MaXoE > Blog > MaXoE Land > MaXoE Festival 2024 : Carte blanche à Vivien Lejeune, Maxôme d’Honneur de la…

MaXoE Festival 2024 : Carte blanche à Vivien Lejeune, Maxôme d’Honneur de la 11e Edition

 

 

Dans notre news de lancement du MaXoE Festival 2024, nous vous avions donné quelques indices concernant le nom du Maxôme d’Honneur qui va nous accompagner tout au long de cette 11e édition. Vous avez découvert son visage sur l’image qui illustre cet article, il s’agit de Vivien Lejeune !

Il est un passionné de la pop culture et exerce ses talents en tant que journaliste auteur spécialisé dans la musique de films, la SF et le fantastique (Dreams Magazine, Cinefonia, Les années laser, l’Ecran Fantastique). Nous vous avons déjà parlé de deux de ses œuvres dans nos colonnes. Il s’agit de « Les Visions de Dune, dans les Creux et Sillons d’Arrakis » sorti en 2020 et de « Aux Origines du Seigneur des Anneaux, de Tolkien à Jackson« , sorti en 2022 et qui avait été sélectionné l’année dernière dans la catégorie Beaux Livres. On aime beaucoup ce qu’il fait, c’est pourquoi nous lui avons proposé d’être le Maxôme d’Honneur du MaXoE Festival 2024.

Vivien rejoint ainsi la (presque ‘grande’) famille des Maxômes d’Honneur, à savoir la scientifique, Docteure en sciences et entrepreneure Aurélie Jean, l’écrivan, scénariste et réalisateur Jérémy Sebbane et l’auteur, compositeur, interprète Marc Fichel. Pour le découvrir un peu mieux encore, nous lui avons posé quelques questions, voici ses réponses avant d’en savoir plus sur ces coups de coeur dans le cadre de sa Carte Blanche ! 🙂

 

Bonjour Vivien Lejeune, merci de nous accorder cette interview.
Mais… Un grand merci à vous, surtout !

Tout d’abord, pourriez-vous donner quelques informations sur votre parcours à nos lecteurs ?
Après des études en littérature comparée puis en audio-visuel, j’ai rapidement entamé – vers la fin des années 1990 – une double carrière répartie entre télévision (côté technique) et presse écrite (côté journalistique). J’ai signé mes premiers papiers et interviews dans les pages du magazine Dreams to Dream…s ; entièrement consacré à la musique de film (art que j’affectionne depuis l’enfance). Ce qui m’a permis de rencontrer certains des plus grands noms de l’industrie… De John Williams à Michael Kamen, en passant par Howard Shore, Danny Elfman, Hans Zimmer et bien d’autres. J’officiais alors en tant que pigiste puis, lorsque la société a changé de structure pour devenir CinéFonia Magazine, le directeur (Didier Leprêtre) m’a proposé d’en devenir le rédacteur en chef à temps plein. Poste que j’ai occupé avec ferveur et passion jusqu’en 2006. Après quoi, j’ai collaboré un moment avec Les Années Laser puis ai rapidement intégré (la même année) le comité de rédaction de L’Ecran Fantastique, où je suis resté près de 15 ans, cette fois en qualité de « spécialiste séries TV »… Ce qui n’empêchait en rien quelques excursions vers les articles/reportages consacrés au cinéma… Parallèlement, j’ai commencé à animer des évènements tels que certains panels séries du Comic Con de Paris, puis des concerts comme le Danny Elfman’s Music for the Films of Tim Burton (Overlook Events, 2015). Deux ans plus tard, les éditions Ynnis m’ont proposé (en collaboration avec Romain Dasnoy) de coécrire Le Guide des Compositeurs de Musique de Film (2017) et, dans la foulée, Le Guide des Séries de Science-Fiction (toujours avec Romain Dasnoy, mais également avec Sébastien Mirc en 2018). Grâce à ces deux projets formateurs, je me suis alors vu offrir l’opportunité par Third Editions d’écrire, seul, un essai sur Dune dans le cadre de leur collection « littérature & cinéma »… Ce que, naturellement, je me suis empressé d’accepter. Les Visions de Dune, dans les Creux et Sillons d’Arrakis sort donc en 2020 et rencontre un bel accueil. Immédiatement après, les dirigeants de Third m’ont proposé d’entreprendre le même type de travail autour du Seigneur des Anneaux… Ce qui tombait à pic, puisque c’était très précisément ce que j’avais envie de faire ! Ainsi débarque Aux Origines du Seigneur des Anneaux, de Tolkien à Jackson (toujours chez Third Editions, donc) en août 2022. Ces dernières années, mon temps de travail est donc principalement réparti entre ma fonction de Chef de Chaîne Adjoint à TV5MONDE et l’écriture.

