactéries et les toxines. Le SnotBot a déjà été utilisé pour recueillir résidus de souffle de baleines bleues, noires, grises, à bosse et d’orques dans le monde entier. L’intelligence artificielle donne ainsi une voix aux baleines, qui permet de mieux appréhender la santé des océans et de notre environnement.

« Parley SnotBot est issu d’une collaboration avec l’Ocean Alliance et avec Intel. Il s’agit d’une technologie de recherche non-invasive qui nous permet d’explorer les océans en temps réel et de mieux diffuser les données et la connaissance en open source », déclare Cyrill Gutsch, fondateur de Parley for the Oceans. « Notre vision consiste en un réseau mondial d’outils numériques d’exploration, capable de générer des quantités massives de données à même d’identifier rapidement et précisément les menaces, et d’agir instantanément. »

Depuis près de 50 ans, Intel crée d’incroyables innovations et technologies pour rendre le monde meilleur. En collaborant avec des chercheurs au développement de méthodes innovantes de capture, de traitement et d’analyse d’informations sur l’environnement, Intel amplifie les capacités humaines et transforme notre façon d’interagir avec notre planète.

Pour plus d’informations sur l’utilisation des technologies Intel dans le cadre d’expéditions scientifiques, vous pouvez visiter la page Intel consacrée à la recherche sur les ours polaires, ou lire l’article « Les chercheurs déploient des drones test pour le suivi des ours polaires » sur Intel iQ.