MaXoE > GAMES > Tests > PC > Elder Scrolls V, Skyrim : profond, immersif

Elder Scrolls V, Skyrim : profond, immersif

NOTE DE MaXoE
5 / 5Sélection Best Of MaXoE
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Cela fait un moment que les RPGistes attendent le successeur d'Oblivion. Ce dernier avait quelque peu déçu les habitués des Elder Scrolls. Bethesda a promis de tenir compte de la grogne.
hautm

jaquetteL’aventure démarre de manière tonitruante. Vous êtes prisonnier (et comme d’habitude dans la série, vous ne savez pas vraiment pourquoi) et on vous emmène purement et simplement vers le billot. Au moment fatidique où la hache doit s’abattre sur votre cou fragile, un dragon surgit de nulle part et sème le chaos tout autour de vous. vous en profitez pour vous faire la belle et entrer vraiment dans l’aventure. L’action se déroule à Bordeciel au sein de l’empire de Tamriel qui ne se porte pas au mieux puisqu’après l’assassinat du roi local, les rebelles de la région entrent en guerre ouverte avec l’autorité !   

 

 

 

 

C’est grand, très grand

Comme à son habitude, l’espace de jeu est immense. Vous passez donc de longues minutes à parcourir ses routes et ses sentiers. Et une fois de plus on adore. Elder Scrolls est toujours aussi immersif, on pénètre un monde que l’on ne souhaite jamais quitter. Là où Skyrim va encore plus loin c’est l’immersion et le réalisme de l’ensemble. Le monde est totalement vivant : vous rencontrez des habitants, des monstres, des animaux, … Vous pouvez improviser une mission non prévue en raison d’une rencontre inopinée, d’une demande à l’aide, de tout et de n’importe quoi. Toutes vos actions auront des conséquences sur l’avenir de l’aventure et il est préférable de ne pas être trop bourrin pour ne pas être persona non grata partout où vous allez passer. 

skyri

Une jouabilité connue mais …

Du côté du gameplay, c’est toujours le système de combat en temps réel qui est à l’oeuvre. Mais on peut noter une belle nouveauté : la gestion des mains est plus réaliste. Si vous empoignez une épée et un bouclier, vous ne pourrez pas jeter de sorts. Il vous faut faire un choix plus risqué : abandonner le bouclier ? La magie ? L’arme ? 

Le niveau des adversaires est un peu plus réaliste que ce qu’on a connu sous Oblivion. Comme toujours dans ce type de soft les ennemis font du levelling en même temps que vous. Mais on sent tout de même une hiérarchie parmi ceux-ci : les gardes de base resteront faciles à battre ce qui ne sera pas le cas des Boss. Cela rend le jeu plus réaliste et finalement moins lassant car il récompense les progrès du joueur. C’est toujours rageant de faire grimper un perso et de galérer pour occire le moindre pèlerin qui se dresse sur votre route. Mais cela ne veut pas dire que le titre est facile pour autant, il vous faudra faire preuve de stratégie et ne pas vous jeter dans la mêlée tel un Kratos moyen.

L’infiltration est aussi de la partie : appuyez sur le joystick L3 et votre personnage progressera en position accroupie. Skyrim se dote ainsi d’une fonctionnalité qui change un peu le gameplay par moments. Cela ne vaut pas un Splinter Cell mais on apprécie. Vous pouvez évidement courir mais vos efforts, en combat aussi d’ailleurs, dépendent d’une jauge de vigueur, donc pas possible de faire dans le kill and rush. 

On apprend la magie avec des livres comme avant. Et, comme avant, on peut enchanter une arme. On retrouve également les guildes (voleurs, rebelles, …) qui vous donnent accès à de nombreuses quêtes annexes. De ce côté-là, le titre a encore fait des progrès, la variété et le nombre est de la partie, ainsi de longues heures de jeu vous attendent. Ce qui est nouveau, c’est la possibilité de faire fondre des métaux et de tanner des peaux pour modifier ou créer de l’équipement. 

skyr

Bon point, vous savez désormais immédiatement quand les objets sont vides. Il suffit de pointer votre viseur dessus pour avoir cette information. On goûte cela avec plaisir car la fouille prend beaucoup de temps donc tout artifice permettant d’accélérer ces phases est le bienvenu. 

