MaXoE > ZOOM > Dossiers > Sports > Le 25ème festival des arts martiaux de Bercy
Sports
Le 25ème festival des arts martiaux de Bercy

Cette année, le 25ème festival des arts martiaux de Bercy avait encore lieu en même temps que le championnat de France des arts martiaux vietnamiens, à mon plus grand désespoir. Et encore une fois, nous nous sommes retrouvés coincés dans les bouchons. Nous étions déjà partis en retard du championnat et au bout d’1/2h de bouchon, nous avons abandonné la voiture pour prendre le métro. Heureusement pour nous. ^_^ Nous sommes donc encore une fois arrivés en retard. En plus, le vigile à l’entrée nous a dit que l’entrée presse se situait à la porte 33. Nous avons donc fait tout le tour de Bercy pour nous entendre dire à la porte 33 que non, l’entrée presse est bien à l’accueil, le vigile s’est trompé. Sauf que de retour à l’accueil, le vigile refusait de nous laisser entrer. Il a fallu qu’on insiste et c’est finalement un autre vigile qui est venu intervenir, heureusement pour nous.

des osthéopathes à disposition des participants

 

Nous avions déjà raté une partie du spectacle, mais nous étions bien décidés à en rater plus encore puisque nous avons filé directement dans les coulisses où j’avais 2 amis qui participaient à la prestation du Haidong Gumdo. Vous ne vous souvenez pas ? C’est un art martial que j’ai découvert il y a deux ans, à Bercy. J’avais été très impressionnée et je le suis toujours d’ailleurs, même après avoir effectué 2 stages.

Haidong Gumdo
J’ai pu voir en vrai de vrai le responsable de la fédération européenne de Haidong Gumdo, Maître Han ainsi que le directeur technique Europe, Maître Lee et Maître Capozzi, Directeur Technique France et Secrétaire Général Europe. Et bien sûr mes 2 amis : Franck et Alexandre, ce dernier s’étant habilement planqué dans les gradins de Bercy pour ne pas nous rencontrer. Vous ne les verrez pas forcément sur les vidéos, ils sont au bord des tatamis, ils font les accessoiristes. 😉 Franck a d’ailleurs vainement essayé de transpercer Maître Han avec une lance, mais ce dernier l’a habilement rattrapé et utilisée pour transpercer un ballon (désolée Franck, c’était trop facile). :b
Et comme deux ans auparavant, ils nous ont fait une prestation de qualité. Les italiens Armanti Lorenzo et Prina Michele ont commencé avec un combat tout en fluidité, en vitesse et en mouvements circulaires.
Maître Lee a effectué des coupes de papier, pas si facile que ça en a l’air. Maître Han a enchainé avec des coupes de bambou et Maître Capozzi des coupes de ballots de paille. Le tout avec la fluidité qui caractérise cet art coréen.

 

Taekwondo
Cette année, c’était une équipe venue du Maroc qui a présenté cet art martial. Ils ont montré qu’ils étaient à la hauteur des équipes qui sont déjà venues Bercy. Mais je leur ferai le même reproche qu’à l’équipe de France de Vovinam : ils font toujours la même chose et ils limitent l’image qu’ont les gens de leur art martial à quelque chose d’acrobatique où les pratiquants passent leur temps à faire des pyramides humaines et à casser des planches. Quoique, il y avait des pommes cette année. ^^

Une arme très peu connue : le Naginata
Cette année, ils ont montré une arme très peu connue en occident mais qui est typique du Japon : le Naginata. Je n’ai malheureusement pas pris de photo ni fait de film (on cherchait un endroit sympa où s’installer), donc vous allez devoir vous contenter de mots. Cette arme est constituée d’un long manche en bois se terminant par une lame courbe, le tout pouvant atteindre 2m de long. C’était l’arme privilégiée des moines-guerriers. Sur les champs de bataille, elle était utilisée pour couper les jarrets des chevaux. Elle était particulièrement utilisée par les femmes pendant la période Edo qui l’utilisaient pour protéger leur famille. Sa longue taille leur fournissait une distance de sécurité qui était un avantage non négligeable sur un sabreur. Cette arme est encore très populaire au Japon. Je l’ai découvert très récemment en lisant un manga sur le karaté (Karate Shoukoushi Kohinata Minoru). Je ne connaissais pas du tout et je dois avouer que j’aimerai bien essayer. :b

