MaXoE > GAMES > Tests > PC > Resident Evil Village : Une histoire passionnante et effrayante

Resident Evil Village : Une histoire passionnante et effrayante

NOTE DE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Si vous voulez vous faire peur mais pas trop, ce jeu est parfait pour vous. Vous vous attacherez à Ethan et souffrirez avec lui de tout ce qu'il subit. La fin réserve quelques surprises scénaristiques et émotionnelles. Je vous conseille d'aller jusqu'au bout parce que ça vaut vraiment le coup.

Le jeu commence d’une manière très surprenante, avec un conte pour enfants joliment intitulé Le village des ombres. Un conte un peu sombre dont on ne connaitra pas la fin mais dont vous pourrez faire certains rapprochements avec les monstres que vous allez croiser. On retrouve ensuite Ethan, Mia et leur petite fille Rose qui essayent de se remettre de leur expérience du précédent opus. Pour ceux comme moi qui n’ont pas joué au précédent RE, vous aurez droit à un petit résumé bienvenue. Mais votre toute nouvelle vie se retrouve chamboulée quand vous vous faites attaquer et kidnapper par Chris Redfield, personnage emblématique d’Umbrella ! Vous réussissez à vous échapper durant le transfert et partez à la recherche de votre fille dans un village saccagé et peuplé de quelques rares survivants et des sortes de loups-garous dont un qui vous arrachera rapidement deux doigts. Pour ceux qui se posent la question sur l’emploi des mots « sortes de loups-garous », c’est parce que ceux-là peuvent utiliser des armes. Pas des armes évoluées mais des armes quoiqu’il en soit.

Ça fait peur

Donc le début de l’aventure nous laisse avec plein de questions ! Mais pourquoi, Chris ? Pourquoi nous attaquer ? Pourquoi me laisser en vie ? Pourquoi kidnapper Rose ? Pourquoi Rose a été kidnappée par des monstres après ? Pourquoi je n’ai pas la fin de ce petit conte tout mignon et gothique à souhait ? Pourquoi je me fais arracher deux doigts dès le début et comment est-ce qu’une simple potion peut me recoller une main coupée ? Oui, ça, ça va arriver un peu plus loin. Ethan est un personnage particulièrement résistant aux morsures, coups, chutes spectaculaires et autres attaques…. Même sans l’utilisation de potion (Edit: bon j’ai fini le jeu et il y a une raison pour cette santé d’enfer !). Et je suis en mode normal. Donc oui, ça veut dire que le jeu n’est pas spécialement difficile en mode normal. Ce qui n’enlève rien à l’atmosphère. Vous avancerez la boule au ventre, et l’alternance de phases de cinématique, d’exploration, d’action et de poursuites permettra aux plus sensibles de finir le jeu sans problème. Personnellement, je n’arrive pas encore à me décider si les phases d’animation sont une source de stress parce que Ethan va s’en prendre plein la tête ou une source de soulagement parce que je ne vais rien avoir à faire et justement, s’il n’y a rien à faire, il n’y a rien à rater et mes échecs ne seront pas responsables de plus de souffrance.

Toujours sur la sensation de peur, pour une fois la vue à la première personne est une bonne chose parce que ça dégage la vue pour chercher les objets/indices, mais ça donne aussi plus de sensation (de peur, je précise). Le son a forcément son importance, notamment à l’approche de l’usine d’Heisenberg avec les grognements des loups-garous qui vous entourent. Et je peux vous assurer que la réponse viscérale est présente. On a tous peur quand on entend des grognements agressifs. Je ne vous parle pas des passages où vous avancez à la lueur d’une lampe torche qui sont un vrai bonheur pour ceux qui aiment se faire peur. Et il y a quelques surprises, comme les adversaires qui ne s’affrontent pas. Après être morte un ou deux fois, j’ai (finalement) compris qu’il fallait que je prenne mes jambes à mon cou. Et ça, j’aime beaucoup. Avoir peur. Parce que ce paragraphe est axé sur la peur (j’ai répété ce mot 6 fois quand même).

C’est beau

Les graphismes sont superbes. Je joue le jeu sur la Xbox Series X et je n’arrête pas de prendre des screenshots. Vous pouvez faire de superbes panoramiques (ou voir des monstres d’un peu trop près). Chaque boss a sa zone sur la carte ainsi qu’une ambiance et un décor propre. Le château gothique de Lady Dimitrescu, la petite maison et les tombes de Donna et de ses poupées (et son fœtus géant difforme totalement horrible), le village immergé de Moreau et les hommes modifiés de Heisenberg. Et des loups-garous bien sûr. Avec une bonne tripôtée sur le chemin pour rencontrer Heisenberg. Tous ces décors sont superbes et très immersifs. Et ces 4 boss ont chacun une personnalité propre. Sauf peut-être Donna dont le passage est vraiment court en comparaison des autres. De plus elle est facile à vaincre. Les boss sont assez inégaux dans leur traitement et je trouve ça bien dommage.

