MaXoE > GAMES > Tests > PC > Matchpoint – Tennis Championships : Tête de série ?

Matchpoint – Tennis Championships : Tête de série ?
Il ne détrône pas Top Spin 4

NOTE DE MaXoE
6
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Lors de l’annonce et sortie d’un jeu de tennis, on se remémore tout de suite des titres comme Top Spin 4 ou encore Virtua Tennis, des jeux qui malgré le poids des années, restent les pionniers virtuels de ce sport. Alors quand Kalypso Media a annoncé qu’on allait vivre une expérience immersive et authentique avec Matchpoint - Tennis Championships, nous étions curieux de voir si l’on avait vraiment affaire à une simulation de tennis réaliste. Après plusieurs heures en sa compagnie, on vous explique si l’on a enfin trouvé le nouveau maître des courts.

S’il est distribué par Kalypso Media, Matchpoint – Tennis Championships a été conçu par des petits nouveaux dans le domaine du développement sportif : le studio Torus Games. Avant de s’attaquer à ce genre de simulation, l’équipe a principalement réalisé des productions pour jeunes enfants. On leur doit notamment How to Train Your Dragon 2, PAW Patroll On a Roll, Hotel Transylvania 3 ou encore Ben 10, des dérivés/adaptations de films d’animation en somme. Autant dire qu’avec Matchpoint – Tennis Championships, les développeurs changent complètement de terrain.

Modes solo et multi, mais pas de matchs en double

On ne change pas nos habitudes pour nos critiques de jeux de sports, débutons par les modes de jeu directement répertoriés sur le menu principal. Assez sommaire et très épuré soit dit en passant, on y trouve deux onglets distincts, l’un pour le solo et le second pour l’Online.

On démarre logiquement par la présentation de la partie Solo contenant à peine cinq petits modes. Il y a bien sûr un Didacticiel pour apprendre les différentes techniques (déplacement, service, slice, lift,…) avec explicatif, l’Entraînement qu’il n’y a sans doute pas besoin de présenter, permettant de mettre en pratique les enseignements des Tutos (frapper la balle,…).

Le troisième mode se nomme Formation, ce dernier consiste à « travailler » ses mouvements (pression sur les touches, déplacement d’un curseur de « visée »,…) tels que les Lift, Slice,… par le biais de plusieurs mini-jeux distincts, un mode rappelant celui de Top Spin par exemple. Vient ensuite les Matchs rapides où l’on peut sélectionner 16 personnalités différentes comme Benoît Paire, Nick Kyrgios, Casper Ruud, Amanda Anisimova, Heather Watson ou encore Victoria Azarenka, ainsi que deux légendes (Tim Henman et Tommy Haas), ou encore vos avatars du mode Carrière. On regrettera certaines têtes d’affiche manquantes à l’instar de Djokovic, Nadal,… mais aussi une modélisation des tennismen/women ne faisant pas honneur à ces joueur(euse)s professionnels(le)s.

Terminons ce tour d’horizon du mode Solo avec celui de la Carrière. Avant d’entamer les hostilités, on peut y créer un avatar (féminin ou masculin), attention toutefois, ici pas de customisation à l’extrême, on est assez vite limité sur un choix de visage, cheveux, vêtements/couleurs.

L’entrée en matière se fait en plein match, à un moment important de l’Open Adélaïde pendant un tie-break. Après plusieurs échanges, le soft initialise un système assez intéressant sur les faiblesses/forces de l’adversaire. Par exemple, lorsque notre adversaire effectue plusieurs revers d’affilé, sa précision laisse à désirer, l’idée est donc de tenter quelques stratégies futures pour l’inciter à faire des pénalités/fautes.

Une fois le match terminé, on débute le véritable mode Carrière avec classement MPT, le but étant logiquement de devenir numéro un mondial. Outre les tournois de calendriers (Auckland, Grand Chelem,…), l’interface donne accès à la réalisation de matchs amicaux, une modification de l’apparence préalablement choisie et la présentation des Formations pour renforcer les attributs de notre personnage. À ce sujet, sachez que les mini-jeux présents lors de ces formations sont les mêmes que ceux du Menu Principal, vous pouvez donc vous perfectionner davantage si nécessaire. Il est également possible de changer de chaussures, raquettes ou même coachs, en sachant que des statistiques diffèrent en fonction de ce que l’on « porte ». Un déroulement classique donc. C’est donc tout pour le mode Solo, et au risque de vous décevoir, comme nous l’avons été, le titre propose seulement des matchs simples mais pas de double…

Pour le mode Multijoueur, là encore, en dehors du cross-play le tour se fait assez rapidement avec des matchs entre ami(e)s ou de loisir, ou encore classés. Précisons que pour le moment, nous n’avons pas rencontré de problèmes majeurs lors la réalisation de ces matchs en ligne.

