MaXoE > GAMES > Tests > PC > Sonic Frontiers : Sonic passe à la vitesse supérieure !

Sonic Frontiers : Sonic passe à la vitesse supérieure !
Plus rapide et plus fort ?

NOTE DE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Avant son annonce, Sonic Frontiers avait fait l’objet de nombreuses rumeurs et leaks sur la toile. Parmi ces données (mélange entre Aventure et niveaux), on pouvait y voir un écho aux opus « Adventure », les fans espérant d’ailleurs un retour de cette branche spécifique débutée sur Dreamcast en 1998. Game Awards 2021, officialisation de Sonic Frontiers par un trailer, suivi un peu plus tard de nouvelles vidéos, forcément, avec ce flot d’informations, la communauté était une nouvelle fois divisée, comme ce fut le cas sur d’autres titres de la licence. Il aura fallu attendre le 8 novembre de cette année pour découvrir ce renouveau Sonic comprenant de « simili » Open World (Open Zone ou grandes zones ouvertes) aux multiples interactions. Après avoir parcouru les cinq îles de Starfall Island de fond en comble en compagnie de Sonic, nous pouvons vous dire que malgré les lacunes habituelles rencontrées comme sur d’autres volets mettant en vedette le hérisson, nous nous sommes vraiment amusés. Alors petit ou grand plaisir coupable ? Opus de qualité ? Nouvelle formule solide en devenir ? On vous explique tout cela juste en dessous !

Sans parler de rétrospective sur la licence Sonic, léger petit retour en arrière. Le hérisson, qui deviendra la mascotte de Sega, a commencé son aventure en 1991 avec Sonic the Hedgehog sur Megadrive. Longtemps considéré comme un rival de Mario, le plombier moustachu et le hérisson ont ensuite collaboré de concert en participant aux jeux olympiques via les opus Mario et Sonic aux Jeux Olympiques.

D’un point de vue purement « solo », Sonic a expérimenté de nombreux genres de jeux : les plateformers 2D réputés, du Pinball, du JRPG, de la baston, d’excellents jeux de courses (All-Stars Racing Transformed ou encore Team Sonic Racing ayant bien évolué depuis sa sortie), un hommage de fans (Sonic Mania), de multiples opus alliant 2,5D et 3D à l’instar de Sonic Colors Ultimate, Sonic Forces, Sonic Generations, les exclusivités,… Sans oublier la branche très appréciée des deux softs « Adventure ».

Comme indiqué en préambule, Sonic Frontiers est un soft utilisant un système « Open Zone ». D’ailleurs, Takashi Iizuka, producteur du soft l’a dit : “Tout comme Sonic Adventure, notre objectif pour Sonic Frontiers était de créer un jeu qui serait la pierre angulaire des futurs jeux Sonic. C’est une toute nouvelle approche pour la franchise…”. Petit aparté spécial pour intégrer de nouveaux éléments à ce test, cet opus Sonic Frontiers accueillera de prochaines mises à jour entièrement gratuites dès 2023. Sans tous les mentionner, on peut parler d’ajout scénaristique, de personnages supplémentaires, de contenus anniversaires et de surprises, entre autres. Pour l’heure, fermons la parenthèse et cet aparté pour se consacrer à l’histoire !

Et c’est parti pour l’aventure !

Sur Starfall Island, Eggman (ou le Dr. Robotnik) cherche à percer le mystère des « Anciens ». Il s’y attèle grâce à sa dernière conception IA robotique, et tente de s’approprier ces technologies. De ce fait, non seulement les robots de l’île se réveillent, mais en plus Eggman se retrouve coincé dans le « cyberespace ».

Pendant ce temps, Tails, Amy et Sonic se rendent justement sur Starfall Island, les émeralds (émeraudes) du Chaos s’y trouvant curieusement. Malheureusement, eux aussi se font happer par le cyberespace, et seul Sonic en réchappe grâce à son extraordinaire vitesse. Sonic va donc essayer de les sauver, mais pour cela, il devra vaincre des Titans. C’est parti pour l’aventure !

L’histoire du soft, bien que classique, se laisse tout de même suivre agréablement. Outre les éternelles thématiques et personnalités des héro(ïne)s bien respectées (rivalité avec Knuckles, Amy au grand cœur,…), amitié, gentillesse,… l’équipe de développement n’a pas oublié le passé de Sonic et compagnie, et c’est un point vraiment positif.

