MaXoE > GAMES > Tests > PC > The Entropy Centre : Enigm-atique

The Entropy Centre : Enigm-atique
Et je rembobine...

NOTE DE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Vous le savez si vous nous lisez, sur MaXoE on adore la scène indépendante. Cette dernière nous montre, d’année en année, qu’elle n’est pas là juste pour faire de la figuration, mais bien pour nous délivrer de très belles pépites. Certaines de ces « petites productions » arrivent à surpasser, voire dépasser des titres AAA à très gros budget. Aujourd’hui, on s’intéresse une nouvelle fois à cette branche indépendante avec The Entropy Centre, un jeu de Puzzle/Énigmes en vue FPS rappelant grandement Portal. Alors, peut-il se faire une place parmi les The Witness, The Talos Principle et consorts ? C’est ce que nous allons voir !

Au vu de la très grande qualité de l’expérience -hormis de légères lacunes-, on pourrait croire que The Entropy Centre (TEC) a été développé par un studio d’au moins dix à vingt personnes… Mais ce n’est pas le cas ! Effectivement, le titre a été conçu et réalisé par une unique personne basée à Brighton, en Angleterre : Daniel Stubbington, fondateur du studio Stubby Games.

Pour l’anecdote, comme l’auteur l’indique lui-même, au départ il y a deux ans de cela (2020 donc), le soft (TEC) était juste une simple idée qu’il eut en tête alors qu’il essayait de tomber dans les bras de morphée. Grand bien lui en a pris, car comme nous le disions en préambule, il est facilement possible d’y trouver des inspirations à la Portal mais aussi une sorte de successeur ! Mais avant de parler des puzzles et des mécaniques du titre, intéressons-nous à son histoire.

Doublages, répliques, narration, de sérieux atouts

L’histoire commence par une scène apocalyptique : la destruction de la planète Terre. Aria, la protagoniste, se réveille dans un lieu qu’elle peine à reconnaître, le connaît-elle même d’ailleurs : un centre en ruines ou du moins un laboratoire : The Entropy Centre.

Même si ce centre est apparemment vide de ses occupants, la jeune femme progresse en accomplissant petit à petit la mission journalière de ce laboratoire : récolter de l’énergie « entropie ». Pour cela, elle est aidée par une intelligence artificielle : Astra. Cette IA ayant été transférée dans un fusil très spécial : il est capable de « remonter », ou plutôt « rembobiner » le temps.

Nous préférons nous arrêter ici pour ne pas divulguer des éléments importants par mégarde sur cette narration. Celle-ci est d’ailleurs très agréable à suivre grâce à des dialogues de qualité et les discussions entre Aria et Astra, l’intelligence artificielle ayant une certaine notion d’humour bienvenu. Mais aussi par un certain travail sur l’univers, de multiples documents à découvrir étant écrits sur ordinateur, avec une interface à l’ancienne et tout et tout. On vous rassure, les sous-titres/textes sont écrits dans notre belle langue de Molière, tandis que les doublages en anglais, sont bien dans le ton.

Des énigmes ingénieuses et une mécanique de rembobinage

Pour son gameplay, le titre de Stubby Games est ce que l’on appelle un Puzzle-Game avec une vue FPS. Si vous avez déjà résolu des énigmes et effectué une certaine réflexion sur des softs comme The Witness ou même Portal, vous avez une bonne et belle base de ce qui vous attend au cours de The Entropy Centre. En d’autres termes, des énigmes/puzzles à base de leviers, d’interrupteurs ou encore d’objets devant être déplacés/manipulés.

Avec ces éléments de base, le titre s’articule autour d’une mécanique bien précise, et franchement bien implémentée : l’utilisation d’un fusil pouvant rembobiner le temps. Mais attention, cette pratique s’effectue de manière limitée, du moins en nombre de secondes, de quoi faire la part belle à nos méninges !

Le soft emprunte donc sa mécanique temporelle à d’autres œuvres vidéoludiques, on pense notamment à Prince of Persia Les Sables du Temps, ou encore à l’action « Rewind » (rembobinage) de softs comme Blinx entre autres. Cependant, si ces effets de rembobinage s’effectuaient à la fois sur les décors et les personnages sur les deux titres précités, The Entropy Centre lui, se concentre juste sur les objets/décors.

