Festival Cinéma Espagnol et Latino-Américain 2019
MaXoE > GAMES > Dossiers > PC > Sélection MaXoël de tof : Hellblade, Assassin’s Creed, DMC, Batman, Maalouf, …
PC / PS4 / Switch / Xbox One / / /
Sélection MaXoël de tof : Hellblade, Assassin’s Creed, DMC, Batman, Maalouf, …

Allez hop, voici ma sélection. Le tout pour vous donner des idées pour Noël, surtout en ce dernier jour, synonyme de cadeaux de dernière minute. 

Les Jeux-Vidéo

J’ai été marqué par Hellblade Senua’s Sacrifice (PC, PS4, Xbox One – Action/aventure). La conclusion de mon test : « Un jeu comme je les aime. On prend le temps d’entrer dans la tête de l’héroïne, on explore ce monde obscur, quitte à en perdre la raison. Le gameplay se base essentiellement sur l’exploration et les combats mais ce qui compte c’est cette ambiance incroyable, basée sur le son et sur une direction artistique graphique de feu. Le genre de titre qui fait cogiter ! SI vous n’aimez pas trop les introspections, passez votre chemin mais ce serait dommage de ne pas passer dans l’antre de la folie ». Une aventure à part, un voyage dérangeant, intriguant, émouvant. Relisez mon test

J’ai aussi beaucoup aimé aussi Assassin’s Creed Odyssey (PC, PS4, Xbox One – Action/aventure).  Oui bon ok, je suis un fan de la série mais le titre rassemble le meilleur de celle-ci. La conclusion de mon test : « Certes il n’y a pas de grands changements par rapport à Origins mais les quelques ajouts (notamment permettant de plonger encore plus dans le monde du RPG) font de cet opus un des meilleurs de la série. On est arrivé à maturation comme on dit. Le monde est gigantesque et animé, ce qui rend son exploration très jouissive et les personnages qui le peuplent ont tous une histoire à raconter. Les phases d’infiltration sont toujours aussi sympa et les combats très dynamiques et dangereux créent une forme de stress très agréable. Un voyage passionnant à la durée de vie vertigineuse ». Relisez mon test

Et puis j’ai un peu honte de l’avouer mais j’ai découvert Shadow Of The Colossus (PS4 – Action/aventure) grâce au magnifique remaster sorti en début d’année. La conclusion de mon test : « Le titre reste une oeuvre majeure même après toutes ces années. Pourquoi ? Difficile à dire dans les faits. C’est un ensemble qui nous pousse à aller au bout de l’aventure sans abandonner, vous savez ce truc imperceptible qui fait qu’un jeu provoque l’addiction. Il n’est pourtant pas exempt de défauts mais la magie opère toujours. Et puis le remake est totalement réussi avec des graphismes qui exploitent dignement la PS4. Si vous êtes passé à côté, c’est le moment ou jamais de vous rattraper. C’est indispensable ». Relisez mon test

Côté convivialité, propice pour les fêtes de fin d’année, il y a aussi Super Mario Party (Switch – Party game). La conclusion mon test : « retour réussi, à n’en pas douter. Vraiment. On prend beaucoup de plaisir à jouer entre amis, en famille. La pléthore de modes de jeu relance l’intérêt pour la série et le monde online est le bienvenu. Côté mini-jeux, certains se révèlent classiques mais la plupart sont vraiment réussis, notamment grâce à leur penchant pour la coopération ». Relisez mon test

Un jeu que je n’ai pas testé mais auquel je joue, c’est évidemment Red Dead Redemption 2 (PS4, Xbox One – Action/aventure). Vous pouvez relire le test de Phil ici. Un univers énorme s’ouvre à vous, une vie de cowboy plein de surprises. Alors oui, pas de grosse révolution au programme, simplement un jeu soigné à l’extrême avec une immersion incroyable. Il y a également Spiderman (PS4 – Action/aventure) que nous n’avons encore pas testé dans nos colonnes mais il permet de vivre réellement la vie de Peter Parker. Les fans de comics apprécieront. 

