MaXoE > GAMES > Tests > PC > Rogue Legacy 2 : Le digne héritier familial !

Rogue Legacy 2 : Le digne héritier familial !
Des successeurs comme cela, on en veut plus !

NOTE DE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Rogue Legacy est très prisé dans l’univers du Roguelike/Roguelite, notamment par les traits de descendances et d’héritiers -parfois très singuliers et drôles-. Aujourd’hui, soit après quasiment dix ans de disponibilité et de portages sur divers supports, un second volet vient de paraître. On peut d’ores et déjà vous dire que si ce Rogue Legacy 2 reprend les bases de son prédécesseur, il arrive à s’en émanciper et le dépasser en tout point. On vous explique tout, en vous laissant aussi des surprises au cours de ce test !

Si vous nous suivez régulièrement, vous savez que ce n’est pas de la première fois que l’on met le studio Cellar Door Games au centre des attentions. Ce fut le cas pour nos critiques du premier Rogue Legacy, ainsi que pour celle du jeu d’Action Full Metal Furies, tous deux sur Nintendo Switch.

Pour en revenir à Rogue Legacy 2, le soft a fait l’objet d’un Early Access dès son annonce en août 2020, et ce jusqu’à sa sortie fin avril dernier.

L’aventure, à l’instar de son aîné, est à nouveau placée sous le signe de l’héroïsme, d’univers cryptique avec de nombreux journaux à rassembler (et même des informations à découvrir après avoir fini le jeu). Et bien entendu une dose humoristique, que ce soit par les traits de descendants ou par les écrits.

Le retour de la longue lignée

L’histoire nous emmène une nouvelle fois au cœur du Moyen-Age. Sans rien spoiler, on se retrouve aux commandes de toute une grande lignée, ancêtres comme héritier(ière)s.

À chaque nouvelle génération, ces « guerrier(ière)s » continuent la quête de leurs aïeuls, c’est-à-dire qu’ils se rendent dans le château avoisinant dans le but d’en percer tous les secrets, élucider les mystères, vaincre des bêtes et rassembler les Estuaires afin d’ouvrir des portes dorées mais aussi rebâtir leur bâtisse.

Un HUB très complet (améliorations, services,…)

À propos de cette demeure justement, elle équivaut à un arbre de compétences grandeur nature où l’on débloque tout un tas de possibilités. Certes ces dernières restent connues, comme dans les RPG ou même dans le premier volet, mais sans elles impossible de faire de longs Runs dans les meilleures conditions possibles.

Grâce à l’échange d’or acquis à chaque Run, on peut débloquer de multiples services ou renforcer ses propres personnages pour la suite (les descendants en somme). On retrouve ainsi le forgeron servant logiquement à la création d’équipement aussi bien défensif qu’offensif, incluant la bonne idée d’introduction des arcs par exemple. Mais n’allez pas croire que quelques deniers suffiront pour avoir les meilleurs équipements, non, il faut aussi dégoter les plans ainsi que les ressources nécessaires (inédites cette fois) pour la fabrication de ceux-ci.

En outre, cette demeure permet aussi d’augmenter les PVs maximum, de même pour les dégâts et l’intelligence. La réflexion est toujours de mise donc pour savoir ce que l’on va débloquer en premier, surtout que des nouveautés font également leur apparition pour ce nouvel opus, comme l’ajout de classes inédites par exemple.

Un choix qui se révélera parfois cornélien, vu les nombreuses éventualités avec les traits inhérents aux héritier(ière)s, ainsi qu’aux apports d’armes inédites (arcs, bâtons,…). Combat à distance ou plutôt corps-à-corps ? Une réflexion à laquelle il faudra ajouter des améliorations de personnages, etc…

Ah, on allait oublier, précisons que dans ce HUB (demeure en construction), le charognard Charon est de retour pour faire payer la traversée en bateau et ainsi retourner dans le château. Inutile donc de garder des sous en poche, il se prend tout le restant d’or que vous n’avez pas dépensé…

Encore plus fun, plus généreux, avec des ajouts, des nouveautés et bien plus encore !

Outre cette mécanique toujours aussi bien intégrée, nous vous le disions en amont, Rogue Legacy 2 reprend aussi la formule de base de son aîné en l’agrémentant de nouveautés bien senties pour rafraîchir l’expérience, mais aussi la bonifier. On se retrouve ainsi avec un savant mélange entre Roguelite, Roguelike, Die & Retry et une nouveauté pour ce second volet : du Metroidvania !

Concrètement pour en revenir brièvement aux bases sans être rébarbatif, nous évoluons pratiquement de la même manière que précédemment, c’est-à-dire qu’à chaque partie, équivalent à un Run, la durée de celui-ci dépendra de votre dextérité, et permet d’incarner un(e) protagoniste aux traits et effets très différents.

Il peut tout aussi bien s’agir d’une arme de prédilection, telle qu’une épée, un arc, une hache ou un bâton modifiant la perception des frappes, de magies/coups spéciaux (feu,…) que de pathologies particulières comme être atteint de nanisme ou de gigantisme, l’un étant plus discret quand le second, plus imposant, est difficilement manquable par les ennemis. Dans un autre registre, un personnage typique de « diva » aura les projecteurs braqués sur lui mais aussi sur les opposants, tandis que le décor, lui, restera dans l’ombre. Entre ces retours et les nouveaux ajouts que l’on vous laisse le soin de découvrir, vous avez évidemment des avantages et lourds inconvénients, mais un certain plaisir à ne pas avoir « deux fois » le même Run.