Vous avez écrit des ouvrages sur Le Seigneur des Anneaux et sur Dune, entre autres. Quel est votre univers culturel ?
Comme le dévoile en partie mon parcours, j’ai toujours adoré le fantastique (et plus particulièrement la fantasy et le merveilleux) et la science-fiction. Le tout premier film que j’ai vu au cinéma n’était autre que le Star Wars originel (eh oui, je suis assez vieux pour ça)… Ont suivi (dans le désordre) The Dark Crystal, Labyrinthe, E.T., les Indiana Jones, Blade Runner, les Retour vers le Futur, Highlander, les Gremlins et autres Goonies… sans oublier L’Histoire sans Fin, qui a énormément compté dans ma vie (et qui continue encore) ! Quelle chance j’ai eu de pouvoir découvrir tous ces métrages en salles à l’époque de leurs sorties… Très tôt, j’ai pris l’habitude d’enregistrer l’audio des films en allant les voir, et je me repassais ces cassettes en boucle une fois rentré à la maison. C’est de là que vient mon amour de la musique de film. Pendant que mes camarades de classes s’extasiaient sur les tubes du moment, mes héros s’appelaient déjà John Williams, James Horner, Jerry Goldmsith, Michael Kamen, etc. Bon… Rassurez-vous, j’étais également fasciné par certains grands noms de la scène pop-rock (auxquels je continue d’ailleurs de vouer la plus vive des admirations) comme David Bowie, Pink Floyd, Queen, Inxs, Depeche Mode, Metallica, Guns N’Roses, ou encore Paul Macartney. Adolescent, ce que j’aimais faire par-dessus tout était de m’enfermer dans ma chambre… Allumer quelques bougies… Mettre un disque de musique de film… Et lire un livre, précisément dans cette ambiance particulière. C’est ainsi que j’ai dévoré toutes les Chroniques des Vampires d’Anne Rice, un grand nombre de Stephen King (je ne me suis jamais totalement remis de son Marche ou Crève), mais mon auteur préféré de l’époque restait Graham Masterton ; dont j’adorais notamment le cycle Manitou entamé en 1975. Côté SF, Philip K. Dick reste pour moi indétrônable. La fantasy est venue à moi par le biais des Conan de Robert E. Howard puis, presque immédiatement, par celui du Seigneur des Anneaux. Ce dernier restant un choc inégalable… Depuis, je me délecte régulièrement des nombreux tomes qui forment le Disque-monde du si prolifique (et regretté) Terry Pratchett et m’octroie toujours, de temps à autres, l’un « p’tit » Stephen King parmi ses plus récents. En dehors du fantastique, je suis un immense admirateur de l’œuvre cinématographique (et théâtrale) de Kenneth Branagh (depuis la sortie en salles de son Henry V)… ainsi que de l’univers torturé d’un David Lynch (Twin Peaks reste l’une de mes séries cultes)… Pour citer encore quelques œuvres fondatrices, je m’en voudrais de na pas inclure King Kong (1933), Les aventures de Robin des Bois (1938), Star Trek (dont j’ai vu et collectionne absolument toutes les séries et films depuis le début), La saga la Planète des Singes en son entier, celle des Rocky, et tant et tant et tant d’autres…

