MaXoE > GAMES > Tests > PC > The Knight Witch : Metroidvania, Shmup, une alliance surprenante !

The Knight Witch : Metroidvania, Shmup, une alliance surprenante !
A réserver à un public aimant les challenges

NOTE DE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
En ce début janvier 2023, nous vous proposons un petit retour en arrière sur The Knight Witch, un soft original sorti début décembre 2022, mêlant à la fois Shmup et Metroidvania d’une belle manière. Et on peut vous le dire, si vous êtes friands de challenges, comme nous, vous ne serez vraiment pas déçus !

The Knight Witch nous vient des développeurs de Super Awesome Hyper Dimensional Mega Team (ou SAHDMT). Ce studio basé en Espagne comporte des vétérans de l’industrie ayant notamment travaillés sur RiME, Moonlighter, Worms 3D, l’EyeToy Play ou encore Plants vs Zombies. Sous la houlette de leur studio SAHDMT, les développeurs ont sorti trois softs sur mobiles : Pro Zombie Soccer, Pro Zombie Soccer Apocalypse Edition et Supermagical devenus très réputés depuis.

D’ailleurs pour l’anecdote, lors du développement du premier nommé, certains membres de l’équipe avaient combiné leurs emplois et s’occupaient de Pro Zombie Soccer lors de leur temps libre et en week-ends : un passage épuisant mais amusant comme ils le disent. Après ce développement et durant quatre années à réaliser des jeux mobiles, l’équipe de Super Awesome Hyper Dimensional Mega Team (ou SAHDMT) s’est consacrée à leur premier jeu sur consoles et PC : Rise & Shine. Un soft difficile, très coloré, mélange entre Run’n Gun et Die & Retry, on s’en souvient encore !

Pour The Knight Witch, les développeurs en ont gardé quelques subtilités, on pense à la coloration et aux visuels très cartoon/BD qui au passage sont toujours aussi réussis mais aussi la difficulté ; pour autant, il ne s’agit pas d’un copier/coller. Non, The Knight Witch est bien plus que cela : une alliance très bien dosée entre Shmup (ou Shoot’em Up) et Metroidvania proposant un bon challenge, avec quelques « pics » de difficultés.

Une nouvelle guerre

Dans un premier temps, l’aventure nous conte les faits héroïques des quatre « Knight Witches ». Il faut dire qu’il y a quatorze ans de cela, une guerre sans précédent faisait rage. Elle opposait le clan Daïgadaï se servant trop abondamment en pillant les ressources naturelles de la planète, et les Enfants de Gaïa, des « rebelles » souhaitant la préserver. Ce fut ces derniers qui ont reçu le support des « Knight Witches » ou guerrières sorcières. Évidemment, face à leurs adversaires et avec leurs grands pouvoirs (provenant de diverses facultés), les quatre sorcières guerrières réussirent à vaincre la menace… Cependant, la surface de la planète était trop mal en point pour rester accueillante… Alors les survivant(e)s des deux camps décidèrent de se rendre au cœur d’une ville souterraine venant d’être découverte : Donjonidas. Une « terre » accueillante remplie de ressources (vivres, énergie et bien sûr oxygène).

Aujourd’hui, après une grande ellipse (soit quatorze ans plus tard), une fête a lieu en l’honneur de Robyn, capitaine des Knight Witches et grande sauveuse. Mais c’est à ce moment-là que les Daïgadaï décident de lancer un nouvel assaut. Cette fois, il faut aussi compter sur Rayne (que l’on incarne) : une Knight Witch n’ayant pas été conviée à la guerre d’autrefois pour une raison tout à fait particulière. Pour autant, elle connaît et a « subie » tous les entraînements de ces sorcières guerrières. Bien entendu, elle compte tout faire pour protéger les habitant(e)s !

Concernant son scénario, le soft utilise deux thèmes assez récurrents : une guerre entre deux « factions » mais aussi l’écologie. Si le contexte global n’est donc pas original, l’aventure reste toutefois très agréable à suivre. On le doit à la belle écriture narrative mais aussi aux personnages, certains étant attachants à l’instar du couple marié que forment Rayne et Akaï, ou par les différentes personnalités découvertes. De plus, le Lore n’est pas laissé de côté s’avérant également riche, les informations étant à la fois distillées par des dialogues et des écrits.

Un mélange des genres fonctionnant bien

Tous ces éléments profitent d’une direction artistique tout à fait sublime. Nous le disions tout à l’heure, The Knight Witch dispose d’un univers aux graphismes cartoon/anime très colorés avec des teintes hyper chatoyantes et agréables à l’œil ; l’évolution en 2D/2,5D s’effectuant sans déplaisir.

En tant que mélange entre Shmup et Metroidvania, on aurait pu craindre une tendance, ou du moins un penchant trop concentré sur l’un des deux genres, et pas assez sur l’autre. Mais non, les développeurs ont bien su équilibrer leur double approche/concept. Ainsi l’axe Metroidvania reprend tous les avantages et habitudes connues du genre, on pense bien-sûr à la découverte de nouveaux lieux/environnements -interconnectés entre eux-, ces derniers nécessitant ensuite une relecture -à l’aide d’un nouveau pouvoir- afin de progresser. Que ce soit naturellement au cours de l’aventure ou pour dénicher des cartes (capacités spéciales) ou des « trésors », entre autres. Pour ne citer qu’un seul pouvoir pour ne pas gâcher les diverses surprises, on met par exemple la main sur une esquive/dash, fort utile aux combats mais pas seulement, nous n’en dirons pas plus !