D’ailleurs afin que cela soit moins « punitif » -bien que le challenge du soft soit corsé-, les développeurs ont pensé à mettre des hésitations dans nos choix de descendants, ceci grâce à plusieurs facteurs inédits. Comme par le fait de recevoir une belle compensation en or en choisissant un personnage disposant d’effets négatifs très délicats. Pour la « diva » dont nous vous parlions par exemple, la compensation va jusqu’à 50% d’or supplémentaire pour le run.

Avec ces petites touches de nouveautés, on ressent bien l’évolution par un meilleur équilibrage global, mais ce n’est pas pour autant que la découverte des biomes est une partie de plaisir ! Auparavant au nombre de quatre et renfermant chacun un boss, ces lieux sont maintenant au nombre de huit pour nous donner davantage de fil à retordre, mais en compensation, l’exploration est plus agréable.

Pour ceux(celles) n’ayant pas mis la main sur le premier opus, petit rappel. Lors d’un Run dans le château, nous évoluons dans des salles interconnectées à taille variable, disposant de secrets, de salles de bénédictions renfermant des runes aléatoires mais aussi regorgeant à la fois de monstres, de pièges et d’objets destructibles. Pour progresser, il faut alors simplement se servir des capacités de base de nos « héro(ïne)s » avec des frappes au corps-à-corps ou -nouveauté- à distance avec visée ou non, un saut ainsi que l’utilisation de capacités (magies incluses) liées à des PMs, ces derniers se régénérant en frappant un ennemi. Comme dans Rogue Legacy premier du nom, la prise en main est très rapide, instinctive et profite d’une certaine « nervosité ».

Tout dépendra de l’observation de patterns adverses, tout en se rendant compte que certains ennemis se révèlent « plus sensibles » à certains types de classes. Ainsi on apprend toujours de ses propres erreurs pour repartir sans rechigner, plus fortes(e)s et avec encore plus de hargne au prochain assaut.

Un assaut qui se réalise donc dans différents biomes générés de manière procédurale. Si dans le premier jeu, chaque évolution dans les différents environnements se faisait naturellement sans capacités « uniques », dans Rogue Legacy 2, on découvre une composante Metroidvania des plus rafraîchissante : la nécessité d’acquérir un pouvoir spécifique (comme un dash,…) pour changer de lieu et y progresser. Pour faire simple, il suffit de trouver un « autel », de réaliser le défi en son sein, et ainsi obtenir ce fameux pouvoir. Seul regret nous concernant, ces défis se révèlent très, voire trop simples, on aurait bien aimé une petite dose de difficulté supplémentaire.

Il y aurait encore énormément à dire sur cette nouvelle aventure, mais cela reviendrait à faire beaucoup de spoils et retirer le plaisir de la découverte, aussi nous nous abstiendrons d’évoquer certaines parties pour parler davantage des options d’accessibilité ayant été introduites. Si l’aventure pourra s’avérer difficile (selon vos habitudes de jeu, etc…), et que certains pesteront peut-être sur la formation de certains Runs, Cellar Door Games a introduit une multitude d’options de personnalisation pour rendre l’expérience plus simple ou au contraire plus difficile. On peut par exemple augmenter ou diminuer la santé et les dégâts des adversaires, ralentir le temps pendant que l’on vise, etc…, etc… Des options vraiment bienvenues qui ne laisseront personne de côté, aussi bien les novices de ce genre, que les aficionados des jeux exigeants.

Un style cartoon attrayant

Pour sa palette graphique, Rogue Legacy 2 reprend certes le style 2,5D pour ses environnements et des personnages en 3D, mais cette fois toute la partie artistique a été réalisée à la main. Visuellement, nous faisons face à un rendu style « cartoonesque » vraiment plaisant. L’évolution par rapport à son prédécesseur est donc très palpable, notamment pour le bestiaire profitant d’un rendu encore plus soigné, des teintes de couleurs très chatoyantes et les effets visuels (magies, etc…) très bien réalisés, tout ceci accentuant avec brio cet aspect cartoon. Concernant la partie musicale, l’OST reste assez discret. Enfin, les textes et l’interface sont affichés en français.

 

Testé sur Xbox Series X

NOTE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

On ne va pas faire de suspens, Rogue Legacy 2 se hisse très facilement parmi les fleurons des Roguelike, Roguelite. Non seulement il arrive à se détacher de son prédécesseur en le surpassant grâce à de multiples nouveautés, mais en plus il intègre des composantes rafraîchissantes, comme celles du Metroidvania ou son visuel cartoon. Plus généreux qu’auparavant, il devient véritablement très addictif au fil des parties, à tel point que l’on a envie de tout découvrir, de connaître l’ensemble sur le bout des doigts, et ce sans jamais voir la lassitude pointer le bout de son nez.
ON A AIMÉ !
- Les nouveautés (classes, pathologies, axe Metroidvania,…)
- Très addictif
- Le visuel « cartoonesque »
- L’arbre de compétence et les choix
- Un contenu hyper généreux
- Variété des environnements
- Options d’accessibilité
ON A MOINS AIMÉ...
- Les défis des autels vraiment trop simples
- Certain(e)s le trouveront trop difficile -même avec les options associées-
Rogue Legacy 2 : Le digne héritier familial !
Rogue Legacy 2
Editeur : Cellar Door Games
Développeur : Cellar Door Games
Genre : Roguelike, Roguelite, Plate-Forme, Metroidvania
Support(s) : PC, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 28/04/2022

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...