MaXoE > GAMES > Tests > PC > Children of Silentown : La première bonne surprise de ce début d’année 2023…

Children of Silentown : La première bonne surprise de ce début d’année 2023 !
Test garanti sans spoils scénaristiques

NOTE DE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Aujourd’hui, nous vous proposons la critique de Children of Silentown, le titre arrivant le 11 janvier 2023 sur PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series X|S, Switch et PC. Il s’agit d’une Aventure Narrative Point’n Click, et accessoirement, la première bonne surprise de cette année 2023. Bien évidemment, ce test est garanti sans spoils scénaristique !

Children of Silentown a été conçu par deux équipes, celle de Luna2 Studio, et celle du studio italien Elf Games. La création d’Elf Games remonte à 2009 par le biais de Piero Dotti et Fabiola Allegrone, enfin cela, c’était pour rire comme le disent les membres de l’équipe, l’aventure a réellement démarré pour eux en 2014. L’objectif du studio est très clair : travailler sur des projets extrêmement créatifs, c’est-à-dire avec des histoires atmosphériques, des visuels uniques, et surtout une expérience de jeu captivante.

Parmi l’équipe, nous trouvons donc Piero Dotti : programmeur, Fabiola Allegrone : l’artiste, mais aussi des aides récurrentes : Marco Buzzi (a.k.a. Guardian of Irael), à la fois Game Designer et Beta testeur, Andrea Fumagalli (alias Endriu) : un touche-à-tout et Stefano Zambrano, traducteur du titre Little Briar Rose. Ce dernier étant l’œuvre d’Elf Games justement. Pour l’anecdote, ce jeu (Little Briar Rose) a été réalisé en un mois pour le concours Indie Game Maker 2014.

Little Briar Rose, très apprécié, n’est pas le seul titre de l’équipe d’Elf Games, on compte aussi Oh! I’m Getting Taller!, C’era Una Volta ou encore Journey To The East. Children of Silentown est ainsi leur toute dernière production.

Un conte pour enfants…

L’épopée de cette histoire n’est pas banale. Si à Silentville (ou Silentown), tout se passe quotidiennement « bien », en réalité cela est juste une apparence. En effet, la bourgade est en quelque sorte repliée sur elle-même, d’étranges hurlements et rugissements dans la forêt voisine, la nuit qui plus est, n’y étant pas étrangers.

D’ailleurs, les adultes ont instauré des règles depuis longtemps, plusieurs générations même : il ne faut pas faire trop de vacarmes durant le jour, et ne pas sortir dès la nuit tombée. Sans cela, des gens disparaissent mystérieusement, et, d’après les dires, ce seraient les monstres de la forêt qui les auraient enlevés.

Tous les habitant(e)s vivent donc dans une certaine crainte, ce qui est également le cas de Lucie, jeune fille âgée de 12 ans, la protagoniste de notre histoire. Alors qu’elle est sujette à des cauchemars récurrents, sans oublier sa peur de la forêt voisine, un « événement » incite la jeune fille à enquêter… Mais en sera-t-elle vraiment capable ? Est-elle prête à surmonter ses propres peurs ?

…mais aussi un récit sombre

Nous nous arrêtons volontairement ici et n’en dirons pas plus sur cette épopée, cette dernière faisant évidemment partie de l’un des éléments centraux de Children of Silentown. En la parcourant, on a eu à la fois l’impression d’être dans un conte pour enfants, mais aussi un récit triste, notamment dû aux mystérieuses disparitions et les thèmes évoqués.

Il n’y a évidemment pas que cela, on sent une certaine atmosphère particulière, la présence d’habitant(e)s n’ayant pas vraiment l’air de se préoccuper de ce qu’il se passe, ou d’autres encore n’appréciant pas le non-respect des règles, les enfants cherchant à s’amuser,… D’ailleurs, si parmi les différents personnages, Lucie est sans doute celle qui devient la plus attachante au fil de l’aventure, il faut un peu plus creuser pour découvrir le vécu entourant les autres habitant(e)s, et comprendre leurs agissements. Cela se passe aussi par une feature particulière : le chant.

En outre, le titre inclut quelques choix de réponses à différents dialogues (incluant de multiples fins et donc une certaine rejouabilité), ainsi que des collectibles à dénicher durant chaque chapitre, ces derniers apportant une consistance narrative supplémentaire. Seul petit regret, la seconde partie de l’aventure possède un rythme ralenti. En dehors de cela, l’histoire nous a retenus suffisamment pour nous donner envie d’en découvrir « la fin ».