 

 

Les Comics

Du côté des comics, commençons avec un récit assez flippant : Nailbiter T6 (Delcourt). Ce que j’en pense : « Voilà un final en toute beauté. Les pièces du puzzle s’assemblent avec une belle aisance. Les personnages révèlent leur jeu, progressivement puis dans un bouquet final tonitruant. Warren est définitivement un dingue incroyable et Shannon est une héroïne de premier ordre. Mais ce qui force le respect, c’est bien le thème soulevé depuis le début par les auteurs. Certes ils nous ont livré une saga horrifique et ils se sont fait plaisir à montrer des choses horribles mais le fond du débat est posé : comment devient-on un monstre ? Ils n’apportent pas de réponse, ils nous obligent juste à y réfléchir. Ils nous parlent aussi de ces pseudo-scientifiques prêts à toutes les horreurs pour atteindre leurs objectifs. Une saga qui va nous manquer… ». Relisez ma chronique. 

J’ai aussi beaucoup aimé l’Eveil du Maître du Donjon (Glénat). Ce que j’en pense : « Quel bel ouvrage. Je suis tombé sous le charme et pourtant je ne suis pas un fan des Biopic. Ici l’auteur arrive à nous plonger directement dans l’action, dans la passion des auteurs du jeu. Ils ont choisi, normal, pour un jeu de rôle, une narration dont vous êtes le héros, incarnant, tour à tour, les divers protagonistes de la vie de Gary et Dave. On suit avec passion leur mode de vie et leurs disputes. On reste accroché aux pages sans pouvoir les lâcher. Bon ok, je connais bien cet univers des jeux de rôle, c’est sûrement pourquoi cela m’a passionné. Mais je suis sûr que cette BD éveillera l’intérêt de tous. Et puis les dernières pages arrivent à susciter une belle émotion, celle de la passion vécue jusqu’au bout et celle de l’héritage resté intact. Le dessin en noir et blanc est juste parfait, nous plongeant dans cette époque sans manquer de modernité ». Relisez ma chronique

Et puis que ce serait ma sélection sans un de mes personnages préféré : Batman. J’ai beaucoup aimé Batman Rebirth T4 (Urban Comics) : « Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas eu un récit de cette qualité. L’idée d’opposer les deux méchants, de déclencher une guerre à l’échelle de Gotham est savoureuse. Ainsi Batman est au milieu et il nous semble, mais ce n’est qu’une impression, un peu fragile par rapport à tout cela. On le voit alors construire un plan machiavélique pour faire cesser cette guerre. Ce que j’ai aimé dans cet ouvrage, ce sont les émotions qu’il suscite. Batman doute, le Joker montre une facette inédite de sa personnalité, le Sphinx n’a jamais été aussi impressionnant. Et puis il y a Kite Man, un héros au rabais qui lutte pour des questions personnelles. A lui seul, il donne une dimension terriblement humaine à l’ensemble. Vous ne resterez pas indifférents. Bref, du tout bon. Ne passez pas à côté ». Relisez ma chronique

Et il y en a eu un certain nombre d’autres que vous pouvez relire dans notre rubrique Comics en Vrac

 

La musique

J’anime aussi la rubrique de La Playlist. Et dans celle-ci, j’ai mis Ibrahim Maalouf à l’honneur avec deux albums sortis récemment. 

Le premier est Levantine Symphony No. 1 (Jazz, classique – Mister Productions). Voilà ce que j’en pense dans ma chronique : « La trompette est toujours aussi aérienne et la basse groove à mort. Sur Movement II, le ton se fait très vindicatif avec des cuivres qui assènent leur riff. Et puis on retombe sur un passage propre au jazz moderne, la guitare chevauche les mesures pour mieux imprimer son groove. Magique. Un savant mélange, un dosage au millimètre, comme d’habitude. L’artiste prend quelques risques en sortant de sa zone de confort mais on adore ça. Si vous aimez les belles notes, vous ne serez pas indifférent ».