Ces ouvrages sont extrêmement documentés, cela doit être un travail de titan ? Comment travaillez-vous ?
Je confirme (pour le travail de titan) ! Penser, puis écrire, pareils essais exigent à la fois du temps, de la rigueur et – effectivement – énormément de recherches et, dans le cas présent, de lecture(s). Il faut accepter d’oublier (presque) tout le reste et se plonger quasi exclusivement dans l’univers que l’on explore. C’est pourquoi, depuis quelques années, je vois beaucoup moins de films et de séries qu’avant. Dans le cadre de Dune ou du Seigneur des Anneaux, il faut accepter que d’autres (nombreux) ouvrages ont déjà été écrits sur le sujet et ma démarche-première est de ne surtout pas les lire ! Je m’enferme, je m’isole. Je me tiens loin des études universitaires. Et ce pour deux raisons. Tout d’abord pour ne pas être tenté (même inconsciemment) de singer ce qui a déjà été fait. Et ensuite, parce que mes livres sont destinés au « grand public ». Ce qui, pour moi, n’a rien de péjoratif. Bien au contraire ! Ce que je fais doit se situer quelque part entre le récit et l’analyse… Mais toujours en gardant à l’esprit qu’il ne s’agit pas d’un cours, d’un colloque ou que sais-je encore. Je tiens à raconter l’Histoire de ces œuvres (et de leurs auteurs) de manière fluide, agréable, claire tout en restant précise, et en évitant au maximum de devenir trop « pompeux » ou « professoral ». Je ne revendique aucun statut d’expert. Pas même de spécialiste. J’entreprends une démarche journalistique et critique et je tente de rester le plus « neutre » possible. Pour toutes ces raisons, mes principales ressources sont, premièrement, les œuvres elles-mêmes et, deuxièmement, les interviews, correspondances et/ou conférences (publiées ou enregistrées) des auteurs et de leurs proches uniquement ! Tout ce que j’écris doit être étayé par ces archives et non par le point de vue d’un autre auteur ou chercheur. Bien entendu, j’ai ma propre idée de l’analyse de l’œuvre en question… Mais là encore, j’essaie toujours de la vérifier (ou de la confronter) avec les déclarations des principaux intéressés. Dans le cas de Dune, l’écoute des conférences données de son vivant par Frank Herbert a été une aide précieuse. Pour Le Seigneur des Anneaux, c’est un peu différent… La correspondance de Tolkien est tellement riche que l’on peut y trouver absolument toutes les réponses que l’on cherche. Ou peu s’en faut. Quant à la « partie films », j’ai eu la chance de m’occuper des articles et dossiers parus du temps de leurs sorties et – donc – de rencontrer et d’interviewer une grande partie de l’équipe (Peter Jackson, Elijah Wood, Andy Serkis, Howard Shore…). Ce qui ne manquait pas de constituer une base d’archives solides à réorganiser ici ! À tout cela s’ajoutent nécessairement quelques recherches annexes… Comme un contexte historique ou géopolitique de l’époque relatée… Mais, même là, je me tourne vers des déclarations d’historiens ou de vétérans issues de documentaires. Une fois tous ces éléments réunis, il faut s’imposer un axe, un angle (et donc un plan, validé en collaboration avec l’éditeur) et tenter de le suivre tout du long. Le reste… c’est de l’écriture pure.

Ces ouvrages sont sans illustrations visuelles, pourquoi ce choix ?
Pour le coup, la réponse sera courte. Car il s’agit tout simplement d’un choix éditorial de la part de Third Editions. Toutefois, bien qu’il ne soit pas de mon fait, je l’approuve totalement ! C’est un livre. Pas un mook. Pas un making-of ou encore moins un art-of ou autre magazine assimilé presse… Les ouvrages qu’ils produisent invitent à la précision et à la fluidité du récit, sans chichi… Néanmoins, toutes leurs illustrations de couvertures sont des créations originales et les (discrets mais non moins présents) pictogrammes ponctuant les ouvertures et fermetures de chapitres participent pleinement à l’expérience d’immersion au sein de l’univers (re)visité.

Quels sont les projets sur lesquels vous travaillez actuellement ?
Je viens de terminer mon troisième livre pour Third Editions, dans la directe continuité du précédent, puisqu’il s’agit en quelque sorte d’un « tome 2 » à Aux Origines du Seigneur des Anneaux… dans la mesure où je m’intéresse cette fois-ci au Hobbit ! Tout en continuant d’explorer les destins croisés de J. R. R. Tolkien et Peter Jackson et leurs visions respectives des récits de la Terre du Milieu, je m’y arrête plus spécifiquement sur la notion-même d’adaptation en tentant de comprendre pourquoi cette seconde trilogie de films reste majoritairement moins appréciée que la précédente et si les choix opérés par le réalisateur néo-zélandais s’avèrent judicieux ou non… Allers et Retours du Hobbit, des Mots aux Images sortira à la fin du mois d’août ; en même temps que la diffusion des premiers épisodes de la saison 2 de la série Amazon (Les Anneaux de Pouvoir).

