MaXoE > GAMES > Tests > Autres > Les jeux de société : Nightfall

Les jeux de société : Nightfall

NOTE DE MaXoE
4 / 5
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
La nuit tombe. Les forces du mal rôdent, désireuses de s'emparer du pouvoir. En face d'elles, les humains s'organisent... Ou collaborent. Ce n'est pas le résumé d'un dessin animé du Club Dorothée, c'est la trame de Nightfall, paru chez Yello. Et on n'est pas là pour rigoler.

 

boite

Nightfall prend place dans ce que l’on pourrait appeler un monde occulte contemporain, de ces univers pseudo-gothiques dans lesquels sévissent vampires, goules, loups-garou et autres charmants voisins de palier.

Nightfall est ce que l’on appelle un jeu de deckbuilding, c’est-à-dire que chacun devra construire progressivement son jeu en fonction d’achats successifs. Au début du jeu, on fait un tas de blessures, 10 par joueurs. Le jeu s’arrête dès qu’elles ont toutes été infligées. Ensuite, chaque joueur (de 2 à 6) reçoit un deck identique, composé de cartes de base qui ont la particularité de quitter le jeu des qu’elles sont défaussées ou détruites.

 

Et puis chacun reçoit 4 cartes, chacune représentant sept cartes identiques qu’il pourra ajouter à son jeu et seulement à son jeu. Il passe les 3 restantes à son voisin, prend les 3 de son autre voisin et choisit une seconde archive personnelle.

Il en passe 2, en reçoit 2 et en choisit une qui sera une archive commune : tout le monde pourra l’acheter.

La dernière carte quitte le jeu.

On complète les archives communes pour en avoir 8, et le jeu commence.

Chaque joueur joue à tour de rôle, mais certaines phases sont « collectives », aussi nous allons vous présenter ce jeu phase par phase.

 

  • phase de combat : TOUS les personnages du joueur doivent attaquer un ou plusieurs adversaires. Chacun est libre de se défendre avec un ou plusieurs personnages, chaque personnage ne pouvant défendre que dans un seul combat, mais plusieurs personnages pouvant défendre dans le même. Si une faction a plus de force que les points de vie des adversaires, ceux-ci sont détruits. Sinon, les attaquants sont détruits. Les éventuels attaquants survivants sont défaussés. À noter que chaque point d’attaque au-delà des points de vie des défenseurs provoque une blessure chez le joueur adverse. 

 Cartes

  • phase de chaîne : c’est le cœur du jeu. Chaque carte porte une grosse lune dans son coin supérieur gauche, et une ou deux petites à côté. Le joueur actif va pouvoir poser une carte pour initier la chaîne, et il pourra continuer en posant une carte dont la lune principale est de la même couleur que l’une des secondaires de la carte précédente. Puis, quand il a fini, le joueur suivant peut continuer la chaîne, sachant toutefois que certaines cartes ne font effet que pendant sa propre phase de chaîne. Les personnages ainsi joués rejoignent la zone de combat, les ordres sont exécutés, mais il faut bien noter que la chaîne se résoud à l’envers : la première carte jouée est la dernière résolue.  Enfin, dernier détail : certaines cartes ont un effet pleine lune, précédé d’une lune colorée. Si sa couleur correspond à la lune principale de la carte précédente, cet effet s’applique. Ça paraît relativement complexe dit comme ça, mais en jeu on assimile vite et simplement ces règles, et on se surprend à chercher les combinaisons optimales, à délayer ses action, etc.
     
  • phase d’influence : chaque joueur part avec deux influences. En défaussant une carte de sa main, il peut en avoir une de plus par carte défaussée. Avec ce capital, il pourra ainsi acheter des cartes dans les archives communes ou dans ses deux archives personnelles, et constituer son deck progressivement: jouera-t-il la prudence ? Le contrôle ? L’agressivité ? Sacrifiera-t-il sa propre protection pour acheter des effets supplémentaires ? Chaque règle a des exceptions, des mécaniques propres, et le jeu révèle alors toute sa stratégie, d’autant qu’une fois les cartes de base purgées, chacun aura son deck propre. Il faudra alors calculer chaque coup, repérer les joueurs les plus dangereux, en somme être stratège. Enfin, le joueur complète sa main pour avoir 5 cartes, et peut défausser une carte ou plusieurs cartes blessures pour piocher deux cartes par blessure ainsi défaussée. Construire un deck équilibré et cohérent, veiller aux couleur choisies et aux choix adverses deviendra rapidement indispensable et salvateur, tant les premiers choix sont souvent décisifs… Lorsque la dernière blessure est attribuée, on regarde qui en a le moins, et celui-ci gagne. En cas d’égalité, c’est celui qui détient le moins de « record » qui l’emporte, puisqu’il y a 3 types de blessures. 

 

Prenons un exemple:

  • Steven-benoît a subi 7 blessures : 3 du premier type, 2 du deuxième et 2 du troisième.
  • Kevin-gontran en a 7 aussi: 1 du premier type, 3 du deuxième et 3 du troisième. Il est donc en tête dans deux des trois types, et par conséquent il a perdu…

Malgré quelques maladresses, comme ce système de blessures en fin de partie un peu fastidieux, Nightfall est un bon jeu pour les amateurs de cartes ou les stratèges désireux de découvrir un nouveau type de défi. Moins riche qu’un Dominion ou un Thunderstone (plus récent aussi), mais beaucoup plus interactif (on qualifie souvent Dominion avec méchanceté de jeu autiste…), il permet des parties épiques, corsées et serrées. En plus, il est livré dans une boite avec séparateurs intégrés pour trier les cartes, et assez grande pour accueillir les extensions, ce qui est une excellente initiative. Enfin, dans certains commerces, on vous offrira une carte supplémentaire.

Et n’oubliez pas: on n’arrête pas de jouer parce qu’on vieillit, on vieillit parce qu’on arrête de jouer.

 

 

Ps: les amateurs pourront trouver une adaptation fidèle du jeu sur iOs.

NOTE MaXoE
4 / 5
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Difficile de ne pas recommander Nightfall. On préviendra simplement les joueurs concernant le caractère très atypique de ce jeu, que l'on peut adorer ou détester.
ON A AIMÉ !
- interactif, accessible mais délicat
- une thématique un peu moderne ce qui change agréablement
- la mécanique de chaîne fort intéressante et riche de possibilités
ON A MOINS AIMÉ...
- un style esthétique assez discutable
- ça reste un jeu de cartes donc pas au goût de tous
-système de détermination du vainqueur un peu laborieux
NightFall
Editeur : AEG/Yello
Genre : Cartes
Support(s) : Autres
Informations complémentaires / A noter : Prix indicatif : 39 euros

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...