MaXoE > GAMES > Tests > PS4 > Fallen Legion Revenants : Une troisième aventure dans la même lignée…

Fallen Legion Revenants : Une troisième aventure dans la même lignée…
... Que les précédents opus

NOTE DE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Après nous avoir concocté une duologie, l’équipe de YummyYummyTummy revient explorer ce même univers dans une nouvelle aventure de Fallen Legion, à savoir Revenants. Ce dernier opus ARPG tactique vient de débarquer en toute fin de semaine dernière sur Nintendo Switch et PS4. Avec l’expérience des deux précédents volets, les développeurs ont-ils amélioré la formule ? C’est ce que nous allons voir !

Pour celles et ceux qui ne le savent pas encore, YummyYummyTummy est une équipe indépendante ayant conçu la licence Fallen Legion jouable en scrolling 2D qui comporte désormais quatre épisodes avec Revenants ou plutôt trois véritables opus, on s’explique. Durant l’année 2017 est sorti Fallen Legion – Sins of an Empire sur PS4 relatant le point de vue de la Princesse Cecille, fille du Roi du Royaume de Fenumia dont elle doit prendre la succession. Et Fallen Legion – Flames of Rebellion, opus disponible sur PS Vita la même année et ayant pour but de nous raconter le point de vue Legatus Laendur, le « désigné » traître profitant de la mort de l’Empereur pour essayer de renverser l’Empire. Deux points de vue qui ont pu être découverts sur la compilation « Rise to Glory » disponible sur Nintendo Switch l’année suivante (2018).

Trois ans plus tard nous découvrons la suite de cette duologie avec ce nouvel opus Fallen Legion – Revenants, toujours en scrolling 2D et possédant les mêmes mécaniques de gameplay que ses prédécesseurs avec des combats cette fois un peu plus approfondis, le tout entremêlé avec des séquences de négociations politiques. Par contre ne vous attendez pas à une traduction française, le pas n’ayant pas été franchi cette fois encore, les réfractaires à la langue de Shakespeare ne pourront donc pas profiter de cette nouvelle intrigue politique sur fond de maladie ravageuse.

Renverser le tyran

L’aventure se déroule dans un monde entièrement recouvert de miasmes où des créatures et des humains ont muté en monstres face à la peste de la surface. Fort heureusement, il existe un endroit où les derniers survivants (des conseillers, un chancelier,…) peuvent vivre : la structure du château volant de Welkin. Cependant malgré les apparences, les humains vivants là-bas sont en quarantaine et y ont même été enfermés par le tyrannique Ivor. Dans ce château se trouve Lucien, un politicien charismatique lui aussi enfermé cherchant à renverser le tyran au pouvoir. Dans sa recherche, Lucien découvre notamment un livre mentionnant l’existence des « Exemplars », des armes qui peuvent se transformer en soldats doués de conscience.

À part Lucien, il y a aussi Rowena, l’ancienne chancelière de Welkin ayant été exécutée pour sa trahison envers Ivor. Cette dernière étant revenue à la vie sous forme de revenante veut tout faire pour sauver son fils des griffes d’Ivor. Ce duo improbable s’associe pour parvenir à leurs fins et réalisera alors des choix qui auront de lourdes conséquences sur l’avenir.

Une base tout à fait intéressante pour le pitch de cet univers sur le déclin. Cette fois on remarque que les choix que l’on prend au fil du jeu, que ce soit par les votes de Lucien au conseil sur le devenir de l’Humanité ou l’éclatement au grand jour de fraudes, influent vraiment sur l’histoire et sa suite. On dénombre pas mal de fins différentes et tout autant de rejouabilité pour peu que l’on accroche au soft et ses mécaniques répétitives à long terme, même si on peut parfois avoir une certaine confusion durant les phases de négociations politiques avec Lucien intervenant en plein combat.

En effet, ces dernières possèdent un chronomètre avec un laps de temps très limité et sans explications. Du coup certaines actions incomplètes ou un surplus comme l’empoisonnement de plusieurs ressources (denrées alimentaires, etc…) peuvent se retourner contre nous par la suite. Des erreurs de choix stratégiques qui ne seront connues hélas que lors d’une « nouvelle partie ».