En complément de ses composantes Metroidvania, le titre de Super Awesome Hyper Dimensional Mega Team (ou SAHDMT) reprend également les principes Shmup ou Shoot’em Up : des bullets, du challenge -et pas qu’un peu-, et un déplacement très fluide. Intégrée de manière subtile, Rayne est très agréable à manipuler, elle remplace en quelque sorte les « vaisseaux » traditionnels (ou autres personnages comme dans Cotton Reboot par exemple), et peut se mouvoir dans toutes les directions. Bien entendu, cette guerrière-sorcière dispose de moyens de défense et d’attaque. En premier lieu, sa frappe dite classique, permettant de faire feu et d’annihiler ses adversaires façon Dual Stick Shooter, le stick droit servant à viser et la gâchette aux tirs.

Avec cette prise en main extrêmement rapide, on peut aussi compter sur un système de visée « autonome/automatique » : dès lors que les ennemis de Rayne sont suffisamment proches, cette guerrière-sorcière utilise son « potentiel », à savoir des tirs « à l’aveugle » -faisant mouche, on vous rassure-, c’est-à-dire sans la nécessité d’utiliser le stick associé. Une bien bonne idée, d’autant que Shmup oblige, de nombreux projectiles et bullets sont à éviter/esquiver.

Bullets ou même Bullets Hells, on ne choisit pas ce nom au hasard, les amoureux(euses) du genre l’auront déjà compris, The Knight Witch ne lésine pas sur la quantité de projectiles à éviter et celle des adversaires, apportant de ce fait un challenge non négligeable et bien difficile. Il n’est pas insurmontable, mais demande parfois de s’y reprendre à plusieurs fois avant de pouvoir ressentir une certaine satisfaction lors de la réussite d’un passage très délicat (écran souvent assez chargé). D’ailleurs, si généralement le seul fait d’observer les patterns suffit, ici ce n’est pas toujours le cas et la dextérité prime encore davantage. À vous donc d’être patient(e)s, même sous tension, et de ne pas céder à la panique même sous le feu des projecteurs pourrait-on dire.

En outre, Rayne possède d’autres facultés dont des capacités spéciales à gérer et à équiper sous forme d’un jeu de cartes type « deck » changeant à chaque utilisation. Chaque pouvoir nécessitant un certain nombre de « PM » ou jauge de mana afin d’être lancé, est clairement à ne pas négliger, on y retrouve des options offensives vraiment efficaces.

En complément, et afin de vous laisser encore pas mal de surprises (comme pour l’accès à des « cheat codes » à dénicher soi-même), le soft dispose également d’un système de Levelling un peu différent : cela se passe par des « Link » ou « liens ». Grosso modo, lorsque le peuple fait confiance à Rayne (en les aidant ou en faisant des « interviews » par exemple), une jauge dédiée augmente et une fois pleine, on peut augmenter deux attributs spécifiques. Un brin limité certes, mais cela suffit amplement, d’autant que l’on ressent suffisamment l’axe de progression.

Superbe

Revenons un peu sur la palette technique et graphique de The Knight Witch. Au début de ce test, nous avions fait un parallèle avec Rise & Shine, une autre production du studio. Si cette patte artistique est toujours aussi intéressante, on doit dire que The Knight Witch est vraiment très plaisant. Entièrement dessiné à la main, sa représentation cartoon/anime est tout simplement superbe, avec même de nombreux détails sur plusieurs plans, les personnages hauts en couleur ont un design soigné, mais comme un certain Cuphead, ne vous fiez pas à cette magnifique bouille, le jeu est bien plus difficile et complexe qu’il n’en a l’air, la dextérité et la patience doivent être au rendez-vous !

Musicalement parlant, il n’y a rien à reprocher au titre, les thèmes sont vraiment en parfaite adéquation avec les situations vécues, un plus pour l’immersion, forcément ! Enfin, les textes à l’écran sont affichés en français, il n’y a pas de doublage.

Testé sur Xbox Series X

NOTE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Présent l’année dernière parmi toutes les sorties de fin d’année, comme nous en avons l’habitude maintenant, peut-être êtes-vous passé à côté de cette petite perle qu’est The Knight Witch. Bien que la grande difficulté pourrait en surprendre certain(e)s, voire les décourager, le soft de Super Awesome Hyper Dimensional Mega Team édité par Team17, offre des phases de Shmup divertissantes et jouissives à souhait. Mais aussi une patte artistique sublime, sans oublier des personnages attachants, du Metroidvania (légèrement plus discret) et plus encore.
ON A AIMÉ !
- Un très bon challenge
- L’aspect visuel
- OST
- Les phases de Shmup
- La « découverte » Metroidvania
- Les pouvoirs
- Personnages attachants
ON A MOINS AIMÉ...
- Certains « pics » de difficulté
- Parfois un peu moins lisible
The Knight Witch : Metroidvania, Shmup, une alliance surprenante !
The Knight Witch
Editeur : Team17
Développeur : Super Awesome Hyper Dimensional Mega Team
Genre : Metroidvania, Shmup (Shoot'em Up)
Support(s) : PC, PS4, PS5, Switch, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 02/12/2022

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...