On découvre alors de très très nombreuses références aux anciens épisodes aussi bien sonores que visuels (personnages, souvenirs, flashbacks, niveaux 2,5D/3D : Green Hill,…), mais aussi l’introduction des « Kocos », une espèce davantage mise en lumière compte tenu de l’aventure. Nous n’irons pas plus loin, sachez juste qu’en plus de son côté enfantin, on trouve un aspect un peu plus dramatique.

Open Zone, ça donne quoi cette structure ? Schéma et fun

Nous vous le disions précédemment au cours de cette critique, Sonic Frontiers adopte une nouvelle approche plus ouverte que ses prédécesseurs. Comprenez par là que l’on a des structures façon HUB ainsi que des niveaux/stages disséminés à l’intérieur, un peu comme on pouvait le voir dans les Adventure et l’opus 2006, mais de manière beaucoup plus évoluée.

Attention, lorsque l’on emploie le terme « évolué », on mesure nos paroles dans le sens où il s’agit d’un premier « simili Open World » à la sauce Sonic, ou comme les développeurs l’ont dit, il s’agit des « Open Zone » (multiples grandes zones ouvertes).

Ainsi, chacune des îles de Starfall Island correspond à une thématique visuelle/ambiance particulière véritablement « saupoudrée » de nombreuses activités diverses et variées. Vous avez dit « jeux ouverts » à la Assassin’s Creed, Biomutant, Mad Max, Zelda Breath of Wild ? Eh bien, c’est tout à fait cela, sauf que l’on n’entre pas dans un gigantesque Open World à la Origins, mais dans quelque chose de plus « léger », et on vous rassure, de moins rébarbatif si ce n’est pas trop votre tasse de thé. On prend vraiment du plaisir à parcourir les îles et à tout réaliser, et ce selon nos envies, nos priorités. D’ailleurs nous ne sommes pas dirigés dans l’ordre de nos choix, mais assez libres dans nos mouvements.

Même s’il y a bien un fil rouge avec un système d’évolution un peu à l’ancienne, on s’explique. Durant nos pérégrinations sur les îles de Starfall Island, pour progresser il a fallu délivrer/sauver les ami(e)s de Sonic, récupérer les émeraudes du Chaos et réaliser quelques stages. Mais les uns n’allant pas sans les autres, formant ainsi un schéma global en « boucle ».

Ainsi en éliminant un Gardien (ennemi plus puissant), on remporte des rouages, ces derniers permettant, selon un nombre prédéfini, de débloquer des stages. En réalisant ces stages, nous obtenons des clés servant ensuite à libérer les émeraudes de leur conteneur, et rebelote, vous voyez l’idée ? Cela peut sembler ennuyant et rébarbatif dit comme cela, mais franchement pas du tout ! D’autant que pour couper un peu cette sensation, d’autres fois, pour aider vos ami(e)s, il faudra leur rapporter des souvenirs (des collectibles si vous préférez), puis venir en aide aux Kocos, ce faisant la routine change avec quelques mini-jeux, que nous vous laisserons découvrir !

Du Sonic et le principal : de l’amusement

Pour en revenir à ces structures, ou grandes zones ouvertes de très bonne taille, nous avons aussi la résolution d’annexes, et par extension, de l’exploration en pagaille ! Ainsi, comme nous en faisions allusion un peu plus haut, on retrouve la recette gagnante vue dans différents Open World jusqu’à présent.

Par exemple, pour révéler la World Map et la cartographier, il faut réussir des défis énigmes de toutes sortes, comme l’activation d’interrupteurs avant la fin d’un temps imparti, se rendre à des lieux spécifiques, renvoyer une balle à l’envoyeur (parade / contre-attaque), réaliser une course en passant par tous les checkpoints, ou encore effectuer un jeu de logique en effaçant tous les panneaux colorés en un seul passage. En outre, on peut réaliser des courses-boucles (capacité spéciale) sur divers points particuliers permettant ainsi de dévoiler des Rings, des graines de pouvoirs (attaques/défenses), des collectibles ou même avoir accès à des rampes et autres bumpers.

