MaXoE > GAMES > Tests > Autres > Les jeux de société : Boomerang

Les jeux de société : Boomerang

NOTE DE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Il y a les jeux qui s'imposent directement comme des chefs d’œuvre. Il y a l'inverse, des jeux que l'on repousse avec mépris en se disant que l'on y jouera plus jamais. Et puis il y a la masse de ceux qui se situent entre les deux, parmi lesquels la catégorie sans doute la plus difficile à détecter : les jeux difficiles à évaluer et à détecter à leur juste potentiel. Dans cette série, je vous présente aujourd'hui : Boomerang.

osselets

 

Vous vivez dans la savane. Vous êtes un aborigène. Pour situer le niveau de barbarie, imaginez que vous prenez le métro puis le bus tous les matins pendant 1h30. Amis parisiens, veuillez ignorer ce dernier propos. Pour se nourrir, il faut chasser, et il va sans dire que le chasseur le plus efficace devient derechef prestigieux.

Chaque joueur reçoit 12 boomerangs, vous savez, cette arme perverse qui vous punira beaucoup plus sûrement qu’elle ne punira votre cible. Armé de vos petits V en carton, vous attendez la chasse. Au centre de la table se trouve un cercle, et autour de ce cercle, des proies. Il faut savoir qu’il y 6 proies différentes, chacune en 9 exemplaires, et que chaque carte montre en plus deux territoires de chasse en haut et en bas.

Dans un souci d’authenticité, cette photo a été prise sur une véritable paillasse fabriquée en chine.

Sur les photos ci-dessus, on distingue par exemple le désert et la forêt sur l’image de l’espèce de casoar.

Chaque joueur dispose de 5 jetons, chacun représentant l’un des territoires de chasse possibles, et va pour chaque chasse en choisir un, sachant que l’on pioche des proies jusqu’à ce que chacun des 5 soit représenté. Grosso modo, il y aura donc 3 à 6 proies par chasse. Puis, il place ce jeton face cachée devant lui.

Ensuite, chaque joueur, à tour de rôle, en commençant par le vainqueur de la précédente chasse, va poser un boomerang dans le cercle pour enchérir. Il peut aussi choisir de ne pas le faire, prendre tous les boomerangs du cercle, et placer son jeton sur la pioche. Lorsque chaque joueur a placé son jeton sur la pioche, on relève celui qui est le plus haut (c’est-à-dire celui qui a enchéri le plus longtemps) et il ramasse toutes les cartes sur lesquelles figure son territoire.

La boîte est sortie dans une nouvelle version, mais l’esthétique du jeu n’a pas changé

Sur l’exemple ci-dessus, supposons que le premier joueur ait joué l’eau, il prendra les deux cartes sur les bords. Si le suivant a joué la même chose, il n’aura rien. S’il a joué le désert, les deux du milieu, etc. Il se peut donc que l’on n’ait rien du tout, a fortiori si l’on s’est arrêté d’enchérir tôt, à moins d’un excellent calcul.

A l’inverse, s’arrêter tôt permet potentiellement de récupérer pas mal de boomerangs et de pouvoir tenir longtemps pendant une grande chasse.

Au début, on est un peu déstabilisé. On pense que le jeu est marqué par la chance, et il y en a : s’il y a beaucoup de proies alors que vous venez de vous gaver de boomerang, ou à l’inverse si le seul animal que vous voulez tombe sur une chasse peu disputée.

Les premières parties peuvent donc être frustrantes, puisqu’on se demande dans quelle mesure, par exemple, on peut remonter un mauvais départ.

Puis on comprend. On comprend que le mauvais départ, on l’a créé tout seul. Que tout, dans ce jeu, invite à peser les risques, à savoir s’arrêter au bon moment, bien choisir ses cibles.

Car le gagnant n’est pas celui qui a le plus d’animaux, mais est déterminé au terme d’un calcul assez subtil : pour chaque espèce, on regarde celui ou ceux qui en a (ont) le plus, et il(s) marque(nt) autant de points qu’ils ont d’animaux de cette espèce.

On a donc ici un jeu très complexe, mais très riche, qu’il faudra jouer à de nombreuses reprises pour le dompter. Très déconseillé à ceux qui ont tendance à ne pas savoir s’arrêter ou aux joueurs de casino, pas tellement accessible aux enfants malgré une esthétique qui leur aurait beaucoup plu, il peut en revanche offrir de très belles parties aux joueurs de sang-froid, aux tacticiens… et un peu quand même aux veinards !

 

NOTE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Boomerang, ça vaut 17 euros, ça se joue en 25 minutes, ce n'est pas pour tout le monde mais c'est un jeu intéressant qui se mérite. Et n'oubliez pas : on n'arrête pas de jouer parce qu'on vieillit, on vieillit parce qu'on arrête de jouer !
ON A AIMÉ !
- Très retors
- Original
- Esthétiquement abouti
ON A MOINS AIMÉ...
- Pas pour tous
- Une dose de chance quand même
Boomerang
Support(s) : Autres

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...