Ce parti pris de façonner l’histoire « à notre guise » plaira donc à celles et ceux appréciant les choix aux lourdes conséquences et la rejouabilité qui en découle mais beaucoup moins aux personnes se sentant obligées de recommencer cet aspect qu’ils trouveront répétitif à la longue. Cela d’autant plus que la non-traduction dans la langue de Molière peut les obliger à se dépêcher de choisir une « solution » plutôt que de prendre leur temps. Signalons un dernier point, il est possible de prendre le train en route et de pouvoir jouer à Revenants sans connaître les deux précédents volets, une bonne nouvelle pour les nouveaux(elles) venu(e)s dans cet univers de Fallen Legion.

Le retour de combats stratégiques

Si l’on doit faire de Lucien le roi de la négociation pour avancer dans l’aventure, ce membre du Conseil est le seul que l’on incarne dans le château de Welkin même lors des interludes entre les batailles. Outre des discussions, décoctions à réaliser et les choix visant sur le futur en se faisant tel ou tel allié, les habitants de la bâtisse permettent l’accès à des systèmes d’amélioration pour les Exemplars. Rappelons qu’ils sont des armes transformées en soldats doués de conscience.

Concrètement, on retrouve l’axe traditionnel et efficace des RPGs avec la possibilité d’« équiper des accessoires » (l’équivalent des gemmes sur les précédents opus) pour chaque Exemplar afin d’avoir accès à des bonus comme un pourcentage de coups critiques augmentant de 10%, ou encore de changer les skills de Rowena. On peut aussi modifier la composition du groupe c’est-à-dire trois Exemplars participant au combat accompagnés de Rowena, par des spécialistes du corps-à-corps ou à distance par exemple chacun ayant leurs forces et faiblesses face aux adversaires. Enfin il existe également une feature de maîtrise de skills, c’est-à-dire qu’à force d’utilisation, ils permettent l’accès à d’autres défis ainsi qu’à des buffs une fois la maîtrise complète.

Une fois les préparatifs terminés, il est temps de plonger à l’assaut de batailles tactiques dont est composé le titre. Encore une fois pour ce volet, les features à la Valkyrie Profile sont toujours présentes, autant dire que les amateur(trice)s de ce type d’affrontements apprécieront. Pour faire simple, chaque endroit que l’on parcourt par le biais du scénario comporte une succession de combats en temps réel avant l’affrontement contre un boss. Comme à l’accoutumée, chaque personnage de l’équipe est lié à une touche différente et correspondant du Pad, tandis que Rowena, elle aussi reliée à une touche du Pad, peut se servir de sortilèges de manière limité pour soigner ses Exemplars ou se servir de sorts offensifs pour vaincre ses adversaires. Mais pour cela, Rowena a besoin de points (un ou plusieurs orbes magiques) liés à une jauge spécifique pour le faire, à savoir que plus on fait de dégâts, plus on a de points dans cette jauge. À vous d’être stratégique en gardant ce(s) point(s) précieusement en les accumulant ou au contraire en le(s) dépensant(s) rapidement.

De leur côté les Exemplars sont toujours régis par un cercle segmenté en trois parties, chaque action en consomme une avant un renouvellement automatique de recharge façon Cooldown. Ces derniers peuvent aussi « briser » une garde adverse avec un Deathblow lié à la jauge de Rowena et utilisant également un orbe magique. La tactique entre donc déjà en scène avec ces éléments et bien entendu les combos font davantage de dégâts plutôt que de partir « seul » à l’assaut des ennemis. On retrouve également le système de garde déjà présent et qui permet comme son nom l’indique de se protéger contre les assauts. Mieux encore, selon notre timing les dégâts peuvent être soit annulés soit l’attaque renvoyée à son adversaire.