Les rouages du Point’n Click, avec même une feature particulière

Pour son gameplay, Children of Silentown s’appuie sur les traditionnels Point’n Click et ce que l’on connait du genre. Attention, nous parlons bien des Point’n Click du style des Chevaliers de Baphomet par exemple, autrement dit, ceux où l’on peut faire évoluer notre personnage (en l’occurrence Lucie) à travers les décors.

Découpé en plusieurs chapitres, mais aussi en plusieurs scènes, chaque passage, représentant en quelque sorte « un tableau », est interconnecté au suivant et ainsi de suite, avec une toute petite transition (temps de chargement minime). On parcourt donc différentes ruelles ou encore intérieurs de maison afin de procéder à plusieurs interactions : en apprendre plus sur certains objets ou narrations, ou encore prendre des objets et les installer dans son « sac ».

Grâce à ces derniers, prenant la forme d’un ballon, d’un seau, d’une liste de courses, ou encore d’une casserole, nous pouvons interagir avec d’autres éléments ou personnages, puis faire évoluer l’intrigue et le scénario : comme rapporter des objets à quelqu’un, déplacer quelque chose, etc… Une approche tout à fait classique fonctionnant à merveille, bénéficiant en plus d’une fonctionnalité pour combiner des objets entre eux. Autant dire que le soft est idéal pour les débutant(e)s, tandis que les aficionados du genre seront en terrain connu.

Par contre, le titre arrive à se démarquer un peu plus de sa concurrence grâce à une feature dite de « chansons ». Lucie, appréciant la musique, entend, ou réalise des sons en fonction de ce qui l’entoure. Prenez une cloche, frappez-y avec un objet spécifique, et Lucie en retiendra sa sonorité. Une fois une mélodie entièrement recomposée, elle peut simplement chanter, ce qui retiendra l’attention de son interlocuteur(trice).

Ce faisant, cette « attention » se transforme sous forme de petites énigmes, ces dernières allant crescendo sur la difficulté, même si elles deviennent finalement répétitives. Pour ne citer qu’un exemple, afin de vous laisser le plaisir de la découverte, une « pensée » ou un « souvenir » est « déchiré ». Pour progresser, il faut alors le « recoudre » grâce à des boutons, puis accéder à ce précieux(euse) « souvenir/pensée » tout au centre. Le but étant de ne pas repasser deux fois par la même case.

Par contre, là où ce système d’énigmes peut devenir problématique, c’est si vous bloquez sur les étapes ou ne savez pas comment faire. Effectivement, l’axe de progression passant obligatoirement par ces « obstacles », et vu qu’il n’y a pas d’indices sur certains d’entre eux -du moins pour le moment, rappelons que nous sommes à une semaine du lancement du jeu-, si vous butez sur quelque chose, hormis résoudre cette énigme par vous-même, vous risquez de rester bloqué sur le même problème. Tout dépend donc de votre patience et réflexion.

Belle réalisation

L’esthétique du soft est toute particulière. Entièrement dessinés à la main, les personnages n’ont certes pas de véritables mains ni de pieds, d’ailleurs leurs grands yeux sont tout blanc, mais il y a un certain charme qui se dégage. Les décors sont aussi bien réalisés.

D’un point de vue sonore, outre des bruitages, là aussi bien mis en valeur, les musiques sont vraiment dans le ton de l’aventure, oscillant entre des moments au piano, des mélodies de chants, apportant un réel plus pour l’immersion. Enfin, les textes sont en français, et les quelques doublages en anglais.

Testé sur Xbox Series X

NOTE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Alors certes, il est possible que le titre ne soit pas le meilleur Point’n Click, et qu’il ne détrônera pas les ténors du genre, mais comme dit lors de notre introduction, Children of Silentown est clairement la première bonne surprise de ce début d’année 2023. Si l’on retrouve tout le savoir-faire du Point’n Click traditionnel, en plus de sous-titres français, permettant l’initiation aux plus jeunes, il manque -pour l’instant- quelques aides/indications pour ces derniers pouvant possiblement buter sur des énigmes liées aux chants. En dehors de ce bémol, le récit, sombre et aux allures de contes pour enfants, réussit à donner envie de continuer, et d’aller au bout, accompagné par ailleurs de plusieurs mystères.
ON A AIMÉ !
- Histoire intéressante
- Thèmes abordés
- La progression Point’n Click
- Visuel / OST
- Plusieurs fins
- Collectibles à dénicher
ON A MOINS AIMÉ...
- Quelques répétitions de puzzles (lors des chants)…
- …avec un manque d’indications pour les plus jeunes
Children of Silentown : La première bonne surprise de ce début d’année 2023 !
Children of Silentown
Editeur : Daedalic Entertainment
Développeur : Elf Games, Luna2 Studio
Genre : Aventure Narrative, Point’n Click
Support(s) : PC, PS4, PS5, Switch, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 11/01/2023

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...