MaXoE > GAMES > Tests > Xbox One > Far Cry 6 : dépaysement estival garanti !

Far Cry 6 : dépaysement estival garanti !

NOTE DE MaXoE
9
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
C'est bientôt les vacances. Y a-t-il un meilleur endroit que Yara ? Certes, elle est aux mains d'un dictateur et il y a une rebellion en cours. Mais vous prendez plaisir à aller à la rencontre des habitants de l'île, à les aider dans des missions parfois loufoques, parfois surnaturelles ou parfois même bourrin. Bon, accessoirement, vous pourez rejoindre la guerilla et faire joujou avec des armes qui vous couperont toute envie d'utiliser la discrétion pour arriver à vos fins. Mais vous en garderez en très bon souvenir. Vos meilleures vacances, je vous dis !

Far Cry 6 nous emmène sur l’île de Yara, largement inspirée de Cuba et des pays Sud Américains. C’est une superbe île paradisiaque où vous rencontrerez une jungle luxuriante, de superbes plages, des falaises immenses, des villages colorés et de belles grottes à explorer. Un endroit où passer des vacances de rêve si vous n’avez pas peur de la faune un peu agressive (même sous l’eau). Mais derrière cette image de carte postale, se cache la vérité que vous rencontrerez tout de suite. Le pays est gouverné par un dictateur, Anton Castillo, qui transforme son peuple en esclaves et répand des produits toxiques sur les cultures pour ensuite vendre un super remède au cancer.

Vous, vous incarnez Dani Rojas qui veut juste s’échapper. Prendre un bateau et vivre le rêve américain. Mais tout ne se passe pas comme prévu et vous vous retrouvez à participer à la révolution, plus ou moins volontairement. Vous vous doutez bien que votre personnage va se lancer à fond dans la guérilla.

En plus d’être un membre actif de la révolution, vous pouvez aussi lancer de petites missions auxquelles vous ne participerez pas. Vous serez juste le décisionnaire. Plus vous délivrerez du monde, plus vous aurez des guérilleros et des chefs de mission. Vous pourrez même en lancer plusieurs à la fois. Les choix à faire lors de ces missions sont faciles puisque vous avez un pourcentage de réussite affiché, le nombre de pertes humaines possible, les gains… Ce sont des choses faciles à faire et qui peuvent rapporter. Mais pour ça, il vous faut avoir libéré un peu de monde et donc explorer les maps et aider la populace. Ces missions se lancent et mettent un certain temps avant que vous ayez à prendre une décision. Vous avez largement le temps de vous lancer dans autre chose. Comme un combat de coq. Ces mini-jeux où vous choisirez votre coq et en prendrez les commandes.

 Du classique et du fun, beaucoup de fun même

L’île est partagée en plusieurs grosses zones avec des boss pour chacune d’elles et diverses missions. Rien d’original de ce côté-là. J’avais un peu peur que les missions soient répétitives, ce qui est clairement le cas pour les missions classiques. Mais vous trouverez d’autres missions plus funs parmi celles intitulées « l’histoire de Yara ». Comme le tank que vous devrez voler pour une artiste qui va le décorer à sa manière et qui vous enverra démolir les affiches du dictateur pour le fun. Ou une mission où vous rencontrerez Danny Trejo et ses tacos. Ou une où vous irez récupérer les ergots d’un coq de combat et tomberez sur des coqs aux hormones et super agressifs. Ou une autre où vous vous retrouverez dans un bunker russe à poursuivre la créature de Stranger Things, guidé par une télépathe. Ou encore une à explorer un manoir hanté. Une autre où un fan de Rambo vous enverra tuer d’autres fans avec l’arc de Rambo et il vous faudra sortir des citations pendant le massacre… Ces missions annexes n’hésitent pas à aller dans le délirant ou le surnaturel. Donc il n’y a pas moyen de s’ennuyer dans FC6. A savoir que si vous vous promenez sans arme au poing, vous ne vous ferez pas (forcément) remarquer par les soldats. Donc prenez votre temps pour explorer. Et accessoirement observer avant d’attaquer.

L’histoire est captivante bien que les grandes lignes soient prévisibles. Les personnages que vous rencontrerez sont attachants. Sauf Anton, notre dictateur. Très charismatique mais haïssable, mais aussi le personnage le mieux fait du jeu. Leur histoire est bien développée, notamment pour la famille Montero et n’hésite pas à montrer des scènes de tortures ou des cadavres mutilés. Aussi bien du côté des « méchants » qui comporte son lot de cinglés mais aussi du côté de la guérilla qui est prête à tout pour avoir des informations. Mais par contre, pour ce qui est du viol utilisé sur les prisonniers, on n’a droit qu’à un mot sur un papier laissé par un prisonnier. Certaines violences sont plus faciles à montrer que d’autres…

Quelques défauts

Le jeu comporte quelques défauts. Il n’est pas très difficile en mode normal et ça vient d’une joueuse pas très acharnée… L’exploration des grottes est trop facile, trop linéaire. Les chemins utilisés par la rébellion sont marqués de bleu. Donc pas possible de se perdre. Les zones que vous devez escalader sont aussi marquées de bleu. On n’a pas de lampe de poche à utiliser quand on veut. Parfois, elle apparait automatiquement. Et parfois on en aurait bien besoin mais il faut faire sans. L’exploration des grottes peut donc s’avérer un peu ardue si vous jouez dans une pièce lumineuse.