De bonnes idées, mais aussi un manque

Entrons maintenant dans le vif du sujet, le gameplay. Les développeurs ont tenté de se rapprocher au plus près de la réalité pour permettre une expérience immersive. Alors oui, il y a bien les services à réaliser, les techniques spécifiques de ce sport, le placement fluide du(de la) joueur(euse), les effets sonores de la balle, les différences de frappes en fonction de la pression de la touche associée, mais il y a aussi un réticule de visée à déplacer qui s’active dès la pression du coup que l’on souhaite faire.

Clairement, même si la prise en main de base est rapide, il faudra un certain temps d’adaptation pour bien maîtriser l’ensemble des fonctionnalités, on pense surtout à une sorte de double vision que l’on doit avoir, la première fixée près de notre joueur(euse) correspondant à la puissance de notre frappe, et en second le placement du réticule servant à localiser l’endroit où faire rebondir la balle. Par contre en coop local, impossible de jouer l’effet de surprise, chaque joueur(euse) pouvant voir le placement du réticule de son adversaire.

Si après un minimum d’adaptation les échanges se font naturellement, on trouve quand même qu’il manque un élément essentiel dans cette touche voulue « réaliste » : le réalisme sur la balle et sa physique. Alors oui on arrive à s’amuser facilement, mais on en attendait quand même davantage au vu de l’accroche des développeurs. Idem, peu importe le type de terrain auquel nous faisons face, qu’il s’agisse de gazon, terre battue, surface dure, on n’a ressenti absolument aucun changement ni dans la trajectoire, ni même dans les rebonds de notre balle. Une petite déception tout de même.

Une partie technique/graphique pas flatteuse

Passons maintenant à la technique et au graphisme. Pour commencer, sachez que si vous n’avez pas de matériel proposant du VRR/ALLM, vous verrez assurément des déchirures d’image disgracieuses lors des séquences replays/gros-plans sur les joueur(euse)s. Ensuite, comme nous le disions tout à l’heure, si les modélisations des professionnels(le)s ne font pas honneur aux consoles New-Gen ou Old-Gen, celles du public l’est tout autant, ces derniers étant dédoublés et simplifiés au possible.

À cela, on déplore malheureusement aussi d’autres manquements comme l’absence de traces que ce soit pour les impacts de balles ou les déplacements des protagonistes… Pour terminer, sachez qu’en plus de la traditionnelle vue semi-hauteur, une vue immersive assez plaisante et placée derrière le personnage peut être sélectionnée.

Sans transition, passons à l’aspect sonore. Celle-ci est du même acabit que l’axe technique/graphique, on retrouve un public qui ne transpire pas la passion, ou encore un commentateur qui manque d’enthousiasme,… Difficile dans ces conditions d’avoir une immersion totale.

Testé sur Xbox Series X


Information : Matchpoint – Tennis Championships sortira le 20 octobre sur Nintendo Switch.

NOTE MaXoE
6
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Et bien non, Matchpoint - Tennis Championships n’est pas le titre qui nous fera oublier Top Spin 4, et si vous av(i)ez placé trop d’espoir en lui, vous risquez d’être fortement déçu. S’il y a bien des mécaniques de jeu intéressantes comme la feature sur les forces/faiblesses adverses, un double système (puissance de frappe / réticule de visée), ou encore une prise en main globalement rapide, on ressent quatre manques et faiblesses. Un palier graphique très en deçà, une sonorité in-game qui manque de passion, l’absence de double, et une physique n’étant pas au top de sa forme. Dommage !
ON A AIMÉ !
- La vue immersive
- Prise en main rapide pour les bases
- Feature faiblesses/forces de l’adversaire
- La carrière
ON A MOINS AIMÉ...
- Modélisation des personnages
- Les surfaces qui ne modifient rien sur la balle…
- L’absence de double
- Personnalisation assez limitée
Matchpoint – Tennis Championships : Tête de série ?
Matchpoint - Tennis Championships
Editeur : Kalypso Media
Développeur : Torus Games
Genre : Tennis
Support(s) : PC, PS4, PS5, Switch, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1 / 1 à 2
Sortie France : 07/07/2022

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...