Quelle serait la licence sur laquelle vous souhaiteriez écrire dans le futur ?
N’ayant pas cessé d’écrire depuis 2017, je vais m’octroyer une petite pause et me consacrer plus spécifiquement à mes activités liées à l’audio-visuel pendant au moins un an… Néanmoins, si les projets de nouvelles adaptations de L’Histoire sans Fin se confirment au cinéma, je n’hésiterai pas à reprendre la plume pour décortiquer le roman de Michael Ende (1979) et le mettre en parallèle avec le film réalisé par Wolfgang Petersen en 1984. Sans oublier les deux suites cinématographiques, la série télévisée de 2001 et la série animée de 1996… Idem, un livre sur la saga Highlander me plairait énormément. D’autant que j’ai eu l’occasion de rencontrer bon nombre des équipes des films et séries produits entre 1986 et 2007. À suivre !

Pour finir, MaXoE est un média indépendant et pluri-culturel, pas de frontières entre les BD, les livres, la musique, le cinéma, les séries ou les jeux-vidéo. Parlez-nous un peu de vous : vous jouez à quoi ? Vous lisez quoi ? Vous regardez quoi ? Et bien-sûr, vous écoutez quoi ? Et si vous aviez une ou plusieurs œuvres à conseiller à nos lecteurs ?
Je ne joue à rien ! Si ce n’est au Cluedo « Downton Abbey » avec ma femme et au Croque-Carotte avec mon fils de cinq ans. Plus sérieusement, je n’ai pas la culture du jeu vidéo et je ne possède aucune console. Pour ce qui est de mes lectures du moment… Eh bien, je prends plaisir à enfin (re)prendre le temps de lire un peu plutôt que d’écrire moi-même ! Je viens par exemple de relire La Planète des Singes de Pierre Boulle (1963) avec grand intérêt. J’ai tout aussi récemment dévoré L’institut de Stephen King (2019), de même que Le Trône de Satan de Graham Masterton (que je n’avais pas lu à l’époque en 1981). Et là, je me fais plaisir avec La Princesse des Glaces de Camilla Läckberg (2008) ! J’en suis à la moitié et je trouve le récit parfaitement tenu et captivant… En espérant que la révélation finale ne viendra pas entacher ce sentiment. Mes séries TV du moment sont la nouvelle mouture de Doctor Who… la saison 2 de Billy the Kid (par Michael Hirst, créateur des Tudors et de Vikings)… Je viens de finir Yellowstone, dont j’attends la suite avec impatience… Je regarde toutes les séries Star Wars pour le principe… parfois pour le mieux, parfois pour le pire… Mais ma plus grosse surprise du moment reste l’incroyable qualité de production et d’écriture de la seconde saison de la série animée Star Trek, Prodigy ! Un modèle du genre et, en bien des points, une suite directe à Star Trek, Voyager… qui reste ma favorite.  Côté films, j’ai été extrêmement déçu par Dune, Partie 2… séduit par Godzilla, Minus One… et toujours en faveur de la population simiesque face à La Planète des Singes, Le Nouveau Royaume… Mais le principal de mon temps libre reste la musique… Et majoritairement l’écoute des extraordinaires éditions remasterisées et agrémentées qu’offrent des labels comme Intrada ou Lalaland Records des plus grands titres de la musique de film… Hook, de John Williams. Willow, de James Horner. Robin des Bois, Prince des Voleurs, de Michael Kamen… Tout cela en versions complètes de 2, 3 ou 4 CD ! Même la version intégrale de Top Gun d’Harold Faltermeyer tourne en boucle depuis que je l’ai reçue ! Et pour ce qui est des conseils éventuels… Eh bien, piochez déjà dans tout ce que je viens de citer !


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Chargement ... Chargement ...