Un croisement entre un survival horreur et un point&clic

Il faut bien fureter partout. Vous ne trouverez pas suffisamment de balles et vous ne pourrez pas en fabriquer suffisamment pour ne pas vous retrouver à court à un moment ou un autre. Il vous faudra en acheter. Et pour en acheter ET améliorer vos armes, il vous faut des sous. Beaucoup de sous. Vous en trouverez, certes, vous aurez des trophées à vendre à chaque fois que vous tuerez des boss. Mais ce ne sera pas suffisant. Je vous encourage donc vivement à chasser les cristaux et les trésors. Ils sont parfois difficiles à trouver mais ça vaut le coup. Les cristaux et autres pierres précieuses ne sont qu’un clignotement sur un mur, un élément de décoration ou au plafond. Et pour les trésors, il y aura parfois des énigmes, parfois juste trouver un objet et/ou faire une suite d’actions comme dans n’importe quel point&clic classique.

Mais justement, dans certains cas pour acquérir certains objets ou résoudre des énigmes, il faut faire beaucoup d’aller-retour. Et il n’y a pas de point de téléportation rapide. Et Ethan est très résistant, mais il ne court pas très vite quand même. Donc j’avoue que pour certains endroits, j’ai eu la flemme. Je regardais la map et je me disais, « chouette, j’ai la clé, mais faut que je retourne tout là-bas… ». Et au final je l’ai fait une autre fois, à un moment où j’étais stressée et je me suis dit que « tiens ! je ferai bien ce petit passage tranquilou. Ça va me détendre ».

J’ai (pour une fois) fini le jeu. Et je me suis vraiment attachée à Ethan. La fin est vive en émotion. Mère Miranda n’est pas spécialement difficile à affronter, mais son combat est long. Mais très bien fait. Et le jeu reste beau jusqu’à la fin. Et très émouvant.

Vous aurez l’occasion d’incarner Chris aussi. Mais c’est un passage facile parce que môôôôssieur dispose de supers armes. Je le déteste toujours autant que je l’adore celui-là. Mais si je pouvais, je lui tirerai bien une balle dans la jambe. Juste histoire de.

Et pour finir, quelques mots sur le menu bonus une fois que vous avez fini le jeu. Je n’ai pas réussi à débloquer tous les défis. Mais je le savais. Je hais ces p***** de chèvres. Mais j’ai quand même pu débloquer quelques petites choses comme quelques armes de Chris, quelques dessins. Je n’ai pas pu débloquer les munitions illimitées. Mais la possibilité de jouer le mode Mercenaire qui consiste à faire du shoot en temps limité me tente assez. Quoiqu’il en soit, ils se sont plutôt éclatés pour les intitulés des défis. Je me suis amusée à tous les lire rien que pour ça.

Ah oui ! Vous aurez la fin du conte gothique à la fin du jeu. 🙂

Testé sur Xbox Series X

NOTE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

En conclusion, ce jeu est un excellent jeu pour commencer le genre. Il y a certes de la tension mais le mélange des genres (action, énigmes, exploration, combat) vous laisse un peu de temps pour vous remettre de vos émotions. Le jeu est superbe et l'ambiance est vraiment bien faite sans oublier le design sonore qui est excellent. Je vous conseille de le jouer avec un casque pour plus de sensation.
ON A AIMÉ !
• La boule au ventre tout le long du jeu
• Toutes les questions qu’on se pose le long du jeu
• Les ambiances différentes liées aux 4 boss
• C’est vaste, c’est beau et il y a de quoi faire
• La part action
• Pas très difficile en normal, le jeu est vraiment accessible
• Sursauter !
• Les sons, très important pour se mettre dans l’ambiance
ON A MOINS AIMÉ...
• Le déséquilibre dans le traitement des boss
• Parfois beaucoup (trop) d’aller-retour pour résoudre des énigmes ou récupérer des trésors
• Un peu facile en mode normal
Resident Evil Village : Une histoire passionnante et effrayante
Resident Evil Village
Editeur : Capcom
Développeur : Capcom
Genre : survival horror
Support(s) : PC, PS4, PS5, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 07/05/2021

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...