Mais cela ne s’arrête pas là, cette fois ce système d’affrontement possède en plus une sorte de grille au sol définissant plusieurs subtilités supplémentaires que l’on découvre en combattant et dont toutes les facultés ne sont pas nécessairement expliquées par le soft. Par exemple selon la case sur laquelle on se déplace, on peut esquiver des frappes adverses, tandis que les mêmes attaques renvoyées suite à une garde parfaite font par exemple des dégâts à l’ennemi placé en première ligne plutôt qu’à celui derrière.

En outre, il est possible de modifier la disposition de nos Exemplars sur une même case, permettant par exemple de mettre un costaud devant un Exemplar plus affaibli, tandis que les sorts de Rowena peuvent simplement être ajustés sur une ou plusieurs cases. Pour le soin des troupes, il est alors nécessaire de mettre ses Exemplars sur la case de soin associée, tandis qu’un sort offensif peut faire reculer nos opposants vers un piège, ou au contraire les faire avancer. Des choses que peuvent également faire nos ennemis en empoisonnant notre équipe par exemple. Ces combats sont donc relativement stratégiques, surtout face au boss mais malheureusement la répétitivité peut prendre le dessus sur le long terme, la faute à un manque de renouvellement du bestiaire et des décors.

Un aspect visuel à la sauce Vanillaware et un très beau casting pour le doublage

Pour l’aspect visuel de ce soft en 2D side scrolling, les développeurs ont encore une fois utilisé un enrobage à la sauce Vanillaware assez réussi pour un résultat plus sombre que d’habitude type Dark Fantasy. On regrettera simplement quelques petits bugs comme des soucis de personnages qui disparaissent comme ça alors que l’on discute avec eux ou des boîtes de dialogues nécessitant d’appuyer plusieurs fois sur le même bouton pour pouvoir continuer l’aventure, et ce souvent même lorsque la boîte de dialogues est vide.

Concernant l’ambiance sonore, celle-ci colle plutôt bien aux situations rencontrées même si l’on y verra également, comme pour le gameplay, un brin de répétitivité. Enfin les sous-titres sont en anglais tout comme les voix de bonne facture et facilement reconnaissables pour les fans de JRPG/ARPG : Joe Zieja (P5S, Trails of Cold Steel III/IV, Judgment,…), Erika Harlacher (P5/P5S, Trails of Cold Steel III/IV, Danganronpa,…), Sean Chiplock (Fire Emblem Echoes, quadrilogie Trails of Cold Steel, YS VIII,…), Stefan Martello (Wasteland 3, Genshin Impact,…)… On ne cite pas tous les doubleur(euse)s mais comme vous pouvez vous en apercevoir, nous avons un beau casting pour cet épisode.

Testé sur PS4 Pro

NOTE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Comme pour les deux premiers volets, Fallen Legion Revenants possède de bonnes qualités, ici il s’agit d’un scénario intéressant aux multiples choix et fins, des combats toujours aussi stratégiques, un joli visuel ainsi qu’un doublage de très grande qualité. Cependant sous ses bonnes intentions, cet épisode cache encore quelques lacunes notamment des soucis de finitions et une répétitivité qui peut se faire sentir assez rapidement selon votre patience. Néanmoins si vous avez accroché sur les deux précédents opus, nul doute que ce sera encore le cas pour ce volet, et pour celles et ceux qui voudraient franchir le pas, rappelons qu’il n’est pas nécessaire d’avoir joué à Sins of an Empire et Flames of Rebellion pour se lancer.
ON A AIMÉ !
- Un scénario aux multiples embranchements et fins
- Les choix
- Des combats techniques et un peu enrichis
- Un style visuel sympathique
- Le doublage
ON A MOINS AIMÉ...
- Des soucis de finitions
- Certains n’apprécieront pas cette répétitivité, ni ce timer trop court
- Manque un peu d’explications sur certains points
Fallen Legion Revenants : Une troisième aventure dans la même lignée…
Fallen Legion Revenants
Editeur : NIS America
Développeur : YummyYummyTummy
Genre : Action-RPG « Tactique »
Support(s) : PS4, Switch
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 19/02/2021

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...