Le deuxième est son live 14.12.16 Live In Paris (Jazz – Universal Music – novembre 2018). Voilà ce que j’en pense dans ma chronique : « Autant d’influences qui font osciller ce concert entre jazz, rock, rap, et tous les genres finalement. Le résultat est bluffant, tous les musiciens maîtrisent parfaitement leur instrument mais ils n’hésitent pas à mettre le bazar sur scène, jamais hautains, jamais élitistes, toujours au service de la musique et de l’ambiance. Je ne reviens évidemment pas sur notre trompettiste, il est juste magistral, toujours en finesse, parfois velours et souvent puissant. bon je ne vais pas m’attarder, cet album est un must-have, surtout qu’il y a aussi le DVD du concert ».

Toujours côté jazz, j’ai adoré l’association piano – batterie du groupe Glass Museum avec leur EP Deux (Classique, électro, jazz – JauneOrange – mai 2018). Voilà ce que j’en pense dans ma chronique : « Quelle bonne idée que ce duo, plutôt rare, entre un piano et une batterie. Et puis on enchaîne sur Shadow’s Faces. Le piano se fait plus épileptique et viennent alors des nappes électro flirtant avec la Bass Music. Arrive alors une trompette aérienne qui fait penser au jeu d’Ibrahim Maalouf et puis la batterie se fait reine. Chaque piste est pleine de surprises et d’inspiration. Ces deux instruments se marient tellement bien, qui l’eut cru ? Je ne vais pas tergiverser, cet album est une perle, un petit bijou qui n’a qu’un défaut, il ne possède que 6 titres. On en veut encore ». 

Mais sortons du jazz pour entrer dans le rock, celui de No Money Kids et de leur dernier album Better (Rock, électro – Roy music – novembre 2018). Voilà ce que j’en pense dans ma chronique : « Leur musique est toujours entre rock et électro et la recette fait mouche, encore une fois. Lost Generation a cette petite saveur des années 90 qui fait du bien aux oreilles. Il y a aussi Blue Shadow avec son riff ravageur mais aussi sa mélodie fort bien trouvée, sorte de mélange de sucré et de salé. Et puis ça groove, tout le temps, comme sur My Loneliness. Un morceau léger, aérien, qui donne la pêche. Toute la galette est homogène, attention je n’ai pas dit qu’elle était monotone, non elle nous offre des titres aux points communs reconnaissables mais chacun avec son propre caractère. A écouter sans hésiter ». 

Côté Soul, il y a les Buttshakers avec leur album Sweet Rewards (Soul – Underdogs Records – février 2018). Voilà ce que j’en pense dans ma chronique : « La basse et la batterie livrent une partition parfaite, sobre mais groovy, discrète mais indispensable. Et ce qui se dégage de chaque morceau, c’est une sorte de sensualité sauvage. Les instruments sont lâchés, la bride sur le cou. Il faut bien cela pour accompagner la voix de la belle Clara Thompson. Elle emporte tout sur son passage et sa voix rageuse n’est pas sans rappeler celle d’une fameuse Tina Turner. Qu’est-ce que c’est agréable ! Qu’il est bon de se trémousser sur le très funky Trying To Fool, qu’il est savoureux d’hocher la tête au rythme de Weak Ends. Bref, un coup de coeur absolu ! ». 

Et il y en a bien d’autres, entre Apolline, Otis Stacks, Tall Heights, Stabar, et bien d’autres encore …

 

Et puis …

J’ai découvert par hasard, les montres DMC. Kesako ? Les montres Delorean Motor Company. Oui vous ne rêvez pas, il s’agit de montres pour les amoureux de Retour Vers Le Futur. 

 

 

 

 

Et puis je suis tombé aussi sur un livre de cuisine original : Les Banquets d’Astérix (Hachette Pratique).  Le livre est beau et les recettes sentent bon la convivialité ! 

 

 

Côté DVD/bluray, il y a évidemment Solo qui a attiré l’attention du fan. Je dois bien avouer que le bluray avec les bonus m’a plus convaincu que le film lors de sa sortie au ciné, il gagne donc à être revu
! Et puis ce genre d’aventure cadre bien avec la période, donc il ne faut pas hésiter.