Eh oui, même si l’on a le condensé d’un Open World, il ne faut pas oublier que nous sommes dans un opus estampillé Sonic, et que l’on retrouve toutes les subtilités propres des jeux de notre cher hérisson ! D’ailleurs, grâce à sa vitesse supersonique -et accélérée- en ayant le nombre de Rings à leur maximum-, on peut se mouvoir très, très vite.

Par contre avec le clipping présent sur le champ de vision, lors d’une grande avancée, les bumpers, rampes et autres rails apparaissent d’un coup, ce qui peut nuire un peu sur le chemin à prendre ou à anticiper, mais rien de grave non plus, leurs utilisations étant bien sympathiques, funs avec des passages plus enivrants.

D’ailleurs, cet opus ne déroge pas à la règle, on retrouve fatalement les quelques imprécisions/imperfections habituelles des autres volets (davantage 3D) mais ça fait aussi un peu le charme des opus Sonic on va dire. Avec ce mélange, on profite aussi d’une exploration plus verticale, de multiples effets, de pirouettes et même de passages en 2D, c’est pour dire ! Nous sommes bien dans un plus grand Sonic en somme.

Retour des stages 2,5D et 3D

Avec ces grandes zones, le soft intègre des stages en 2,5D / 3D. Ces derniers sont dotés de cinq défis spécifiques assez connus des fans du hérisson : atteinte de rang S (rapidité), nombre de Rings minimum sur soi en fin de niveau, collecte de pièces rouges,…

Comme d’habitude, cela fonctionne vraiment bien, même si avec de bons réflexes, tous les défis peuvent être réalisés en une seule fois, c’est-à-dire même au tout premier essai, un peu dommage ! D’un point de vue personnel, on aurait d’ailleurs bien aimé avoir un peu plus de variétés (façon Adventure), peut-être dans le futur de la licence justement ? Au passage, ces stages, bien conçus et très funs sont d’ailleurs issus d’anciens titres Sonic avec Chemical Plant, Green Hill,… de quoi raviver facilement la corde nostalgique en prime !

Des combats avec une certaine profondeur

Sans entrer dans tous les détails du gameplay (pêche, collectibles spéciaux,…), il nous reste toutefois à parler des combats et de la facette amélioration du titre. Comme d’habitude, Sonic possède sa panoplie de base à l’instar des frappes téléguidées, du piétinement ou encore de l’esquive/parade, mais là où l’on aurait pu craindre une certaine lassitude, très vite, il est possible de lui apprendre de nouvelles capacités/compétences (certaines rappelant d’anciennes productions) comme « Sonic Boom » en échange de points de compétences. Ces derniers étant obtenus par ailleurs en éliminant différents opposants et en effectuant des recherches via l’exploration.

Bien entendu, l’idée n’est pas de les indiquer ou de parler des effets d’une course boucle par exemple, mais les débloquer apporte un sentiment de puissance en plus. En soi, le jeu n’est pas difficile -même en plus haute difficulté- (un petit réglage serait intéressant), mais utiliser de nouveaux mouvements et vaincre les opposants de manière différente est d’autant plus rafraîchissant tout en procurant un certain fun. Le dynamisme et la profondeur y sont même pour beaucoup !

D’ailleurs, certains adversaires robotiques, assez variés, nécessitent plus qu’une simple attaque téléguidée pour les vaincre, on enchaîne les combos, les contre, on réalise des frappes spéciales (détonation supersonique, etc…), et ainsi de suite. Le plus fun dans tout cela, c’est aussi les combats de boss, plus intenses et épiques via Super Sonic. En d’autres termes, nous sommes sur une base tout à fait solide en attendant un futur potentiel Open Zone de la série.

Options de confort pour éviter la cinétose

Vous l’aurez compris, notre hérisson préféré peut clairement laisser libre cours à sa vitesse dans de grandes zones ouvertes, et malgré des soucis de clipping / crashs, ça fait un bien fou ! Cela se ressent également dans les affrontements et encore nous vous avons laissé quelques surprises, notamment pour augmenter sa puissance beaucoup plus rapidement que via l’axe traditionnel, mais chut !

Par contre avec ce surplus de vitesse, une question globale est tout à fait légitime : « Le soft donne-t-il des nausées ? Mal à la tête ? Et les personnes atteintes de cinétose peuvent-elles se lancer ? » Eh bien la réponse est oui, grâce à de multiples options : réglage de sensibilité mais aussi zoom/dézoom de la caméra sur notre personnage. Un peu comme l’avait fait Soul Hackers 2 à sa manière. N’hésitez donc surtout pas à effectuer autant de réglages que nécessaire pour un meilleur confort.

