MaXoE > GAMES > Tests > PC > The Elder Scrolls Online Tamriel Unlimited : de mieux en mieux

The Elder Scrolls Online Tamriel Unlimited : de mieux en mieux
Le monde de The Elder Scrolls partagé !

NOTE DE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Après sa sortie sur PC et Mac l'an dernier, voilà que le titre débarque sur PS4 et Xbox One. Cette génération est capable de supporter de tels environnements ouverts. L'occasion peut-être de revenir sur quelques défauts de la version PC qui souffrait notamment de quelques bugs à sa sortie. En avant pour le monde de Tamriel...
TESO-haut

 

the-elder-scrolls-online-tamriel-jaq-xboxoneNous vous avons déjà proposé un test du jeu sur PC mais nous allons tout de même vous proposer  de revenir sur les fondements du jeu. 

 

Rien ne va plus en Tamriel

Vous débarquez donc sur le continent Tamriel. La guerre civile ravage le territoire. trois alliances visent le trône de rubis de Cyrodiil, la cité impériale. Les trois camps :  l’alliance de Daguefilante, le Pacte de Coeurébène et le Domaine Aldmeri. Chacune de ces alliances propose trois races entre elfes de tous acabits, orques, Argoniens, et d’autres encore.  

Tout commence donc pas le choix de l’alliance et la traditionnelle phase de conception de personnage. Bien foutue d’ailleurs. Et puis c’est parti pour les premières minutes de jeu et la baston. On retrouve le gameplay habituel avec tout ce qu’il faut de pouvoir magiques et de coups spéciaux. Puisque l’on teste la version console, parlons un peu de la maniabilité et de l’interface. 

TESO-3

Alors oui, on n’aura jamais l’aisance du clavier et de la souris mais tout a été fait pour vous faciliter le travail. On peut assigner tous les coups spéciaux aux différents boutons de la manette ce qui permet une belle fluidité dans les enchaînements. L’interface est très bien pensée pour les manettes, on accède très facilement, en peu d’appuis, à toutes les fonctionnalités offertes. C’est donc réussi ! 

Notre Press Start :

 

PvP, PvE, Quêtes…

On vous en a déjà parlé dans notre test. Le début du jeu vous propose uniquement du PvE (contre l’ordi pour les néophytes) : vous accomplissez quelques menues quêtes, vous parcourez quelques donjons. On retrouve l’esprit de The Elder Scrolls mais, pour tout vous dire, les quêtes manquent un peu d’intérêt, tout du moins au début. Heureusement les aspects MMO viennent à la rescousse. Les autres joueurs peuvent apparaître dans votre instance et participer à vos combats. Pour les plus solitaires d’entre nous, qu’ils se rassurent, vous pouvez faire toutes les quêtes en solo. 

Heureusement rapidement les missions se font plus complexes, nécessitant une vraie préparation, une véritable approche tactique et, surtout, l’aide des autres. Je pense notamment aux donjons de groupe. Si l’on parle des autres, il faut citer aussi les guildes, composante classique des MMO. Elles sont indispensables dans les aspects sociaux vous permettant d’avoir des liens privilégiés avec les autres, de commercer directement avec eux. 

Une fois arrivé au niveau 10, vous avez accès au PvP (joueur contre joueur). Pour cela, rendez-vous à Cyrodiil. Là vous attendent des missions en solo contre les autres ou des alliances pour des combats de masse. 

Vous pouvez le constater, le titre Bethesda propose la base nécessaire à un MMO/RPG. On pourrait lui reprocher d’ailleurs un certain classicisme mais il colle parfaitement à sa tradition, celle de tous les Elder Scrolls, celle-ci qui a inspiré bien d’autres jeux. Leur talent est dans les détails comme vous pouvez le voir dans la suite de ce test. 

Un peu de gameplay maison : 

 

Et le reste

Tamriel est gigantesque et il a su s’agrandir depuis sa sortie initiale. Deux zones ont ainsi été ajoutées avec Raidelorn et l’arène de l’Étoile du dragon. Elles apportent leur lot de nouveaux modes et de quêtes réservées aux plus aguerris d’entre nous. 

Le titre est un modèle dans le genre de la customisation de votre personnage. Les points de compétence permettent de faire monter le niveau de magie, donc la quantité de sorts que vous pouvez jeter, celui de santé, classiquement, et celui de la vigueur. Cette dernière concerne la force de vos armes, votre capacité à sprinter ou à être furtif. Vous avez aussi d’autres points de compétences à dépenser dans des capacités de classes, d’armes, d’armure, … Tout est assignable à une barre de compétences pour déclencher vos capacités le plus rapidement possible. Ces attaques ont un coût variable, en magie ou en vigueur et l’interface vous donne exactement les dégâts qu’ils vont infliger à l’ennemi, la durée d’incantation et la portée du coup. Tout cela est plutôt clair et bien fait.

TESO-2

Les dialogues sont nombreux et on ne peut que saluer l’adresse des développeurs quand il s’agit de construire un monde complexe, bourré d’alliances, de complots, de races, … Dans ce monde, on a toujours des surprises et puis cette impression de monde sans limites …

Il y a aussi l’artisanat vous permettant de tout créer, de tout réparer ! Encore une fois Bethesda nous montre tout son talent. C’est fin, c’est bien fait. 

Concernant le modèle économique, le titre est passé en buy-to-play. Vous achetez la galette et vous jouez, un jeu normal quoi ! Il y a tout de même un accès Premium ESO Plus mais qui n’est en rien indispensable pour prendre plaisir au jeu. 

Finissons sur les graphismes. Le titre propose une belle partition. Certes on peut espérer plus sur ce genre de console mais c’est déjà bien pour du MMO. Vous n’aurez pas mal aux yeux ! 

TESO-1

Au final, les plus exigeants des rôlistes pourraient râler un peu. Certaines quêtes, même massives, manquent un peu de relief et le titre a du mal à se démarquer franchement de la concurrence. Mais pour les autres, c’est un très bon MMO/RPG qui vous promet des heures et des heures de jeu dans un monde consistant. Et puis Bethesda a promis de l’étendre encore et encore …

Testé sur une version Xbox One

NOTE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Le jeu s'est bonifié. Dans notre test de la version PC, nous lui reprochions un manque de maturité et quelques bugs. Le titre a su s'améliorer avec le temps avec de nouvelles zones notamment. Nous avions aussi soulevé la question du modèle économique. L'abonnement n'est plus nécessaire. Certes, la concurrence est rude sur ce créneau et il faudra encore que TESO se démarque mais il est en bonne voie avec cette volonté constante d'améliorer le jeu. Du coup, on a du Elder Scrolls à vivre en communauté, sans abonnement et sans problèmes notoires. Que demander de plus ?
ON A AIMÉ !
- L'univers de The Elder Scrolls
- Les bugs ont été corrigés
- Pas de problème de serveurs non plus
- Complet sur l'artisanat
- Un seul serveur
- La customisation de votre personnage
ON A MOINS AIMÉ...
- Des quêtes en manque de relief parfois
- Il faut continuer à améliorer le jeu pour se démarquer totalement de la concurrence.
The Elder Scrolls Online
Editeur : Bethesda
Développeur : Zenimax Online Studios
Genre : MMO/RPG
Support(s) : PC, PS4, Xbox One

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...