Pour exemple, certains escaliers détruits peuvent être reconstitués en revenant en arrière dans le temps. Un système simple à comprendre et à mettre en place, mais attention car dans certains cas, relâcher l’énergie du système trop tôt équivaut à une grosse dose de dégâts. Cet exemple est pour les cas typiques de base, car les différents puzzles rencontrés demandent d’instaurer une certaine réflexion et inspection de la salle -en cours- pour une meilleure résolution.

penser à l’envers

Prenons un nouvel exemple concret n’étant pas trop difficile à saisir. Dans une salle, il y a une caisse/cube pouvant être déplacée à l’envie, une porte fermée, une plateforme « ascenseur » et deux interrupteurs, l’un ouvre la porte, le second permet le déplacement de la plateforme « mouvante/ascenseur ». La logique de résolution nous emmène directement vers un déplacement de la plateforme « ascenseur » puis l’ouverture de la porte permettant de progresser…

Sauf que dans le contexte du titre, il faut effectuer l’inverse de notre réflexion actuelle, et logique pour pouvoir passer justement. On s’explique, outre le fait que le fusil d’entropie servant à rembobiner le temps soit limité par dizaine de secondes, il faut penser à cette fonction « spéciale » à chaque instant.

Pour réutiliser notre exemple, via la logique : si l’on déplace la caisse/cube sur l’interrupteur lié à l’ascenseur puis celui de la porte, en rembobinant la porte se referme, tout simplement, car ladite caisse/cube se redéplace sur l’interrupteur lié à l’ascenseur.

Il faut donc, comme nous le disions, penser à l’envers en effectuant les résolutions, c’est-à-dire d’abord ouvrir la porte puis la fonction de « l’ascenseur ». De cette manière, via la logique inversée, lorsque vous aurez emprunté la « plateforme mouvante/ascenseur », en rembobinant, le cube retourne sur l’interrupteur de la porte, et là, comme par magie, la porte s’ouvre !

Toutes ces perceptions et réflexions sont mises à l’épreuve au cours de l’aventure, et plus on a avancé, plus on a apprécié l’intégration de nouvelles mécaniques. Sans tous les citer pour vous laisser des surprises, vous aurez affaire à des tapis roulants, des cubes aux spécificités diverses, à des éléments du décor,…

Avec ces ajouts bien amenés, la difficulté grimpe crescendo, de quoi apprécier se torturer l’esprit. En outre, le développeur de Stubby Games a introduit des séquences de « batailles/fuites » pour varier davantage l’ensemble. On aime ou pas donc, mais l’intention reste louable. Au final, il n’y a pas vraiment grand-chose à reprocher à The Entropy Centre, peut-être quelques soucis de collision, ou encore la possibilité de résoudre quelques énigmes sans utiliser toute la réflexion normalement nécessaire.

Post-Apocalyptique

Réalisé à l’aide du moteur Unreal Engine 4, The Entropy Centre met en avant un univers bien conçu. Le mélange entre centre/laboratoire à l’abandon et la végétation recouvrant la plupart des lieux fait fortement écho à d’autres productions utilisant également l’ambiance post-apocalyptique. Les teintes, les couleurs et l’apparat plus réaliste fonctionnant bien ensemble.

Musicalement parlant, les bruitages sont bien choisis et les thèmes sonores assez discrets. Enfin, reprécisons que les textes sont affichés en français.

Testé sur Xbox Series X

NOTE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

The Entropy Centre possède de réels arguments pour figurer parmi les meilleurs jeux de Puzzle/Réflexion. Ses énigmes sont variées et diverses, on prend le temps de réfléchir, de rembobiner, d’essayer des combinaisons improbables et l’instauration de nouvelles mécaniques apporte une véritable bonne difficulté, allant crescendo. Bon, on peut chipoter sur quelques détails de conception/résolution, comme le fait de pouvoir parfois contourner certaines résolutions/énigmes normalement étudiées. Mais en dehors de cela, nous avons été très agréablement surpris par la narration, non seulement par les documents enrichissant l’univers mais aussi par le duo que forme Aria et Astra, leurs dialogues/discussions, très bien écrits, étant aussi un atout indéniable.
ON A AIMÉ !
- Le scénario
- Les touches d’humour
- Une bonne ambiance
- Difficulté progressive
- Énigmes/mécaniques vraiment bien conçues
- Narration écrite en français
ON A MOINS AIMÉ...
- Quelques soucis de collisions
- Certains contournements possibles pour la résolution d’énigmes
The Entropy Centre : Enigm-atique
The Entropy Centre
Editeur : Playstack
Développeur : Stubby Games
Genre : Puzzle/Réflexion, Enigmes, en vue FPS
Support(s) : PC, PS4, PS5, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 03/11/2022

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...