MaXoE > GAMES > Tests > PC > Fallout 4 : Shelter Scrolls

Fallout 4 : Shelter Scrolls
L'apocalypse a bien eu lieu

NOTE DE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Vous êtes un adorateur, comme moi, de la série des Fallout ? De sa noirceur morale, de sa capacité à vous faire incarner la pire des ordures ? De sa liberté, de ses conversations parfois lourdes de sens dans un monde décimé par la guerre ? Et bien réjouissez-vous, Fallout 4, ce n'est pas ça du tout ! Niark niark niark je suis diabolique.
fallout-4-trailer-de-lancement-947525

Et oui, disons-le tout de go, Fallout 4 n’est pas un Fallout. Nous avons tous notre vécu de gamers, et en ce qui me concerne Fallout est et reste l’une de mes sagas préférées pour les raisons que j’évoquais en préambule. Je lui ai même pardonné son passage en FPS, c’est dire à quel point de dévotion j’en étais arrivé.

Et là arrive Fallout 4. Et il pose un gros dilemme moral pour le testeur fanatique. Ce n’est pas un Fallout. Mais ce n’est pas un mauvais jeu pour autant. Dois-je donc céder à la vindicte et lancer le disque dans mes latrines en chantant des imprécations ? Ou lui donner une chance d’exister, à ce mutant à peine éclos ? Ma mansuétude me perdra.

fallout-4-main Commençons tout de suite : les dialogues. Au maximum, vous aurez 4 réponses possibles. Bon, ça pourrait être suffisant, mais le choix de mots-clés pas toujours pertinents et surtout des questions fermées ouvrent finalement un champ du possible extrêmement réduit, et en réalité aucune incidence concrète. Et si vous avez la faiblesse d’investir dans des compétences spéciales, ça n’aura pour seul effet que de vous faire accélérer un peu, sans pour autant vous ouvrir un nouveau pan d’une mission, par exemple. L’interaction zéro.

Le reste du jeu, en revanche, ne change pas : combats, munitions à récupérer, FPS/TPS, « pause active », on retrouve le nouvel ADN de la série depuis Fallout 3. On y ajoute en plus un petit compagnon interchangeable, le plus emblématique étant évidemment le chien.

Ce qui change, en revanche, c’est le cadre : après une apocalypse que vous vivrez de manière inédite, vous vous retrouverez aux alentours de Boston (joliment reproduite d’ailleurs), à vous demander comment prendre place dans un monde qui a avancé sans vous (la façon des Fallout de ne pas vous imposer un héros amnésique).

latest2

Du coup mécaniquement, le côté RPG (et par extension le scénario, si je suis méchant) étant aux abonnés absents, le jeu se concentre beaucoup sur la chicore, plutôt omniprésente, avec notamment un choix d’armes d’un grand potentiel jouissif. Ceci d’autant plus que jamais, au grand jamais (Merci Monsieur Manatane) vous n’avez eu autant de liberté dans l’élaboration d’armes de pacification des relations de voisinage. La moindre barre de fer peut, entre vos mains potelées de McGyver sous acide, devenir un engin de dévastation comparable au dernier titre de Christophe Maé (ce qui n’est pas peu dire). Vous pourrez redéfinir toutes les caractéristiques de votre arme (les changements apparaissant en plus sur votre soldat du dimanche) pour l’adapter à vos goûts et/ou besoins, et il en va de même pour les armures. A noter du reste que vous pourrez récupérer une armure mécanisée, une espèce d’exosquelette à la Jin-Roh, qui n’est vraiment pas roleplay mais est salement jouissif.

latest

Et pour alimenter tout cela, tout, et je dis bien tout y compris la camelote que vous méprisiez dans les épisodes précédents, devient utilisable, exploitable, recyclable. Du coup, l’approche de l’artisanat et du loot changent en profondeur, ce qui est plutôt très malin. Ceci d’autant plus que vous aurez l’opportunité de récupérer et de reconstruire des avant-postes comme autant de villages, de la plus petite maison à la tour de garde. Et même si l’interface n’est pas très fluide (la PS4, objet de ce test, s’en tire très bien, en revanche sur PC il y a de quoi jeter son clavier et sa souris sur la première chose fragile aux alentours), on prend plaisir à ce côté customisable, sorte de jeu dans le jeu ou, diront les mauvaises langues, de Fallout Shelter géant. En revanche, ne rêvez pas, vous ne construire pas Los Angeles, tout au plus Sainte-Caboulasse-de-Mildiou.

Fallout-4-crafting-pas-obligatoire-Image-1

Revenons un instant à la personnalisation de votre personnage, aspect qui permet aux développeurs de parler de RPG sans rougir dans un monde où existe Darkest Dungeon. Votre personnage est toujours défini par son SPECIAL (Strenght, Perception, et ainsi de suite). Pour chaque point investi dans l’une de ses 7 caracs, vous débloquerez l’accès à une nouvelle compétence achetable. De ce fait, on peut vraiment se faire un perso sur mesure, et là, en revanche, le gameplay s’en ressent. Que l’on devienne adepte du corps-à-corps, sniper, ou bien encore, le choix de votre serviteur, architecte génial (en toute humilité), on peut davantage modeler son expérience de jeu qu’avec, donc, le système de conversations famélique évoqué précédemment.

 

NOTE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Fallout 4 est un épisode de rupture. De plus en plus, les Fallout donnent l'impression d'être une sorte de source de revenus pour alimenter les Elder Scrolls et The Elder Scrolls Online. Or, si les Elder Scrolls sont d'excellents jeux, ce ne sont pas, à l'inverse, des Fallout. Fallout, ce sont des points d'action, des choix moraux, une notion de la survie (auquel, il faut bien le dire, le nouveau système de loot et d'artisanat rend bien justice), une réelle liberté. Ici, on a surtout un Skyrim post-apo, dans lequel chaque pas exsude l'envie de Bethesda d'ouvrir son jeu au plus grand nombre en simplifiant les aspects les plus corrosifs. Alors certes on reconnait l'identité visuelle d'un Fallout, mais pour le reste... Les amateurs de Fallout seront forcément déçus. Pour les autres, ou les plus ouverts, ils trouveront là un FPS réussi, en monde ouvert, avec du craft. Un nouveau public, donc, tout à fait à même d'y trouver son compte. Mais pour un vieux routier de Fallout, la pilule a du mal à passer.
ON A AIMÉ !
- Les combats un peu plus toniques
- L'artisanat
ON A MOINS AIMÉ...
- Plus de conversations
- Plus de dimension morale
- Pas un Fallout
Fallout 4 : Shelter Scrolls
Fallout 4
Editeur : Bethesda Softworks
Développeur : Bethesda Softworks
Genre : FPS - aventures
Support(s) : PC, PS4, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 10/11/2015
Informations complémentaires / A noter : PEGI 18

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...