Combat russe
Comme chaque année, Vladimir Khoudenkikh était présent avec son équipe. Et chaque année il trouve le moyen de nous présenter quelque chose de différents. L’année dernière, ils étaient venu nombreux pour nous présenter une ambiance traditionnelle et festive. Cette année, ils étaient en nombre plus réduit (9), mais n’en sont pas moins restés impressionnant. Pour une fois, une femme faisait partie de son équipe, et elle a été particulièrement efficace. Bien que pas très grande, elle a fait voler les hommes. Elle était précise dans ses coups, rapide, efficace. Avec une démonstratrice comme elle, Vladimir a démontré que son sport n’était pas uniquement masculin.
Non seulement ils mettent de l’ambiance dans les coulisses, mais ils mettent aussi le feu sur le tapis ! Et j’ai beaucoup aimé le clin d’œil de la couleur des kimonos.

Ju-jitsu
Le Ju-jitsu est aussi un élément du festival de Bercy. Ils viennent toujours en grand nombre, pour le plus grand bonheur de la gente féminine qui ne peut qu’apprécier le spectacle de ses hommes torse nu… :b Mais en dehors du plaisir des yeux, ils nous ont montré qu’ils maîtrisaient leur art et qu’il n’y a pas que le judo qui se concentre au sol.

Team Cascade
Quelques reconstitutions de scènes de films « mythiques » nous ont été présentées. Elles ont à chaque fois été précédés par une diffusion de la scène originale. Bruce Lee, JVCD font parmi des stars choisies pour ces reconstitutions, mais parfois, les images parlent mieux que les mots :

Kenpo Américain
Cet homme vous dit quelque chose ? C’est normal. Jeff Speakman a joué dans de nombreux films. Son équipe comportait des gens normaux : un peu fort, un peu âgé mais tous ont montré que leur « faiblesse » ne les empêchait nullement de pratiquer et d’être efficace.

Kempo bulgare
Le Kempo Bulgare était à nouveau présent. Leur numéro de cette année était accessoirisé d’une partie folklorique, mais je dois avouer que je préférais leur prestation de l’année précédente. Les tambours étaient bien, mais ce qu’ils faisaient en coulisse était bien mieux que ce qu’ils ont fait sur le tatamis. :b

Little Dream et No Difference
Chaque année, je suis émue par leur prestation. Quel pratiquant ne s’est pas posé la question un jour de savoir comment il ferait s’il devenait handicapé ? Moi je me suis posée cette question. Et découvrir que des fondations comme Little Dream et plus particulièrement leur programme No Difference qui touche les arts martiaux existent est un véritable soulagement. GGbob a eu le courage de les aborder pour moi dans les coulisses (ça sert à ça un partenaire : faire son boulot à sa place :b ) et j’ai pu faire une très belle photo d’eux. Grâce à eux, que ce soit un handicape physique ou mental, les arts martiaux restent accessibles. Et j’espère que ce phénomène deviendra plus courant. Ils méritent tous les applaudissements qu’ils reçoivent chaque année et je les félicite. Encore et encore.

Silat malais style SENI GAYUNG FATANI
D’habitude pour le Silat, ils font venir des malaisiens, cette année, ils ont fait venir des malaisiens. 😀 Mais des malaisiens qui ont travaillé avec des français. Ils ont été particulièrement aimable avec nous et je les remercie.
A noter aussi que c’est la première fois que je vois une démonstration de Silat traditionnel avec des femmes. Très bon point (avis personnel et purement féminin).

