MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Le Havre-New York de Cyril Doisneau

La BD du jour : Le Havre-New York de Cyril Doisneau

Deux loustics mal rasés, une diva qui révèle ses cuisses allongée sur un canapé confortable, deux DS, une noire l’autre blanche (le Yin & le Yang), un paquebot affublé de deux grosses cheminées fumantes et des gratte-ciel nimbés de nuages, voilà comment se décompose la couverture de cet album du jeune et talentueux Cyril Doisneau, une réelle découverte à partager…

 

Deux petites frappes siphonnent le réservoir d’une DS afin de récupérer un peu d’essence pour alimenter le réservoir de la moto qui les mènera jusqu’au lieu d’un casse « bien » préparé. Celui-ci se révèlera être un véritable fiasco. Voilà un préambule qui pose les bases. Nous sommes au Havre dans les années 60 et déjà l’ambiance n’est pas très rose pour ne pas dire franchement grise. Le seul moyen d’éviter de passer des heures à trimer à l’usine se résume à vivoter de coups plus ou moins foireux. Mais cambrioler les maisons d’ouvriers ou de gars aussi pauvres qu’eux ne peut pas faire surgir la fortune et la vie facile tant espérée. Non, cela, Jacques et René l’ont compris. Et une seule alternative se présente à eux : se faire engager sur le France, ce superbe paquebot flambant neuf qui sillonne l’océan Atlantique du Havre jusqu’à New York. Pour cela un peu de bagou, pas mal d’humour, quelques compétences en mécanique et le tour est joué : nos deux compères se retrouvent embauchés sur le navire qui les mènera vers les Etats-Unis d’Amérique : Là-bas c’est la terre promise, y’a du fric partout on va être riches René, enfin riches lui claque Jacques. L’argument tient la route pour René qui embarque en laissant derrière lui peu de souvenirs et de regrets mais ce dit, malgré l’obstacle de la langue, que le meilleur reste à venir, et il n’est pas au bout de ses surprises.

D’ailleurs l’avenir se révèle très vite somptueux. Adoptés par la chanteuse qui se produit chaque soir devant les riches plaisanciers, les deux amis vont délaisser progressivement les tâches pour lesquelles ils ont été recrutés. Mais vivre en compagnie de Yolanda, qui bénéficie d’une suite gigantesque et qui se trouve sacralisée au point que la direction cède à tous ces caprices, cela vaut bien un arrêt prématuré de prestations. Et de toute façon le job que René et Jacques ont réussi à dégoter n’était qu’un moyen de gagner l’Amérique et ses richesses. Nos deux (anti)héros vont dès lors vivre comme des pachas, sans retenue ou presque narguant jusqu’à leur anciens collègues de traversée…

J’avoue que cet auteur est une vraie découverte. Son récit, loin d’être sexy au premier abord, pose pourtant son ambiance et son rythme par le jeu de quelques scénettes construites tout en simplicité sur des jeux de regards, des attitudes, qui trouvent leur place dans des successions de cases (seize par planche) qui portent le lecteur et l’empêche de sortir du récit. Cyril Doisneau construit à partir de presque rien un album qui se tient, qui délivre un lot d’émotions aussi diverses que la joie, le dégoût, l’affliction, l’étonnement… le tout décliné avec un humour qui se lit dans les attitudes des personnages parfois grotesques, décalés, mais franchement attachants car sous leurs airs de (faux) méchants, ils demeurent peut-être de vrais enfants…

Cyril Doisneau – Le Havre-New York – La Pastèque – 2012 – 19,70 euros

 


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...