 

RPG-Like

Au moment de la création de votre personnage, une surprise vous attend : adieu les classes, seule la race, donc liberté de mouvement liberté d’évolution, on peut aimer ou pas mais, en ce qui nous concerne, on trouve que cela permet de vraiment personnaliser son perso sans jamais être bloqué par une classe trop contraignante. 

Comme d’habitude, vous pourrez choisir de vous améliorer en santé, magie et vigueur (les plus puristes des rôlistes râleront un peu car la tâche est totalement simplifiée dans ce domaine). Des atouts sont aussi de la partie (habilité à deux mains, compétence en attaque de feu, …) et ils sont représentés par des constellations (plutôt joliment rendues d’ailleurs) qui sont en fait des arbres de compétences. Il y a aussi quelques rencontres inopinées avec les pierres bénies qui, quand vous les activez, vous octroient des capacités d’accumulation d’XP plus efficaces. 

skyr3

L’interface a fait peau neuve aussi. La simplicité et l’efficacité sont de mise. Finis les menus travaillés, ici ce sont de simples indicateurs noir sur blanc et franchement c’est une super idée. On peut équiper et analyser facilement ce qui diminue ces (parfois) fastidieuses phases.

Côté graphismes, on retrouve la patte du moteur d’Oblivion avec une propension à la noirceur tout de même. C’est beau, indéniablement, mais lorsque l’on s’approche un peu trop des objets les textures qui bavent nous sautent aux yeux, c »est probablement le prix à payer pour cette vue d’ensemble.  Les personnages sont un peu rigides dans leurs mouvements et les visages restent un peu rigides. Quelques chutes de frame-rate, voire de mini freeze, s’invitent aussi sur notre version PS3. Parfois la caméra repasse à la 3ème personne pour vous proposer des finish moves de toute beauté. Ainsi même Bethesda se laisse parfois attirer par les sirènes de la mode.

Côté musiques et bruitages, la partition livrée est parfaite. Les airs musicaux savent alterner moments tonitruants et mélodies plus intimistes. Les bruitages méritent d’utilise un casque Hi-Fi et les voix sont tout à fait inspirées.  

skyr4

Que dire sinon que cet opus est satisfaisant en tous points. La terre à explorer est gigantesque mais aussi dense en villages et personnages. On prend du plaisir à simplement se balader, à regarder autour de nous, à traverser le moindre ruisseau, la moindre clairière. Oui clairement Skyrim pousse l’expérience encore plus loin : c’est plus réaliste, plus immersif, mieux pensé. Et puis on ne vous a pas tout dit, sur le commerce, sur les rencontres avec les dragons (fantastique), j’en passe et des meilleurs. On pourrait épiloguer des heures sur quelques points RPG qui pourraient fâcher (ou pas d’ailleurs) les puristes. Mais dans tout cela, ce qui est important, c’est le plaisir instinctif de jeu. Une fois la manette en main, on a vraiment du mal à décrocher, et ça c’est un signe ! 

Testé sur une version PS3.

NOTE MaXoE
5 / 5Sélection Best Of MaXoE
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Oui, Skyrim est le RPG que l'on attendait. Gommant les défauts de son prédécesseur, il bénéficie aussi des atouts de Morrowind. Plongez dans cet univers, mais nous préférons vous prévenir : vous n'êtes pas près d'en ressortir !
ON A AIMÉ !
- l'étendue de jeu
- un monde vivant
- les dragons
- le levelling
ON A MOINS AIMÉ...
- parfois convenu
- quelques lags
The Elder Scrolls V : Skyrim
Editeur : Bethesda Softworks
Développeur : Bethesda Softworks
Genre : RPG
Support(s) : PC, PS3, Xbox360
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 11/11/2011

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...