Penchak Silat
Le Penchak Silat était représenté par le FIGHT TIGER CLUB qui applique la méthode Charles Joussot, un des pionniers du Penchak Silat en France. Eux aussi ont été très accueillant avec nous, n’hésitant pas à discuter un petit moment avec nous.
Alors pourquoi deux prestations de Silat me demanderez-vous ? Parce que ces deux prestations sont totalement différentes, la première était purement traditionnelle tandis que la deuxième montrait une méthode axée sur la self-défense. Comme quoi un seul art peut avoir plusieurs facettes.

Kajukenbo, la self-défense hawaïenne
Le Kajukenbo est un style de Kempo orienté self-défense pure. Je ne connaissais pas du tout. Il est apparu sur l’archipel d’Hawaï ç la fin des années 40 suite à une explosion de violence et d’insécurité.
GGbob a été aux anges de pouvoir poser aux côtés de Luis et Jose Diaz. ^_^

Karaté Kyokushinkai
Comme l’année dernière, une compétition de Kyokoushinkai a été organisée. Mais les combats étaient moins intéressants cette fois, moins technique. Même si leur cardio est toujours impressionnant. Et chose que le public ne peut pas voir des gradins, mais on reconnaît les pratiquants de kyokushinkai à leur kimono parsemé de petites tâches rouge… 😀 Et ça, ça suffit pour faire comprendre qu’ils ne font pas semblant et qu’ils donnent tout ce qu’ils ont lors de ces combats.

Tahtib
La touche d’exotisme de cette année venait d’Egypte. Ils ont mis une belle ambiance dans les coulisses et on recommencé sur les tatamis. Le Tahtib est un art martial égyptien qui utilise le bâton comme arme. Il est répertorié comme l’art martial le plus ancien au monde encore pratiqué. Les gestes de cet art sont gravés sur les murs des tombes de Béni Hassan en Moyenne-Égypte (-4 000 ans).

Cette année, pas de Vovinam, ce que je déplore en tant que pratiquante des arts martiaux vietnamiens. Mais je n’ai pas gardé un très bon souvenir de la prestation de l’équipe de France de Vovinam de l’année dernière. Par contre, je me souviens que les enfants de l’école de Palaiseau avait fait un bon numéro qui avait été très applaudi par le public… :b (toujours finir sur une note positive)

Je n’ai pas beaucoup parlé du Karaté qui est pourtant à l’origine de ce festival (le magazine Karate Bushido). Je vais juste dire quelques mots : quand j’ai commencé les arts martiaux, j’avais une image du karaté très uniforme et très rigide. Ce festival me permet chaque année de découvrir ou revoir tous les styles existant dans ce seul mot. Il n’y a pas un karate, il y en a plusieurs. Et à chaque fois dans ce festival, j’en ressors avec une image forte. Cette année, c’est une histoire d’oeufs (ceux qui ont regardé la vidéo en question comprendront).

Alors, bien sûr, je n’ai pas parlé de toutes les prestations. Vu que nous sommes arrivés en retard et que nous sommes allés visiter les coulisses. Et j’en ai sûrement oublié quelques unes parmi celles que nous avons vues. Mais ce n’est pas grave. Je ne vais pas non plus vous passer en détail le déroulement du programme. Ce n’est pas le but. J’espère que certains d’entre vous ont fait des découvertes, que certains d’entres vous ont envie d’essayer d’autres arts martiaux ou sports de combat. Et peut-être se croisera-t-on l’année prochaine pour la 26ème édition du festival des arts martiaux de Bercy. 😉

La 25ème édition du festival de Bercy a été meilleure que celle des deux années précédentes. Et son succès est grandissant : les gradins sont de plus en plus remplis chaque année. Peut-être le festival des arts martiaux réussira-t-il un jour à remplir Bercy… J’aimerai bien voir ça.

Merci à GGbob d’être mon co-rédacteur (je suis incapable de retenir un nom et d’aborder les gens, il fait tout ça à ma place) et merci à Franck d’avoir répondu à mes questions (et de me supporter alors qu’il est à son boulot :b). Maintenant, vous savez pourquoi j’ai dis « nous » tout le long de cet article. Ce n’était pas un élan de mégalomanie, c’est juste que je fonctionne en binôme (parfois plus).


Initialement publié le 20.04.10 à 15:02.