MaXoE > GAMES > Tests > PC > Immortals Fenyx Rising : des débuts prometteurs pour une nouvelle licence

Immortals Fenyx Rising : des débuts prometteurs pour une nouvelle licence

NOTE DE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Ubisoft l'a annoncé depuis le début. Ils voulaient leur propre Zelda-like. C'est dit, c'est assumé. Les premières vidéos du jeu ont bien confirmé cela avec un monde qui faisait penser au dernier opus produit par Nintendo. Et puis après tout pourquoi pas, tout le monde a le droit d'exploiter ce genre fait de monde ouvert et de donjons à énigmes. Et d'ailleurs beaucoup l'ont déjà fait. Alors est-ce qu'Ubisoft a réussi son pari ?

Une histoire de dieux

Vous incarnez Fenyx. Au début du jeu, on vous demande de choisir son genre : homme ou femme. Après une petite phase de personnalisation du personnage, vous pouvez commencer l’aventure. Cette première phase donne le ton : elle est simple et accessible. C’est ce qui fera le fil conducteur du jeu. Vous voilà donc en terre des dieux, échoué sur une plage avec un premier drame : votre frère, Lygiron, a été figé dans la pierre. Vous allez constater qu’il n’est pas le seul dans cette situation, un certain nombre d’habitants ont aussi été pétrifiés. Derrière tout cela, un démon incroyablement puissant appelé Typhon. Il va donc falloir le battre pour rendre la liberté à tous ces êtres. Mais vous n’y arriverez pas seul, il faut vous allier aux dieux mais d’abord, il faut les sauver eux aussi. 

Zelda-like

Les premiers pas dans cet univers ne nous trompent pas, nous sommes bien un Zelda-like et mieux encore, le titre ressemble très fortement à Breath Of The Wild, graphiquement mais aussi sur le principe. Ainsi vous voilà dans un monde ouvert dont les zones seront déverrouillées petit à petit en fonction de la progression de vos aptitudes. Ce monde propose des phases d’escalade avec une jauge de fatigue, des combats inopinés contre des créatures qui trainent ici et là et des donjons magiques qui vous proposent des puzzles en tout genre. 

Mais parlons un peu de votre personnage. Il possède une jauge d’énergie et une jauge d’action (qui gère la fatigue en gros). Vous pouvez courir, vous accroupir pour une approche discrète, frapper fort ou moins fort et esquiver voire parer. Là on retrouve une forme de gameplay à la Assassin’s Creed sur les combats. Ceux-ci peuvent se révéler compliqués, notamment contre les Boss qui sont loin d’être faciles à battre. 

Vous disposez aussi d’un arc pour les attaques distantes et de pouvoirs spéciaux permettant de soulever des objets lourds, de déclencher une attaque dévastatrice, d’invoquer un oiseau de feu qui se jette sur votre adversaire, j’en passe et des meilleurs. Enfin, des ailes vous sont octroyées, vous permettant ainsi d’atteindre des zones élevées ou de planer sur de longues distances. Très sympa ça. 

Quêtes et donjons

La carte du monde vous propose un certain nombre de choses à faire, quêtes principales ou annexes. Ces dernières consistent essentiellement à dégotter des coffres souvent gardés par des ennemis qui ne font pas rire. Pour détecter toutes les bonnes choses, vous avez un vision particulière : vous jetez un regard à l’horizon et les vibrations de la manette vous indiquent les points pertinents dans ce monde ouvert. D’ailleurs, il y a aussi une autre parenté avec Assassin’s Creed car votre personnage devra monter sur une grande statue pour faire en sorte que la carte se dévoile un peu plus, c’est la phase de synchronisation de la licence phare d’Ubisoft. Ce monde est très plaisant à parcourir, chaque zone vous réserve des surprises. 

Les donjons surfent sur des mécaniques connues dans le monde du jeu vidéo : déclenchez ici un interrupteur pour dégager une sphère qu’il faudra placer sur une dalle permettant d’ouvrir une porte. Vous avez saisi l’esprit ? En tout cas, bien que classiques, ils sont très plaisants à faire. 