Parlant justement de confort de jeu, la transition vient à point nommé ! Le titre de la Sonic Team comporte en effet deux modes de jeu, à savoir Qualité (graphique) et Performance (FPS). Inutile de dire que si vous souhaitez profiter pleinement de la vitesse du hérisson, un passage par la Performance s’impose. Il est à noter toutefois que quel que soit le mode de jeu choisi, du clipping reste présent.

Thèmes sonores au top !

Maintenant que vous êtes en connaissance de ces éléments, passons à la partie technique/graphique en elle-même. On ne va pas le cacher, de très près certaines textures font assez datées et plus grossières, mais sur l’ensemble les univers alliant plusieurs thématiques (plaines, déserts,…) et le « post apocalyptique plus terne » fonctionnent vraiment bien. C’est un rendu rétro science-fiction d’après Sonic, autrement dit, une combinaison avec de l’ancien et du moderne, une multitude de rails qui se dressent, des bumpers, des ennemis robotiques/mécaniques, des étendues vastes, à perte de vue…

On a même un cycle jour/nuit, différents éclairages, des teintes de couleurs très bien choisies (niveaux très colorés, îles plus ternes) ainsi que différents contrastes avec de beaux panoramas, des surprises, de multiples références (partie de bestiaire connue, « images flashback » 2D rétro d’anciens volets),…

D’un point de vue sonore, nous sommes en présence d’une version française intégrale : voix, comme possibilité de sous-titres et interface. Concernant les bruitages et les musiques, nous avons à la fois certains sons iconiques rappelant d’anciennes productions estampillées Sonic, mais aussi de très très bons thèmes musicaux. On oscille entre des tons assez dance-électro, du rock, des morceaux chantés et même de l’assez épique. Du tout bon de ce côté-là donc !

Testé sur Xbox Series X

NOTE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Pour cette critique, nous allons répondre aux trois questions énumérées lors de notre introduction. Alors est-ce que Sonic Frontiers est un opus de qualité ? Indéniablement oui, alors c’est vrai, on y voit les défauts habituels des derniers Sonic « 3D », mais pour autant, il a de grands atouts, et par-dessus tout il est fun et l’on s’amuse très rapidement ! « Open Zone », est-ce une « nouvelle formule » solide en devenir ? Eh bien, nous serions tentés de dire également oui. Il y a d’ailleurs deux possibilités de voir les choses : soit se dire que c’est une petite formule ouverte « sans innovation » ni prise de risques par rapport aux véritables Open World déjà parus depuis plusieurs années ; soit, et là c’est notre cas, trouver que la Sonic Team ose justement sortir de sa zone habituelle dans le sens où même s’il peut s’agir d’une sorte d’ébauche (avec des zones de bonne taille cela dit), cela ne peut qu’aller en s’améliorant dans de futurs potentiels épisodes utilisant ce procédé. Alors au final, petit ou grand plaisir coupable ? On pense que la réponse se situe déjà dans les différents ressentis transmis au cours de cette critique, mais au cas où, oui, même en connaissant d’anciennes productions de la licence du hérisson, nous avons pris un grand plaisir à découvrir cette nouvelle formule bien plus ouverte, permettant de laisser libre cours à la vitesse, à la profondeur des combats, la mise en place de « stages », le grand sentiment de puissance face aux boss, mais aussi par la grande qualité de la bande sonore.
ON A AIMÉ !
- OST de très grande qualité
- Grandes zones ouvertes
- Pas mal d’activités pour une première
- Axe d’amélioration
- Sentiment de puissance face aux boss
- Fun et accessible !
- Des phases très plaisantes
- De jolis panoramas
- Très nombreuses références
- Belle durée de vie pour le 100%
ON A MOINS AIMÉ...
- Les soucis habituels techniques…
- …avec quelques crashs, des imprécisions, caméra,…
- Manque un peu de difficulté
- Le schéma global pourra déplaire
Sonic Frontiers : Sonic passe à la vitesse supérieure !
Sonic Frontiers
Editeur : Sega
Développeur : Sonic Team
Genre : Action, Aventure, Plateforme
Support(s) : PC, PS4, PS5, Switch, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 08/11/2022

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...