Au niveau des graphismes, les paysages sont beaux et variés. Mais quand on y regarde de plus près, on a vu mieux pour les consoles de nouvelle génération. Les personnages sont beaux, très bien faits mais côté expressions du visage, ce n’est pas encore ça. Heureusement que l’excellent doublage compense ce défaut. Et on parle de l’IA ? Cette dernière n’est pas au top tout le temps. Et certains PNJ sont clonés un peu partout dans la map.

Ah oui, et si vous commencez l’aventure de la créature dans le bunker mais que vous en sortez avant d’avoir fini la mission, la télépathe va vous harceler mais pas « volontairement ». C’est juste que le début de la mission va se répéter encore et encore. Et c’est très agaçant.

Des armes dans le ton du jeu

Les armes sont au top et très fun. Oh bien sûr, vous pouvez faire le jeu en discrétion. Mais vu le choix des armes, c’est quand même très dommage. Avec le lance-harpon, le lance-flamme, le lance-cd qui joue de la musique, les classiques fusils/pistolets/arcs… Le choix est vaste. Et c’est sans compter les suprémos. Le premier que vous avez lance 3 roquettes, de quoi régler le problème des tanks et des hélicos. Pour en avoir d’autres, il vous faut de l’uranium, que vous trouverez sur les sites de défense anti-aérienne. Sauf le suprémo des esprits que vous trouverez avec la panthère et un fusil. Et celui-là est un jouet très « plaisant ». Quand vous l’enclenchez, un brouillard apparait et le fusil qui va avec vous permet de tirer à travers n’importe quoi, même un tank. Particulièrement utile je trouve ! Mais le lance-harpon est l’arme ultime pour moi, un coup permet de tuer n’importe qui. Il est silencieux mais vous n’avez qu’une munition et il faut la récupérer à chaque fois.

Pour les armes à feu, vous pouvez choisir le type de munition. A savoir que chaque soldat doit être tué avec un type de balles spécifique (explosives, perforantes…) donc il va falloir bien choisir le type de balles de chaque arme dans votre roue des armes. Et bien sûr, vous avez aussi le choix en vêtements avec de nombreuses panoplies aux propriétés multiples. Mais pas moyen d’améliorer les vêtements, les modifications ne se font que sur les armes.

Les amigos

Et pour rester dans le fun, parlons un peu des amigos. Vous avez droit à un compagnon animalier. Vous commencez avec un croco ce qui est un début surprenant. Parce que le croco est un très bon attaquant. Le deuxième amigo, Chorizo, est un petit chien avec des roulettes en guise de pates arrières. Pas très utile en combat, mais il est très bon pour trouver des ressources ou pour détourner l’attention des soldats. Personne ne résiste à un petit chien tout mignon. Je me serai plus attendue à avoir cet amigo en premier mais c’est sympa d’avoir un attaquant d’office. Au fil de l’histoire, vous aurez 2 autres amigos et un dernier que vous trouverez en suivant une Histoire de Yara et en explorant quelques grottes. Cet amigo est mon préféré : une superbe panthère un peu surnaturelle. Les personnes qu’elle tue disparaissent dans un nuage de fumée. Elle ne laisse donc aucun cadavre derrière elle. Et une fois que vous aurez débloqué son deuxième pouvoir, elle inspirera la peur et fera fuir vos adversaires. Je l’adore, elle est très fun et elle aime les câlins.

En restant dans le domaine des animaux, vous avez pour vous déplacer des véhicules mais aussi des chevaux. Et il y a deux skins de chevaux très intéressants. Un que vous obtenez avec les points des défis : le poney laineux préhistorique. Et un autre qu’il vous faudra acheter : l’étalon infernal. Et j’avoue, j’ai craqué sur ce dernier et je fais de mon mieux pour obtenir mon poney laineux préhistorique. Mais mon étalon infernal rend très bien avec ma panthère !

Testé sur Xbox Series X

NOTE MaXoE
9
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Le jeu est loin d'être parfait mais Far Cry 6 vous fera passer un très bon moment. Ce jeu est bien immersif. On s'attache aux personnages, l'histoire est prenante et il y a de quoi faire en exploration libre. Et vous pouvez même faire de la coop ! Alors n'hésitez pas.
ON A AIMÉ !
- Très fun
- Les amigos
- Des missions déjantées, fun, surnaturelles...
ON A MOINS AIMÉ...
- Pas de lampes de poche
- Pas d'expressions faciales
- Une IA parfois à la ramasse
Far Cry 6 : dépaysement estival garanti !
Far Cry 6
Editeur : Ubisoft
Développeur : Ubisoft Toronto
Genre : FPS
Support(s) : PS4, PS5, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1, multi
Sortie France : 07/2021

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...