Un peu de RPG ? 

Les aspects RPG ne sont qu’effleurés mais je pense que c’est le choix de l’éditeur : ne pas perdre les débutants et les jeunes joueurs et donner une petite dimension stratégique. Sur les aspects améliorations et customisation, on ne peut s’empêcher de penser au dernier Assassin’s Creed mais, encore une fois, en version simplifiée. Ainsi, vous pouvez équiper telle ou telle arme qui va avoir une influence sur un point précis, même chose avec votre armure. Ces équipements peuvent être améliorés avec les bons ingrédients ramassés sur le terrain. Enfin, ce n’est pas l’équipement que l’on améliore mais votre capacité à manier ce type d’équipement ce qui rend les choses plus simples. Au-delà des aspects d’amélioration du personnage, le jeu essaie de charmer les joueurs avec un côté skin à la Fortnite puisqu’il y a une boutique en ligne pour acheter du cosmétique. 

Il y a aussi un arbre de compétences, très simple lui aussi. Enfin je devrais dire des arbres de compétences puisqu’il s’agit ici d’améliorer telle ou telle attaque, tel ou tel pouvoir, … Vous pourrez concocter des potions à partir des fruits récoltés ici ou là. 

Mais alors qu’est-ce qu’apporte le jeu ? 

A la vue de ces lignes, on pourrait se dire que le jeu est une sorte de Zelda-like bien fait mais qui n’apporte pas grand chose de neuf. C’est un peu vrai mais il y a quelque chose qui fait qu’on ne lâche pas la manette. Ainsi le monde est enchanteur et le bestiaire est particulièrement réussi. Les ennemis, fantassins de base ou Boss, peuvent se révéler très coriaces et donc proposer un challenge des plus appréciables. Il a aussi l’humour : en voix off, Zeus et Prométhée nous offrent des échanges souvent drôles (et parfois un peu lourdingues) mais bon le ton est léger, c’est bien. Votre personnage ne manque pas d’humour non plus, il suffit de le voir ouvrir les coffres pour s’en persuader. 

Le scénario n’est pas franchement creusé mais les personnages sont hauts en couleur, chaque dieu apporte sa propre couleur. Enfin, ce qui lui donne sa propre patte, c’est cette approche simplifiée qui ouvre le genre du monde ouvert au plus grand nombre. Pour autant le jeu ne sacrifie pas sa difficulté, il faudra un peu de pugnacité pour arriver au bout de l’aventure. C’est en quelque sorte une bonne porte d’entrée pour ce type de jeu avec ses mécaniques simples à comprendre et ses puzzles intelligemment construits. 

Pour finir, la patte graphique est plaisante et les détails environnants donnent du charme à l’ensemble. J’ai particulièrement apprécié les effets de particules. On a toujours une impression de vie et de mouvement. 

Testé sur PS5

NOTE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Oui j'ai pris du plaisir, c'est indéniable. Le jeu est beau, l'univers à explorer est intéressant et l'aspect mythologique est tout à fait savoureux. Les énigmes sont plutôt bien pensées et les monstres et autres boss peuvent se révéler très dangereux. L'humour est omniprésent, cela rend les choses plus légères, c'est pas mal. Comme tout zelda-like, c'est un jeu plutôt facile d'accès mais qui ne manque pas de challenge au fur et à mesure de votre avancée dans l'aventure.
ON A AIMÉ !
- L'ambiance mythologique
- Accessible mais exigeant
- Beau
- Un monde vaste à explorer et des énigmes intéressantes
- L'humour qui pourrait ...
ON A MOINS AIMÉ...
- ... Ne pas plaire à tout le monde
- C'est vrai que ça ressemble à Zelda mais après tout ce n'est pas un défaut
- Quelques énigmes un peu convenues
Immortals Fenyx Rising : des débuts prometteurs pour une nouvelle licence
Immortals Fenyx Rising
Editeur : Ubisoft
Développeur : Ubisoft Montreal
Genre : Action, aventure
Support(s) : PC, PS4, PS5, Switch, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 03/12/2020

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...