MaXoE > GAMES > Tests > 3DS > Miitopia : Le jeu d’initiation aux RPG – Simulation

Miitopia : Le jeu d’initiation aux RPG – Simulation
Il manque un peu de sel et de poivre

NOTE DE MaXoE
6
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Après Miitomo et Tomodachi Life, Nintendo revient avec ses Mii dans une toute nouvelle aventure, celle de Miitopia. Un titre qui mélange la simulation et le RPG dans un second degré omniprésent. Mais Miitopia saura-t-il se dégager de la concurrence, ou au contraire propose-t-il une expérience destinée à l'initiation des joueurs à ces deux genres ?

Mii-tho

Allons à l’essentiel, avant le commencement de l’histoire, on peut choisir l’activation de Spotpass ou non. En fonction de l’activation ou non de cette option, on a soit accès à une sélection de Mii créée par les divers joueurs, soit accès à des Mii prédéfinis par le titre.

Cela nous amène à choisir/créer le héros ou l’héroïne de l’aventure. Pour cela, on peut créer un Mii spécialement, le choisir parmi les existants, ou scanner un QR Code de Tomodachi Life ou de Miitomo. Ensuite, on lui choisit un nom et un trait de caractère parmi les sept disponibles : assuré, prudent, gentil,… Ceux-ci ayant une influence sur des bonus ou malus en combat.

Après cette création, l’intrigue nous est contée : Dans la ville de Miitopia, tous les Mii sont heureux jusqu’au jour où l’Avatar du mal vole les visages des gens afin de les « greffer » sur des monstres.

Notre aventure débute alors que notre Avatar voyage dans ce monde, mais fuyant, et prit de panique, lorsqu’elle/il voit un visage se greffer à un papillon. Lors de la course de l’Avatar, elle/il se retrouve au village d’Udébu (Vous avez remarqué la subtilité de ce nom ?). Evidemment personne ne croit notre avatar jusqu’à ce que l’Avatar du mal se pointe (vous devrez lui assigner un Mii de la même manière que précédemment) et vole des visages. Ni une, ni deux, nous allons aider la mère d’un petit garçon à récupérer le visage volé de son fils. Tel débute ce scénario évoluant avec ses personnages dans un second degré permanent et caricaturant les RPG en quelque sorte.

A l’écart de l’environnement

Miitopia est un RPG plutôt atypique. En effet, lorsque l’on sort d’un village, on entre sur la world-map et il
suffit de sélectionner un lieu pour y accéder. Par exemple, on peut explorer des plaines, des forêts,…, ou plutôt notre Mii explore l’endroit automatiquement de façon très linéaire, en allant toujours dans la même  direction (d’ailleurs une jauge « d’exploration » nous indique la progression du personnage dans ce lieu).

Ainsi, lorsque notre Avatar est seul(e) ou accompagné par d’autres Mii, ils discutent tout en progressant dans l’environnement : ils discutent donc jusqu’au moment où un événement lié au scénario se déclenche, ou alors qu’ils découvrent un objet, ou bien encore lorsqu’un combat aléatoire se lance. La seule interaction que l’on a avec eux lors de cette exploration vient des embranchements à choisir pour « changer » de chemins.

Lorsque l’on explore un lieu entièrement avec ses diverses bifurcations, cela permet d’accéder soit à de nouveaux lieux sur la world-map, soit à de nouveaux objets, marchands,… Autant dire que sur le long terme, cela devient répétitif, d’autant que l’on est spectateur en très grande partie.

Manger, bouger

Le soir venu, nos héros espèrent trouver un lieu pour dormir. Et miraculeusement une auberge se dresse sur leur chemin. Concrètement l’auberge est ce que l’on peut appeler le lieu de rendez-vous incontournable : il permet d’améliorer les relations entre personnages, de manger, d’acheter des équipements,… Mais pas de manière traditionnelle, plutôt à la sauce Tomodachi Life.

Pour faire simple, vos Miis ont des attentes, et il suffit de les rendre « heureux ». Ainsi pour améliorer les relations entre personnages, cela consiste à les faire dormir dans la même chambre (débloquant certains événements) ou à faire certaines actions en combats. Et plus le degré d’amitié est élevé, plus les personnages sont proches et s’aident durant les combats. Mais si c’est le contraire et qu’ils ne s’entendent pas, cela peut être le carnage. Il faut donc bien veiller à cette entente.

Il faut également donner à manger à vos Mii et privilégier les repas qu’ils aiment afin de booster leurs statistiques, en faisant toutefois attention de ne pas leur donner ce qu’ils détestent au risque de faire une dégression de statistique.

