Festival de Cannes 2019 MaXoE Focus Game of Thrones
Après une édition 2018 sous le signe du renouveau (modification des dates du Festival, de la gestion des projections et de nombreux nouveaux venus au sein de la Sélection Officielle), cette édition 2019 est celle de la femme. Déjà par ce choix de rendre hommage à l’immense réalisatrice Agnès Varda disparue récemment, avec l’affiche officielle de cette 72e édition. Mais aussi et surtout parce que pour la première fois, l’organisation du Festival a mis un ... En savoir plus !
MaXoE > GAMES > Dossiers > PC > Fallout: New Vegas, l’interview de Brian Menze
PC / PS3 / Xbox360
Fallout: New Vegas, l’interview de Brian Menze

Comme Feargus Urquhart l’a fait remarquer dans son journal du développeur, Brian Menze a réalisé pas mal d’esquisses du « Vault Boy » à ses heures. Vous trouverez certaines de ses créations préférées pour Fallout New Vegas, ainsi que pour d’autres jeux sur lesquels il a travaillé, dans ce dernier numéro de Inside the Vault que nous vous proposons de découvrir ci-dessous.


Quel est votre travail chez Obsidian ?

Je suis artiste conceptuel senior. Je fournis également des éléments de jeu en 2D. Par exemple, dans Fallout: New Vegas, j’ai peint pas mal de panneaux et de posters et j’ai conçu certains logos qu’on trouve dans le jeu.

Sur quels jeux avez-vous travaillé ?
J’ai travaillé sur 18 jeux commercialisés dans ma carrière, dont Fallout 2, Planescape: Torment, la série The Icewind Dale, Star Wars: Knights of the Old Republic II, Alpha Protocol et bien sûr Fallout: New Vegas. Il y a aussi 3 jeux qui n’ont finalement pas vu le jour.

Qu’est-ce que vous préférez dans votre métier ? Qu’est-ce que vous aimez le moins ?
Je ne veux pas paraître mièvre, mais j’aime travailler en équipe. Ce que j’aime dans mon boulot, c’est d’être entouré par des gens doués qui travaillent ensemble sur des projets grandioses. J’ai fait pas mal de sports d’équipe quand j’étais gosse, et j’ai toujours eu un petit côté artiste, je sais travailler dans un environnement de groupe. Le pire, c’est d’être si éloigné des fans ou des gens qui jouent aux jeux que nous produisons. Les dessinateurs de BD ont des conventions au cours desquelles ils rencontrent des lecteurs, les athlètes ont les acclamations de la foule, les cinéastes peuvent s’asseoir dans un cinéma et observer la réaction du public à un film. Mais, travaillant dans le jeu vidéo, je n’ai aucun contact avec les gens pour lesquels, au bout du compte, je bosse.

Une anecdote amusante à partager à propos d’Obsidian ?
Pour une raison ou une autre, les employés doivent souvent changer de bureau. Il y a peu de gens ici qui aient passé plus de six mois dans la même pièce.

Comment êtes-vous entré dans l’industrie ? Vous avez des conseils pour percer ?
J’ai percé en 1993, et c’était beaucoup plus facile à l’époque. J’ai purement et simplement répondu à une annonce dans ma boutique de BD. Quant aux conseils… Je crois sincèrement qu’il faut connaître quelqu’un dans l’industrie. Presque tous les boulots que j’ai faits, y compris ceux qui ne sont pas liés au jeu vidéo, je les ai eus grâce à quelqu’un qui était déjà de la partie.

Quel a été le meilleur moment de votre carrière à ce jour ?
Co-créer un personnage avec Chris Avellone, à savoir Darth Nihilus pour Star Wars: Knights of the Old Republic II. Le personnage a sa propre figurine, il est apparu dans de nombreux media liés à Star Wars, les fans l’ont pris comme modèle de cosplay, et il a été mentionné dans le show radiophonique de Howard Stern pendant des semaines. Ce personnage, ce sont mes 15 minutes de notoriété.

Vous souvenez-vous de votre première esquisse du « Vault Boy » ?
Vaguement. C’était ma première mission quand j’ai rejoint Black Isle Studios, je me contentais donc de faire ce qu’on me demandait, et je cherchais surtout à m’intégrer à l’équipe. Mais je me souviens avoir été soulagé de devoir faire quelque chose qui était dans mes cordes, ça m’a libéré d’une partie du stress.

Quel est votre dessin préféré du « Vault Boy » ?
Un seul ? J’en ai fait presque 200 à ce jour, j’en aime bien plusieurs : traître, marié, gecko, pour n’en citer que quelques-uns.

Quel est votre travail pendant les mois qui séparent les phases de conception ? Travaillez-vous sur des projets à venir ? Sur des éléments du jeu ?
Je conceptualise ou je fournis des éléments 2D pour le jeu pendant presque toute la durée de la production. Parfois, j’aide sur des projets à venir ou sur des projets en cours de production, c’est assez aléatoire. Si je manque de travail, je m’empresse de me consacrer à plein-temps à un autre projet.

Quel est votre jeu préféré ?
Soyons nostalgiques : Defender, le jeu d’arcade classique de Williams Electronics. J’ai d’excellents souvenirs d’enfance, on allait en vélo avec mon meilleur copain dans le centre commercial le plus proche et on sirotait des sodas en dépensant notre argent sur ce jeu. Cela dit, je n’ai jamais été bon.

Quels jeux attendez-vous ?
Epic Mickey, NBA Jam et Batman: Brave and the Bold.

Qu’est-ce qui vous donne envie de vous lever le matin ?
Mon chat Booger. Tous les matins, à 6h30, il commence à miauler pour avoir son petit-déjeuner.

Quel est le pire boulot que vous ayez fait ?
J’ai livré des pizzas de nuit pendant un temps, dans un patelin d’agriculteurs. Il n’y avait pas de limite de distance, je pouvais faire jusqu’à une quinzaine de kilomètres, la nuit, sans éclairage et sur des routes de terre. Je me suis souvent perdu. Finalement, on m’a viré parce que je me suis fait porter pâle pendant deux semaines. Je ne voulais vraiment plus y retourner !

D’autres hobbies, d’autres passions ? Que faites-vous pendant votre temps libre ?
J’adore les bandes dessinées. J’en lis et j’en collectionne beaucoup. Sinon, je m’intéresse au base-ball et au football, je passe beaucoup de temps à Disneyland et je regarde des films des années 40 et 50.


Initialement publié le 22.07.10.