Et enfin ce sont les Mii, avec nos économies qui achètent ce qu’ils ont envie : de l’équipement, des en-cas (objets de soins),… Mais en leur donnant la somme nécessaire, on n’est à l’abri de rien. En effet un Mii qui veut acheter une arme peut aussi bien dépenser l’argent pour véritablement acheter l’arme adéquate à son niveau actuel que revenir avec une simple Banane PV. Une fois la somme dépensée par notre Mii, on récupère le surplus d’argent donné.

Encore une fois, nous n’avons pas le champ libre de faire ce que l’on veut réellement, même si l’on dispose d’un peu plus de liberté par rapport à l’exploration, on observe plutôt les mouvements à la façon d’un jeu de simulation. Et autant dire que si vous avez aimé Tomodachi Life, vous allez forcément apprécier l’idée de vous occuper de vos Mii, qui peuvent être très familiers en fonction de l’apparence que vous leur avez donnée. D’autres subtilités sont présentes, mais nous n’allons pas les dévoiler afin de vous laisser le plaisir de la découverte.

L’amii de pain

Parlons à présent des combats au tour par tour qui se veulent simplistes, faciles d’accès, de ce fait les amateurs de RPG peuvent y trouver un manque de profondeur.

Avant de combattre, lorsque de nouveaux alliés arrivent dans le groupe, il faut choisir une classe. On a ainsi les classiques : guérisseur pour le soin, mage noir pour les sorts, voleur pour dérober les objets et guerrier pour les attaques à l’épée. A cela s’ajoutent quelques classes moins connues comme le chanteur (Comme la vêtisphère Chanteuse de Final Fantasy X-2) qui booste les troupes avec ses chansons, letank pour livrer bataille « transformé » en char d’assaut,…

Comme nous le disions plus haut, le trait de caractère est à choisir avec précaution parce qu’il influe sur le déroulement des combats. Une personne gentille va par exemple aider, et donner des vivres à ses ami(e)s, ce qui peut se combiner parfaitement avec un voleur, tandis qu’un rêveur peut tout bonnement passer son tour en oubliant d’attaquer ou attaquer un ennemi non ciblé. Si l’entente du groupe est cordiale, il peut y avoir des attaques en duo ou des aides assez fréquentes. En revanche, s’ils ne s’entendent pas, ils vont simplement se mettre des bâtons dans les roues.

Il faut savoir également que l’on ne peut contrôler uniquement le personnage principal, les autres personnages sont contrôlés par l’IA plutôt bien équilibré dans l’ensemble. Pour les actions en elle-même c’est relativement simple, il y a l’attaque pour attaquer, les magies/techniques pour réaliser des techniques et des sortilèges, et les en-cas à grignoter pour récupérer des PVs. Voilà les techniques de base. Par la suite, on peut mettre provisoirement un combattant ayant subi une altération d’état à l’abri pour qu’il récupère, ou utiliser des « salières », objets qui consistent à réanimer les personnages morts au combat, rendre des PM ou des PV, en fonction de leur pouvoir. En résumé, on retrouve tout le classique d’un RPG à la sauce Miitopia, sauf que l’on ne contrôle qu’un seul combattant, ce qui est parfait pour les novices qui veulent se lancer.

Cohérent

Créer tout un univers autour des Mii est assez compliqué, parce que si l’on fait un univers typé manga dessin animé, les personnages et le rendu ne vont pas ensemble, et si c’est une ambiance industrielle ou cyberpunk cela peut faire le même type de rendu. Mais comme Nintendo l’a déjà prouvé avec Tomodachi Life et Miitomo, ils ont su trouver un équilibre en apportant un rendu cohérent à l’univers. On retrouve donc un style enfantin et coloré. De son côté, les musiques collent parfaitement avec ce thème proposé.

NOTE MaXoE
6
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Les amateurs du genre (J)RPG bien complexe avec de multiples possibilités... ne s'attarderont pas forcément sur Miitopia. En effet, le titre privilégie le RPG "assisté" avec une dose de simulation qui plaira plus à ceux qui veulent s'initier à ces deux genres. Bien entendu il faut faire abstraction d'une contemplation et d'une certaine répétitivité du titre pour pouvoir l'apprécier. Toutefois une qualité mettra tout le monde d'accord, celle de pouvoir créer ou importer des Mii de sa famille/ami(e)s afin de s'impliquer davantage dans ce monde.
ON A AIMÉ !
- Les Mii à importer ou à créer
- Destiné à initié au genre
- Le second degrés
- Les classes et les traits de caractère
ON A MOINS AIMÉ...
- On ne peut pas parcourir l'univers de son propre chef
- Répétitif sur le long terme
- Un brin trop contemplatif
Miitopia : Le jeu d’initiation aux RPG – Simulation
Miitopia
Editeur : Nintendo
Développeur : Nintendo Entertainment Planning & Development
Genre : RPG
Support(s) : 3DS
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 28/07/2017

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...